Navigation – Plan du site

Cécile Carra, Daniel Faggianelli, Les violences à l'école

Rachel Gasparini
Les violences à l'école
Cécile Carra, Daniel Faggianelli, Les violences à l'école, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2011, 126 p., ISBN : 9782130588283.
Haut de page

Texte intégral

1Le thème de la violence à l’école n’est pas nouveau et il a déjà été abordé par de nombreuses recherches. L'ouvrage de Cécile Carra et Daniel Faggianelli présente cependant l’avantage de synthétiser les principaux résultats (surtout sociologiques) autour de la question, tout en laissant une place à la critique de certaines lectures scientifiques et de certains choix de société pour lutter contre la violence scolaire. Le texte court du « Que sais-je » permet d’accéder rapidement aux informations les plus essentielles, même si ce format oblige bien sûr à écarter certains auteurs (il aurait été intéressant d’avoir les points de vue de David Lepoutre ou de Loïc Wacquant).

2Une première partie aborde l’histoire de la violence à l’école : le phénomène n’est pas nouveau mais à partir du début des années 1990 les analyses savantes se détournent de la compréhension de la violence de l’école sur les élèves pour comprendre celle des élèves, mouvement accompagné d’un renversement dans l’opinion et dans les politiques publiques qui montrent une méfiance accrue envers la jeunesse, particulièrement celle des « quartiers sensibles ». Les auteurs rappellent que contrairement à une idée couramment répandue, il n’est pas possible de lire les trois derniers siècles d’histoire de la discipline dans les établissements scolaires comme le passage de la fermeté au laxisme et de l’élève discipliné à l’élève irrespectueux. Le début des années 1990 se caractérise au contraire par une inflation des sanctions (plus d’exclusions définitives et temporaires), alors que les travaux scientifiques ne mesurent pas d’explosion des violences.

3La seconde partie du livre traite de la relativité de l’impression de violence et des tentatives de quantification du phénomène d’abord par le Ministère de l’intérieur en France dans les années 1990, puis par le Ministère de l’éducation qui met en place SIGNA en 2001 puis SIVIS en 2007. Les recherches s’appuyant sur les enquêtes de victimation et de violences autodéclarées enregistrent des résultats plus importants que les violences enregistrées par l’institution. Elles ont également le mérite de souligner combien les rôles sont loin d’être figés : les victimes de violence sont aussi souvent auteurs de violence. Quantifier la violence à l’école ne peut cependant se faire sans réfléchir à la définition du phénomène et donc des faits à comptabiliser. Doit-on partir de l’auteur de la violence et de son intention, de la victime et du préjudice subi ou de l’école et de la société ? Quelles catégories doit-on retenir : selon l’objectivité ou la gravité de l’acte, selon le registre de la loi, la souffrance des victimes ou le registre moral ? Cette question de définition est un point de divergence important entre les chercheurs en France, entre ceux qui défendent une définition « restrictive », se réclamant d’une approche objective et privilégiant les catégories juridiques et ceux qui veulent prendre en compte le caractère relatif et normatif de la notion. Au niveau international, une définition élargie s’est imposée, faisant référence à un éventail très large de faits, relevant du code pénal ou renvoyant à des problèmes mineurs de désordre scolaire, preuve en est le succès d’expressions telles que : « comportements antisociaux », « comportements à risque », « incivilités », « school bullying ». Les auteurs de l’ouvrage livrent ainsi une réflexion très intéressante sur la relativité de la construction d’un outil de mesure qui « est ainsi le produit d’un ensemble d’interactions, de processus de négociations, d’enjeux pluriels » (p.51).

4Il ressort des recherches sociologiques du côté des élèves qu’ils sont surtout sensibles aux violences des autres élèves, verbales ou physiques, en lien avec les relations entre pairs et la régulation de leurs interactions horizontales (se faire accepter des autres, se positionner dans les rapports sociaux) et en lien avec la reconnaissance par l’école et les enseignants (l’échec scolaire, l’humiliation ont des effets négatifs). La violence s’analyse aussi du côté des enseignants par le thème de la violence au travail, qui doit être comprise de manière large en lien avec le sentiment de dégradation des conditions de travail et de la position sociale des enseignants. La troisième partie reprend les principaux résultats des recherches analysant les causes de la violence : les approches par facteurs de risques (avec le risque d’une approche probabiliste, reposant sur l’hypothèse d’une prédisposition individuelle à la violence sans tenir compte des contextes) ; les interprétations liées aux inégalités sociales et aux rapports de pouvoir qu’elles engendrent ; la compréhension de l’« effet-établissement » (comment les caractéristiques de l’extérieur de l’école se combinent avec les caractéristiques internes de l’école).

5Enfin le dernier chapitre reprend les politiques publiques de lutte contre la violence scolaire qui dans les pays européens se caractérisent par trois axes : la sécurisation de l’espace scolaire, l’externalisation de la gestion des comportements (partenariats avec les forces de l’ordre et les autorités administratives et politiques locales) et l’augmentation du volume de règles et de la sévérité des sanctions. Ces choix ne permettent pas de répondre correctement au problème de la violence scolaire. Plus généralement, dans les pays de l’OCDE, les politiques de lutte contre la violence scolaire s’appuient sur une interprétation des écarts aux normes  scolaires qui seraient le fruit d’un défaut de socialisation, interprétation produisant une dissociation de la traditionnelle articulation instruction-socialisation ayant pour effet une volonté de centrage de l’activité de l’enseignant vers l’instruction et le renvoi de la socialisation à d’autres corps de métiers au sein de l’école.

6Plus fondamentalement, les auteurs s’interrogent en conclusion sur l’omniprésence du discours sur la violence qui occulte finalement les réflexions sur la lutte contre les inégalités sociales. Les réponses efficaces sont indirectes et passent aussi par la diminution de l’échec scolaire, par un travail sur les difficultés d’apprentissage et la diminution du sentiment d’injustice, par une réflexion sur le fonctionnement de l’établissement et sur la construction de normes partagées par les élèves.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rachel Gasparini, « Cécile Carra, Daniel Faggianelli, Les violences à l'école », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 01 février 2012, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7382

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page