Navigation – Plan du site

« Le pouvoir économique. Classes sociales et modes de domination (1) », Actes de la Recherche en sciences sociales, n° 190, décembre 2011

Igor Martinache
Le pouvoir économique
Anne-Catherine Wagner (dir.), « Le pouvoir économique. Classes sociales et modes de domination (1) », Actes de la Recherche en sciences sociales, 190, Décembre 2011, 190 p., Seuil, ISBN : 9782021064216.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’Élite du pouvoir, Paris, Maspero, 1969 [1956] – nouvel exemple de traduction hasardeuse d'un tit (...)
  • 2 Voir notamment Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, Le président des riches, Paris, La Découve (...)

1En ces temps de campagne électorale dans l'Hexagone, mais aussi au Sénégal, en Russie ou aux États-Unis, notamment, l'agitation médiatique incline à croire que l'exercice du pouvoir se concentre dans les mains de ceux qui briguent les sommets de l’État. Et pour autant, flottent également dans l'air du temps les discours selon lesquels les responsables politiques seraient devenus impuissants face aux « marchés » de capitaux qui dicteraient leurs règles en même temps qu'ils auraient la faculté de se soustraire à celles des parlements. L'une comme l'autre de ces perspectives se révèle, consciemment ou non, bien peu attentive aux interdépendances et formes de coopération, sinon connivences, entre les différentes fractions des classes dominantes, renseignées par nombre de recherches plus ou moins « scientifiques » depuis la parution de l'ouvrage fondateur de Charles Wright Mills, The Power Elite, en 19561, qui mettait en évidence l'intégration étroite des différentes sphères d'influence institutionnelles, politique, économique et militaire dans la société états-unienne de l'après-guerre. Et s'il est difficile d'ignorer aujourd'hui en France les relations proches qu'entretient l’actuel président de la République avec un certain nombre des milliardaires les plus influents de l'Hexagone2, la simple compilation des articles que la presse, et notamment un célèbre hebdomadaire satyrique, consacre à ces liens incestueux ne suffit pour autant pas à en comprendre les ressorts et implications structurels.

  • 3 Sur l'Etat, Paris, Seuil, 2012 : http://lectures.revues.org/7206
  • 4 Auteure notamment d'un éclairant « Repères » intitulé Les classes sociales dans la mondialisation, (...)

2Ce sont ces derniers que ce dossier des Actes de la recherche en sciences sociales entend explorer alors que paraît justement au même moment le premier volume des cours « sur l’État » au Collège de France donnés par Pierre Bourdieu3, fondateur de cette revue, comme le rappelle non sans intérêt la couverture de chaque livraison, à l'occasion du dixième anniversaire de sa disparition. « Il faut que tout change pour que rien ne change », la fameuse maxime de Tancredi dans Le Guépard de Lampedusa ne manque décidément pas de clairvoyance comme le montre dans son introduction, Anne-Cécile Wagner4, coordinatrice de ce numéro. Elle y montre ainsi comment le concept de « mondialisation » vient brouiller la représentation de la stratification sociale, faisant croire à certains, dont de renommés sociologues, que les classes dominantes auraient laissées la place aux forces désincarnées du « marché ». Loin de là, si les structures de pouvoir ne cessent de se reconfigurer, avec des formes différentes selon les espaces nationaux, elles n'en restent pas moins bel et bien opérantes, de même qu'elles continuent de s'appuyer sur l’État. Ce sont donc ces transformations, et en particulier celles des modes de légitimation du capital économique qu'il incombe d'analyser, comme s'y emploient justement les différentes contributions rassemblées dans ce dossier.

  • 5 Concept proposé justement par Anne-Catherine Wagner dans les ouvrages précités
  • 6 Voir notamment Luc Rouban, « L'inspection générale des Finances, 1958-2008 : pantouflage et renouv (...)

