Navigation – Plan du site

J. Edgar : un Eastwood trop homophile pour être honnête

À propos de : Clint Eastwood, J. Edgar, 2012.
Jean-Marc Fridlender

Texte intégral

1Le dernier film de Clint Eastwood est à la fois particulièrement intéressant, et décevant pour qui porte son regard sur le rapport intime au social qu’il recouvre. Le cinéaste traite son sujet de manière toujours très personnelle. À travers la figure de Hoover, on retrouve tous les thèmes qui lui sont chers : l’individu solitaire en lutte contre lui-même et les autres, rédempteur confronté à ses insuffisances, éprouvé par son vieillissement (de Impitoyable à Gran Torino). Les personnages qu’il campe en disent long sur ses propres questionnements, obsessions ou contritions existentielles.

2Cette fois-ci, il s’attaque d’une certaine manière plus frontalement à l’icône virile qu’il a été dans le passé et au virilisme homophobe qu’il a pu nourrir notamment avec le personnage de l’inspecteur Harry. Mais son choix artistique présent s’avère pour le moins périlleux. Il n’aborde pas son sujet à travers un personnage archétypique de l’américain moyen, un anonyme ordinaire, mais en narrant la vie de J. Edgar Hoover, fondateur du FBI au début des années 1930 et son directeur jusque dans les années 1970. Une figure pour le moins inquiétante et importante de l’Amérique du XXème siècle, qui incarne sa tentation fasciste, son anticommunisme primaire, lorsque sa passion pour l’ordre conservateur corrompt ses principes démocratiques. Le film d’Eastwood ne fait qu’effleurer cet aspect-là pourtant crucial et finit par l’occulter à force de vouloir mettre au cœur du sujet l’homosexualité d’Hoover et son refoulement homophobe, sans en saisir les dimensions sociales et politiques.

3La manière dont le film focalise la sexualité de Hoover lui donne une épaisseur humaine indéniable. Eastwood évoque avec délicatesse et sensibilité la longue liaison amoureuse de Hoover avec son premier adjoint, surtout dans les scènes qui les montrent à la fin de leur vie. Il laisse poindre une certaine ambiguïté sexuelle chez Hoover avec sa fidèle secrétaire et complice dévouée. Il n’évite pas les poncifs sur l’homosexualité, quand il s’appesantit sur l’attachement passionné d’Hoover à sa mère et ne semble que vaguement percevoir les implications sociales de l’emprise psychologique qu’elle a pu exercer sur lui.

4Cette épaisseur humaine accordée à Hoover, s’établit au prix de l’oubli d’une grande partie de ses actes en tant que chef du FBI. Certes, Eastwood donne à voir son comportement autocrate, paranoïaque et manipulateur, dès le début de sa carrière jusqu’à la fin. Constitution de dossiers personnels compromettant sur les dirigeants politiques, pour forcer leur soutien institutionnel et assurer son maintien en poste, culte de la personnalité par des opérations de communication en direction du grand public visant d’abord à asseoir sa propre notoriété à travers celle du FBI. Mais le film accorde une place particulièrement longue au fin limier Hoover dans l’affaire du kidnapping de l’enfant Lindbergh, alors qu’il ne fait que survoler par bribes impressionnistes, par trop subliminales, son implication dans le maccarthysme, son mutisme au moment des assassinats des frères Kennedy, ses accointances avec la mafia qui le maintenait sous son contrôle, sa haine des mouvements sociaux des années 1960 et son racisme, que le film n’évoque que furtivement avec le moment où Martin Luther King obtient le prix Nobel de la paix.

5On sort du film avec la désagréable impression qu’Eastwood feinte et esquive le cœur du sujet politique. Est-ce pour mieux s’attacher les faveurs du cinéma mainstream hollywoodien ? Son parti pris scénaristique élude l’essentiel et semble trop parasité par ses propres nœuds biographiques. Ce qu’il met en avant dans la vie d’Hoover révèle une mémoire sélective trop assujettie à la contrainte sociale dominante. Eastwood n’est probablement pas si dupe de cela. Ne fait-il pas un clin d’œil roublard au spectateur, à la fin du film, lorsqu’apparaît un Nixon lançant une dernière tirade homophobe à la mort d’Hoover ? De tous les présidents des États-Unis qui jalonnent la longue carrière de Hoover, c’est le seul qu’Eastwood montre à l’écran, sous des traits parfaitement irréalistes et beaucoup plus proches de ceux de l’inspecteur Harry que du vrai Nixon, comme pour nous dire que cette histoire est d’abord la sienne. Mais ce qui fonctionne plutôt bien lorsqu’il campe des américains ordinaires, laisse perplexe et prête le flan à la critique quand il prend pour sujet un personnage historique tel qu’Hoover.

6A n’en pas douter, l’œuvre cinématographique d’Eastwood, à partir des années 1990, est traversée d’un profond humanisme. Il traite avec finesse des injustices et des violences sociales de la société américaine. En mettant en scène des personnages faillibles, à l’épaisseur humaine complexe, il évite l’écueil du positivisme binaire et manichéen du bien contre le mal, si fréquent dans le cinéma populaire américain. Mais cet humanisme subtil d’Eastwood demeure aussi profondément ancré dans un conservatisme qui a tendance à mettre hors jeu la question politique. Son engagement personnel, perceptible dans la manière dont il aborde ses thèmes de prédilection, trouve là sa limite conformiste, qui s’avère particulièrement gênante dans le cas de J. Edgar.

7Il rate une occasion de montrer en profondeur la tyrannie à laquelle s’expose la société, lorsque le désir normopathe enkysté chez l’individu Hoover (bien plus fort finalement que son désir homosexuel) rencontre la puissance d’une institution (chargée de la sécurité des citoyens) et déjoue ses mécanismes de régulation démocratique pour s’imposer. Trop occupé à faire valoir sa propre homophilie, Eastwood ne réussit qu’à mettre en scène une complaisance conservatrice à l’égard d’Hoover.

8En coulisse, la socialisation hétéronormée est toujours vivace et agissante. Eastwood négocie trop adroitement avec celle-ci, pour être en mesure de la questionner en profondeur. En conséquence, son film passe trop à distance des effets de domination destructeurs engendrés par une telle socialisation, que ce soit au niveau de l’individu, de l’institution ou de la société. Le cas Hoover en était pourtant historiquement emblématique. Dommage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Fridlender, « J. Edgar : un Eastwood trop homophile pour être honnête », Lectures [En ligne], Les notes critiques, 2012, mis en ligne le 25 janvier 2012, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7346

Haut de page

Rédacteur

Jean-Marc Fridlender

Sociologue.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page