Navigation – Plan du site

Yann Diener, On agite un enfant. L'Etat, les psychothérapeutes et les psychotropes

Loïc Geffrotin
On agite un enfant
Yann Diener, On agite un enfant. L'Etat, les psychothérapeutes et les psychotropes, La Fabrique, 2011, 122 p., ISBN : 9782358720274.
Haut de page

Texte intégral

1En n'ayant lu que la quatrième de couverture d'On agite un enfant, on s'attend à ce que le livre mette en lumière les différentes stratégies commerciales, politiques et scientifiques des laboratoires pharmaceutiques, pour maximiser leurs profits, en inventant de nouvelles maladies et les molécules pour les traiter. En commençant notre lecture, on se rend compte que cet ouvrage de Yann Diener, psychanalyste, est bien plus que cela.

2Le prologue met le lecteur à la place de parents dont l'enfant aurait des « difficultés » passagères. Il se voit progressivement placé face aux institutions scolaires, psychanalytiques, puis peut-être médicales, pour finir par apprendre que son enfant est « handicapé » ! Et que, pour le calmer il doit prendre de la Ritaline. Comment en est-on arrivé là ?

3Afin que l'on saisisse bien ce qui se joue actuellement, Yann Diener propose un bref historique du lien entre maladie, Etat, médecin et industrie pharmaceutique depuis la Libération. Il revient sur l'existence des Centres Médico-Psychopédagogique (CMPP), qui sont financés par la sécurité sociale. Ceux-ci sont créés en 1946, sous le terme de Centres Psychopédagogiques (CPP), par des psychanalystes, dont le but est de prendre en charge des symptômes légers, et ne pas les laisser entre les mains des services hospitaliers de psychiatrie. En parallèle se créent en 1949 les centres médico-psychologiques (CMP). Les deux types de structures fusionnent en 1963. La psychanalyse y était reconnue comme une des façons de soigner les enfants. Yann Diener rappelle cette histoire afin de tracer de façon sous-jacente ce qui est en train d'être perdu : une certaine conception de l'individu, sa maladie, et la façon de la soigner.

4Or, la catégorisation « d'enfant agité », ou de TDAH, Trouble Déficitaire de l'Attention avec Hyperactivité –  si on veut faire plus technique – ne vise nullement à guérir les enfants. Pour Yann Diener l'hyperactivité est avant tout un symptôme, qui dit quelque chose de l'enfant et du milieu dans lequel il évolue (en particulier la famille). Il dit un malaise qui n'a pas pu s'exprimer autrement. Le rôle du psychanalyste est de lui faire retrouver le chemin de la parole. Il ne s'agit pas d' « éradiquer le symptôme, mais de le rendre moins coûteux » (Freud).

5Considérer un enfant hyperactif en soi, c'est occulter la source du problème, donc ce n'est nullement le guérir. Pire encore si on lui colle l'étiquette d'handicapé, on ne fera qu'enkyster quelque chose de dynamique. En voulant étouffer le symptôme, celui-ci devra se faire entendre plus fort. On agite un enfant. Si on sait qu'avec de telles pratiques et vocables l'enfant ne sera pas guéri, de quoi s'agit-il ? Pour l'industrie pharmaceutique de vendre des médicaments, pour l'Etat de faire des économies. On est donc passé du « symptôme » au « handicap ».

6Une des façons de repérer cette évolution est, une fois de plus, d'être attentif aux paroles, aux mots. Ceux de l'Etat et des laboratoires. C'est ce que l'auteur nomme la LMS (Langue Médico-Sociale), en référence à l'étude d'Eric Hazan1. Changer les termes n'est pas anodin. Ils sont un signe d'un changement plus profond. Par exemple on passe de « une énurésie ça l'handicape » à «  il est handicapé par son énurésie », à « il est handicapé ». Le vocabulaire managérial rentre dans le discours éducatif et psychologique, via les autorités de contrôle, les rapports, les études... On les impose en disant qu'il faut un vocabulaire commun à tout le secteur. S'il faut, on taxe d'archaïsme les récalcitrants. Le « patient » devient « usager » puis « client ». «Psychanalyse » devient « psychothérapie ». Évaluation, bonnes pratiques, contrats de soin font également leur apparition. Et bien sûr « hyperactif ». Il faudrait vivre avec son temps.

7Le livre s'adresse au grand public, mais également aux confrères, y compris lacaniens : pourquoi avoir cédé sur les mots, donc sur la pratique ? Réponse de l'auteur : Pour soigner un mal de reconnaissance. C'est l'occasion pour Yann Diener de revenir sur l'histoire de la psychanalyse, et toutes les tentatives d'en émousser le tranchant. Les occasions d'intégration à l'État n'ont jamais été glorieuses. Lacan s'était battu contre une vision de la psychanalyse qui en ferait une méthode de normalisation de l'individu. Pourquoi ses disciples n'ont-ils pas fait de même ?

8Le dernier chapitre est consacré au rôle des laboratoires dans ce changement de paradigme : « médicaliser une à une nos émotions ». D'une part les laboratoires financent des campagnes de sensibilisation à divers pathologies imaginaires, et font en même temps la promotion de leurs médicaments. On invente le problème et la solution en même temps ! Par exemple la généralisation de la notion de dépression a ouvert un marché pour le Prozac. D'autre part ils subventionnent des pseudo-études, qui servent de base pour l'écriture de manuel pour les psychothérapeutes, notamment le DSM.

9On agite un enfant se termine par une préconisation « Il faut retourner la sphère LMS ». La langue médico-sociale et managériale s'étant immiscée, s'étant « glissée » partout, Yann Diener conclue qu'il faut la combattre. Après l'avoir identifiée tout au long de son ouvrage, l'auteur propose d'une part de cartographier les liens entre institutions médico-sociales, organismes d'évaluation, monde universitaire et institutions analytiques, afin de les questionner. La psychanalyse n'aurait-elle pas tout intérêt à regagner son autonomie, quitte à perdre en reconnaissance institutionnelle ? D'autre part Yann Diener propose de substituer aux mots LMS, un vocabulaire topologique et poétique, dans la plus pure tradition lacanienne.

10Nous nous trouvons face à une lame de fond. Elle vise à faire de chacune de nos émotions une maladie à soigner, afin de générer un maximum de profit de l'industrie pharmaceutique. La psychanalyse est en voie de domestication, avec l'appui de l'Etat. Face à cela, les préconisations de Yann Diener – la subversion par la parole – semblent un peu minces. Pour autant On agite un enfant nous livre un état des lieux éclairant.

Haut de page

Notes

1  Eric Hazan, LQR. La propagande du quotidien, Raisons d'agir, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Geffrotin, « Yann Diener, On agite un enfant. L'Etat, les psychothérapeutes et les psychotropes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 22 janvier 2012, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7317

Haut de page

Rédacteur

Loïc Geffrotin

Professeur de philosophie en lycée, diplômé d'un master 2 en sociologie

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page