Navigation – Plan du site

Marcel Bolle de Bal, Sur la route de la sociologie. Maîtres, amis et compagnons

Valérie Guillemot
Sur la route de la sociologie
Marcel Bolle de Bal, Sur la route de la sociologie. Maîtres, amis et compagnons, Bruxelles, EME Editions, coll. « Société », 2011, ISBN : 9782875250827.
Haut de page

Texte intégral

1À l’occasion de son quatre-vingtième anniversaire, Marcel Bolle de Bol a entrepris de rassembler un « florilège de reconnaissances » (p. 6) à ses maîtres, amis et compagnons, dont il s’avère que ces trois natures de relations se sont au cours de sa vie de sociologue créées avec des personnes, personnages, personnalités qui ont endossé successivement ou simultanément les trois rôles, auxquels a pu aussi s’ajouter aussi parfois – sans que Bolle de Bal ne le rende ici explicite- celui d’héritier.

2Cette succession d’hommages à des sociologues qui ont marqué leur siècle - le vingtième- rend compte d’une partie des courants qui se sont rencontrés et parfois affrontés. Ainsi, se succèdent les hommages à Arthur Doucy, « patron attachant » (p. 15) rencontré en 1952 « qui derrière son masque de maître terrifiant (…) sait (…) reconnaître les qualités cachées de ses étudiants » (p. 16), Robert Henrion, « maître discret, secret, respecté » (p. 37), économiste politique qui « longtemps avant d’autres (…) avait senti que l’économique, tout essentiel soit-il, n’est rien sans le social » (p. 38), et Henri Janne, « chef indiscuté de l’Ecole de Bruxelles en Sociologie » et « homme modeste » (p. 48) à « la recherche d’une troisième voie entre les solutions extrêmes de l’individualisme sauvage et du totalitarisme aliénant » (p. 44). Puis Marcel Bolle de Bal exprime sa reconnaissance à Michel Maffesoli « poète effervescent » (p. 54) et à Edgar Morin pour lui avoir attribué la paternité de la notion de reliance, reprise abondamment dans leurs œuvres respectives. Avec Maffesoli, il se reconnaît une « convergence sociologique » (p. 58), lui qui prône une « sociologie existentielle, humaniste et personnaliste », « sociologie compréhensive, qualitative, dialectique et dialogique » qui se doit « d’accorder une attention particulière à la dynamique des groupes de base, au sein desquels se pétrit la dialectique complexe et souvent paradoxale du personnel, du communautaire et du sociétaire ». (p. 58). L’hommage à Edgar Morin que Bolle de Bal choisit pour ce livre réalisé à l’occasion de son propre quatre-vingtième anniversaire est justement le texte qu’il avait produit pour les quatre-vingts ans d’Edgar Morin, en 2001. Ce texte lui donne ici l’occasion de rappeler son propre engagement maçonnique, et les valeurs qu’il y puise : « pensée complexe, duelle et dialogique » (p. 66) partagées avec Morin, « maçon sans tablier » (Ibid.) dont est ici révélé un attachement fort aux signes de reconnaissance de ses pairs. Plus intimes sont peut-être les deux derniers hommages, plein d’anecdotes rafraîchissantes « du fond de mon cœur, et pas seulement de mon cerveau de sociologue » (p. 76) à Guy Rocher, « fraternel intellectuel québécois » (p. 71), et plein de gravité à Renaud Sainsaulieu, « intellectuel brillant, à l’esprit alerte, toujours en mouvement, (...) être sensible, ami profond et fidèle, un cœur battant » (p. 79).

3Cet itinéraire relationnel professionnel de Marcel Bolle de Bal rend compte de l’ambiguïté de ces relations, notamment de la relation au maître qu’on se choisit, et qui influe si fortement sur ses orientations intellectuelles, de carrière, et même de vie personnelle. Se choisir un maître, c’est prendre la décision de s’étayer à celui-là ou entériner le constat d’un étayage, c’est œuvrer pour que le maître accepte de jouer ce rôle, c’est aussi se risquer à la limite qui marquerait la bascule de la relation au lien et ainsi le renoncement au projet d’émancipation de toute relation éducative. « Nathanaël je t’apprendrai à me quitter » : Bolle de Bal cite à plusieurs reprises Gide dans ce petit livre qui exemplifie le parcours de reliance aux autres, entre lier, délier, relier (Imbert).

4Cet ouvrage n’est pas un grand livre, ni par le nombre de pages, ni probablement par la place qu’il occupera dans les ouvrages de référence des sciences humaines. Ce n’est d’ailleurs pas son ambition puisqu’il s’agit selon l’auteur de rassembler et d’introduire des hommages précédemment rendus dans diverses circonstances à des maîtres amis et compagnons. Mais sans aucun doute, Bolle de Bal nous offre là un joli petit livre, qui parmi ses multiples mérites, invite à découvrir ou redécouvrir les intellectuels auxquels est rendu cet hommage. Joli petit livre qui invite à réfléchir à ses propres références, aux maîtres qu’on s’est choisis, à ceux qui pourraient demain croiser notre route, et montre aussi comment nos maîtres contribuent à nous construire dans nos rôles, y compris à notre tour celui de maître. Ce joli petit livre conforte ceux pour qui Bolle de Bal constitue une référence, d’avoir retenu comme centrale la notion de reliance, « ce paradigme de la postmodernité succédant au paradigme de la séparation (déliance) qui était celui de la modernité » (p. 55) et laisse espérer l’opportunité de rencontrer Marcel Bolle de Bal encore dans d’autres ouvrages à venir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Guillemot, « Marcel Bolle de Bal, Sur la route de la sociologie. Maîtres, amis et compagnons », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 23 janvier 2012, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7330

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page