3Celui-ci s'ouvre ainsi de manière quelque peu déconcertante puisque Michael Hartmann vient, dans sa contribution, battre en brèche la thèse de l'émergence d'une « classe capitaliste transnationale » que se plaisent à pointer nombre de travaux en sus des discours militants. À partir d'une analyse quantitative sur les dirigeants des 100 plus grosses firmes de huit économies nationales parmi les plus riches du globe (Etats-Unis, Chine, Japon ainsi que les cinq principales économies européennes), il montre ainsi la faible part d'étrangers parmi ces derniers, mais aussi leur faible mobilité, tant en termes de formation que de carrières, mettant en évidence un rôle encore fort joué par l’État national dans la formation des élites, particulièrement vivace dans un pays comme la France justement. Si ce constat permet de relativiser l'argument selon lequel on ne pourrait augmenter la fiscalité sur les plus riches sous peine de les voir quitter le territoire national, il n'en demeure pas moins que sa focale éloignée n'en invalide pas pour autant la montée en puissance d'un « capital international »5 dont les dividendes pourraient cependant continuer à être touchés sur le territoire national. François Denord, Paul Lagneau-Ymonet et Sylvain Thine prolongent d'une certaine manière ce premier article en s'efforçant dans le leur de cartographier le « champ du pouvoir en France » à partir d'une analyse des correspondances multiples sur près de 6 500 individus identifiés à partir de leur notice dans le Who's Who, pour mettre en évidence la manière dont ses principes organisateurs auraient évolué depuis la fin des années 1960. En dépit de la banalisation depuis lors des pratiques de « pantouflage »6 et de l'avènement du New Public Management, les oppositions entre public et privé, culturel et économique, appartenance ou non à une « grande » famille ou à la « noblesse d’État » continuent ainsi de jouer un rôle structurant, encore que selon des formes quelque peu renouvelées comme ils le précisent, avant d'évoquer pour conclure le dîner mensuel organisé par le « Siècle », club privé où se matérialisent en même temps qu'elles se constituent ou s'entretiennent les interrelations entre les différentes composantes de « l'élite ». André Mach, Thomas David et Felix Bühlmann proposent de leur côté un travail à bien des égards similaires, mais portant sur les reconfigurations des élites suisses entre 1980 et 2010 à partir d'un échantillon composé des dirigeants des principales firmes helvétiques à ces différentes époques, sur lequel ils se sont livrés à une ACM et une analyse de réseaux. Ils obtiennent cependant des résultats opposés aux deux analyses précédentes puisqu'ils mettent en évidence une profonde reconfiguration de ces dernières, avec l'affaiblissement des principes anciens de carrière pour accéder à ces dernières, et une importante internationalisation du profil de leurs membres. Un contre-exemple qui confirme la règle toutefois indiquent-ils en conclusion, tenant sans doute en large partie à la faible taille du pays, à la forte présence de capitaux étrangers et à l'intervention modérée de l’État fédéral.

  • 7 Voir notamment le dossier récent intitulé « Etat et illégalismes » dans Politix, n° 87, 2009, avec (...)
  • 8  Class Acts. Service and Inequality in Luxury Hotels. Berkeley, University of California Press, 200 (...)
  • 9  De génération en génération. Arrangements de famille dans les entreprises viticoles de Cognac, Par (...)
  • 10  De la division du travail social, Paris, PUF, 2007 [1893].
  • 11  Les nouveaux chiens de garde (2012), lui-même en partie tiré de l'essai éponyme de l'actuel direct (...)

