Navigation – Plan du site

A quoi sert le savoir. 72 intellectuels d'aujourd'hui, 72 textes pour penser et agir

Yann Calbérac
A quoi sert le savoir.
A quoi sert le savoir. 72 intellectuels d'aujourd'hui, 72 textes pour penser et agir, Paris, PUF, 2011, ISBN : 9782130594628.
Haut de page

Texte intégral

1Pour fêter leur quatre-vingt-dixième anniversaire, les Presses Universitaires de France ont réuni, sous la férule de Michel Prigent (le regretté président du directoire de la maison d’édition) dans un volume dense de 321 pages, soixante-douze contributions (les amateurs de chiffres ronds apprécieront) qui entendent brosser un tableau stimulant sur l’utilité contemporaine du savoir. Fidèles à leur rôle de transmission des connaissances, les PUF entendent ainsi continuer à jouer leur fonction de médiateur entre le public académique et le grand public : à une époque où la pensée est en crise et où l’utilité sociale du savoir est sans-cesse contestée, cet ouvrage rassérénant entend non seulement rappeler que le savoir a plus que jamais sa place dans la société mais aussi que la société de la connaissance qu’on nous annonce ne peut se faire sans celles et ceux qui cherchent et produisent, par leur travail, de nouvelles connaissances. Ce recueil s’inscrit plus largement dans un contexte éditorial enclin à questionner l’utilité des savoirs, qu’il s’agisse du projet porté par la revue Tracés à travers son cycle de journées d’études et de numéros hors-série « A quoi servent les sciences humaines », ou la publication par Emmanuel Laurentin des réponses à la question « à quoi sert l’histoire ? » qui était posée chaque semaine dans son émission La fabrique de l’histoire sur France Culture.

2Il ne s’agit bien sûr par de rendre compte ici de la totalité des réponses apportées par les auteurs : la diversité des contributeurs (issus de tous les champs des sciences humaines et sociales) et leurs différentes façons d’aborder la question empêchent de dresser un tableau exhaustif de l’ouvrage. Chacune de ces réflexions nous entraîne en effet sur des sentiers variés. Certains explicitent l’utilité du savoir : il sert «  à résister » nous répond Jean-Paul Betbèze, alors que Monique Canto-Sperber insiste sur ce moyen qu’a l’homme de s’affirmer. D’autres préfèrent interroger ce qu’est le savoir (notamment à l’heure où il se situe, comme le rappelle Michel Delon, entre la mémoire et l’oubli) ou ce qu’il n’est pas à l’image de Georges Balandier. Certains convoquent leur discipline et son utilité sociale pour interroger celle du savoir, comme l’économiste Bertrand Jacquillat ou l’assyriologue Dominique Charpin. D’autres mettent l’accent sur leurs pratiques scientifiques comme Anne Cauquelin qui répond à la question en mobilisant les actes qu’elle accomplit au quotidien. Au fil des pages, on tombe sur les grandes questions et références qui constituent le patrimoine des humanités : le savoir pur, les Lumières et l’émancipation, le racisme, la connaissance et l’altérité, mais aussi Dieu et le bonheur que la recherche procure à ceux qui s’y livrent.

3Plus que chacune des réponses apportées, c’est la mise en résonnance de ces points de vue situés sur le savoir et nourris par l’expérience autour d’une même question centrale qui fait de cet ouvrage un tableau assez exhaustif non pas tant du travail des chercheurs que de leur place dans la société. Derrière chacune des réponses proposées se dessinent ainsi des engagements intellectuels et des prises de position qui débordent parfois du champ académique, mais aussi des pratiques scientifiques diverses et des postures méthodologiques contrastées.

4Cet ouvrage permet tout d’abord de revenir sur l’histoire des Presses Universitaires de France : il commence ainsi par une chronologie qui pose les jalons de l’histoire de cette maison d’édition qui occupe une place singulière dans le paysage éditorial et intellectuel français. C’est dans le monde de la librairie du XIXe siècle et des revues que les PUF plongent leurs racines : une nébuleuse de revues puis des collections spécialisées d’ouvrages sont fédérées en 1921 au sein d’une coopération d’édition. Tout au long du XXe siècle, les PUF poursuivent cette mission originelle : l’édition – de revues, de dictionnaires et d’ouvrages spécialisés (notamment la collection grand-public « Que sais-je ? ») – et la librairie. C’est cet héritage que l’on découvre dans ces pages qui constituent une galerie des portraits de ceux qui sont aujourd’hui les garants de l’esprit des lieux. Cela donne aussi un aperçu du champ très large de la maison d’édition qui entend couvrir tous les champs des humanités.

5L’ouvrage permet aussi d’envisager la diversité des manières de faire de la recherche aujourd’hui. En réunissant des philosophes, des sociologues, des psychanalystes, des économistes… les éditeurs n’entendent pas seulement mettre en avant la variété du champ scientifique, mais plutôt à montrer que les mêmes questions sont largement partagées et débattues : le fonctionnement de la recherche, le statut de la connaissance, l’utilité sociale du savoir ou de celui qui le produit, etc. Les clivages entre, sciences humaines et sociales, sciences pures et sciences appliquées, l’Université et le grand public disparaissent : le champ académique est divers mais uni autour des mêmes valeurs fondées sur le partage et la valorisation des connaissances.

6Mais ce qu’il y a de plus réconfortant dans ces pages, c’est sans nul doute le titre : A quoi sert le savoir. Pas de point d’interrogation. Plus qu’une question – ce qui aurait eu pour but d’inviter les contributeurs à justifier leur travail – il s’agit d’un plaidoyer à valeur militante : oui, le savoir est utile à l’homme et la société. Et surtout, on y trouve aussi la confiance portée dans la connaissance et dans l’acte de savoir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Calbérac, « A quoi sert le savoir. 72 intellectuels d'aujourd'hui, 72 textes pour penser et agir », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 02 février 2012, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7394

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page