4Tandis que la fiscalité est actuellement au cœur des débats, et notamment l'opportunité de « taxer les riches » pour enrayer le « retour des rentiers », Alexis Spire rappelle dans sa contribution qu'on ne doit pas se cantonner à analyser et discuter des règles en cette matière comme en d'autres, mais qu'il faut tout autant se pencher sur les conditions concrètes dont elles sont appliquées et appropriées par leurs destinataires, aboutissant à une « gestion différentielle des illégalismes » comme le disait Michel Foucault7. Après avoir rappelé, à partir de cas historiquement établis, la capacité collective de certaines fractions des classes dominantes à influer sur la production des règles fiscales en leur faveur, il montre à partir d'observations ethnographiques réalisées au sein des services de contentieux de centres des impôts les manières dont les contribuables les plus riches parviennent non seulement à jouer sur les marges d'application des règles fiscales, mais plus encore à convertir les inspecteurs ou contrôleurs fiscaux en véritables conseillers venant renforcer l'action de conseillers juridiques en « optimisation fiscale » eux-mêmes en plein essor. L'inégalité face à l'impôt que vient ainsi renforcer l'expansion de ces « marchands de droit » repose ainsi sur l'action conciliante sinon complice de l'administration fiscale. Elle-même illustre ainsi toute la portée de cette « domestication » de l'impôt par les dominants qui consiste, comme l'explique l'auteur, non seulement à minimiser l'impôt ou éviter les sanctions, mais plus profondément encore à faire reconnaître la légitimité de leurs revenus et patrimoines. Dans la rubrique « lectures critiques », Gabriele Pinna et Bertrand Réau présentent longuement l'ouvrage de Rachel Sherman8 - paru en 2007 mais auquel l' « affaire Strauss-Kahn-Nafissatou Diallo » a redonné une actualité certaine- consacré à l'euphémisation des rapports de domination exercés dans les hôtels de luxe par les clients sur les employés, non sans reprocher cependant à l'auteure une approche trop « interactionniste » insuffisamment attentive à la position des clients et salariés dans la « divisision sociale et internationale du travail ». Céline Bessière revient pour sa part sur ses analyses de la transformation du secteur viticole dans la région de Cognac avec l'arrivée de grands groupes multinationaux de négoce de spiritueux9. Une domination internationale des négociants sur les cultivateurs qui sans être nouvelle, s'est cependant profondément reconfigurée dans la période récente, passant d'un mode paternaliste à une domination purement marchande s'exerçant dorénavant à distance. Ce numéro se referme enfin sur un manuscrit inédit ayant servi de support aux cours de Pierre Bourdieu au Collège de France en 1985-1986 consacré à la « division du travail de domination ». Il y explique ainsi comment le processus de « division du travail social » décrit par Émile Durkheim10 s'applique également au champ du pouvoir, dont les différentes franges sont ainsi reliées par une solidarité organique, qui se caractérise notamment par une reconnaissance mutuelle de ces dernières et une légitimation croisée que les intéressés répugnent toutefois à s'avouer. « C'est ainsi que les intellectuels qui montent la garde aux frontières du champ de production culturelle ne peuvent remplir leur fonction, qui est de réarmer symboliquement les fractions dominantes de la classe dominante contre les vraies ou fausses agressions ou audaces esthétiques, éthiques ou politiques de l'avant-garde intellectuelle, qu'en habillant les platitudes incertaines et les certitudes hautaines du bon sens bourgeois de tout un luxe de signes extérieurs, propres à donner à ceux qui n'en sont pas l'illusion de leur appartenance au monde qu'ils critiquent » (p. 139). Une phrase qui aurait constitué un parfait exergue au récent film de Gilles Balbastre et Yannick Kergoat consacré aux « élites » médiatiques11...

Haut de page

Notes

1 L’Élite du pouvoir, Paris, Maspero, 1969 [1956] – nouvel exemple de traduction hasardeuse d'un titre comme le font remarquer dans leur article François Denord, Paul Lagneau-Ymonet et Sylvain Thine, qui font remarquer que la conception « très institutionnaliste » du pouvoir de Mills serait mieux rendue par l'expression « l'élite au pouvoir » (p. 27).

2 Voir notamment Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, Le président des riches, Paris, La Découverte, 2010 : http://lectures.revues.org/1218

3 Sur l'Etat, Paris, Seuil, 2012 : http://lectures.revues.org/7206

4 Auteure notamment d'un éclairant « Repères » intitulé Les classes sociales dans la mondialisation, Paris, La Découverte, 2007, ainsi que de Les nouvelles élites de la mondialisation. Une immigration dorée en France, Paris, Presses Universitaires de France, 1998

5 Concept proposé justement par Anne-Catherine Wagner dans les ouvrages précités

6 Voir notamment Luc Rouban, « L'inspection générale des Finances, 1958-2008 : pantouflage et renouveau des stratégies élitaires », Sociologies pratiques, n° 21, 2010 : http://lectures.revues.org/1252

7 Voir notamment le dossier récent intitulé « Etat et illégalismes » dans Politix, n° 87, 2009, avec déjà un article sur le même thème d'Alexis Spire.

8  Class Acts. Service and Inequality in Luxury Hotels. Berkeley, University of California Press, 2007.

9  De génération en génération. Arrangements de famille dans les entreprises viticoles de Cognac, Paris, Raisons d’agir, 2010 : http://www.laviedesidees.fr/Les-heritiers-de-la-vigne.html.

10  De la division du travail social, Paris, PUF, 2007 [1893].

11  Les nouveaux chiens de garde (2012), lui-même en partie tiré de l'essai éponyme de l'actuel directeur du Monde diplomatique, Serge Halimi (Paris, Liber-Raisons d’agir, 1997). Voir le site du film : http://www.lesnouveauxchiensdegarde.com.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « « Le pouvoir économique. Classes sociales et modes de domination (1) », Actes de la Recherche en sciences sociales, n° 190, décembre 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 30 janvier 2012, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7358

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page