Navigation – Plan du site

Bernard Lahire, La raison scolaire. Ecole et pratiques d'écriture, entre savoir et pouvoir

Nicolas Cancade
La raison scolaire
Bernard Lahire, La raison scolaire. Ecole et pratiques d'écriture, entre savoir et pouvoir, Presses universitaires de Rennes, coll. « Paideia », 2008, 190 p., EAN : 9782753505834.
Haut de page

Texte intégral

1L'ouvrage de B. Lahire, La Raison scolaire, dresse un panorama des multiples apports de cet auteur en sociologie de l'éducation. Composé à partir d'articles ou de contributions à des ouvrages collectifs, il articule les deux grandes problématiques autour desquelles s'est organisée la pensée de l'auteur : qu'est-ce que l'écrit et les formes sociales particulières qui l'accompagnent, engendrent comme conséquences tant d'un point de vue éducatif, cognitif que politique et comment se construisent concrètement les inégalités de réussite à l'école. Le plan de l'ouvrage reprend d'ailleurs cette répartition.

2Dans la première partie de l'ouvrage intitulée « formes scolaires, culture écrite et dispositions réflexives », B. Lahire rappelle que l'école s'est progressivement constituée comme activité sociale particulière : l'école est devenue un lieu et un temps séparé d'acquisition d'un savoir. Elle s'est ainsi différenciée des autres espaces sociaux en forgeant ses propres normes et valeurs. Il s'attache alors à tirer les conséquences de cette différenciation. L'école s'étant construite autour d'une culture écrite et de formes sociales particulières, la réussite en son sein nécessite des dispositions spécifiques et l'exercice du pouvoir y prend une forme qui lui est propre (l'autorité légale-rationnelle assise sur des règles explicites et une compétence reconnue du professeur).

3L'auteur s'attarde principalement sur les conditions de réussite à l'école primaire. Il montre que « l'objectivation écrite entraîne une série de transformations conjointes en matière de rapport au langage, de mode de connaissance (savoir objectivé vs savoir incorporé), de modes de régulation des activités (règles et normes explicites vs régularité pratique des habitus) et de mode d'apprentissage (forme scolaire vs mimesis) » (p. 56) et qu'elle se trouve au cœur du processus de construction des inégalités scolaires. La culture écrite de l'école suppose, en effet, une réflexivité qui consiste en une mise à distance de l'objet d'étude.

  • 1 Manière d'appréhender le langage comme un objet autonome étudiable pour lui-même et en lui-même et (...)
  • 2 Dans Tableaux de famille, B. Lahire s'est néanmoins intéressé au cas de réussite scolaire des enfan (...)

4Or, la maîtrise du « rapport scriptural scolaire au langage »1, celle des savoirs objectivés... qui se manifeste sous la forme de dispositions réflexives est inégalement distribuée dans l'espace social. Le développement de telles dispositions requiert des modes de socialisation spécifiques qui correspondent plutôt à ceux des classes moyennes et supérieures. Les classes populaires dans lesquelles se concentre l'échec scolaire en primaire sont également celles dans lesquelles ces dispositions sont les moins répandues2. B. Lahire met alors en évidence comment l'absence de dispositions réflexives entrave la réussite scolaire au primaire. Le sens et la finalité d'exercices scolaires qui requièrent une capacité à mettre à distance l'objet d'étude ne peuvent être saisis par des individus qui n'ont pas incorporé de dispositions adéquates. Ils détournent le sens et la finalité de ces exercices en les interprétant selon des dispositions construites par la pratique et pour la pratique. Ces individus ne peuvent donc satisfaire aux exigences de l'institution scolaire ce qui aboutit à des situations d'échec scolaire.

5Avant de terminer cette première partie, l'auteur prend soin de rappeler que la culture écrite doit beaucoup à l'analyse linguistique qui a permis de formaliser ce qui était avant tout un outil de communication. Les chercheurs, notamment les structuralistes, qui ont cherché à appliquer ses principes à des sociétés sans écriture ont procédé à des « transferts illégaux » en utilisant des principes d'interprétation allogènes à la culture orale.

6Cette théorie nécessitait des enquêtes empiriques afin d'en déterminer la validité. Dans la deuxième partie de l'ouvrage, B. Lahire revient sur les résultats de ses enquêtes. Il reprend notamment ses travaux de thèse au cours de laquelle il avait étudié le cas des classes de perfectionnement. Il montre concrètement comment les élèves en difficulté scolaire, dépourvus de dispositions réflexives adéquates mettent en œuvre des dispositions pratiques pour réaliser les exercices scolaires. Les exercices grammaticaux fondés sur l'analyse réfléchie de la nature et de la fonction des mots sont mésinterprétés et leur finalité méconnue. Les élèves des classes de perfectionnement ayant intériorisé un « rapport éthico-pratique au langage » font plutôt usage du « sens en contexte » que de la « raison grammaticale » pour effectuer des exercices construits pour être appréhendés selon un « rapport scriptural-scolaire au langage ». Cela se traduit notamment par des difficultés dans les transformations et les constructions de propositions (difficultés à remplacer un nom par son pronom en dehors de tout contexte de situation de communication), par des « réappropriations pragmatiques » (les élèves détournent le sens de la question grammaticale vers une question éthico-pratique) ou encore par des constructions de récit mal structurées.

7Après avoir décrypté les mécanismes de la réussite scolaire au sein de l'école, l'auteur revient sur les conditions familiales qui favorisent cette réussite. Il rappelle que la dotation en capital culturel des parents n'est pas suffisante pour assurer la réussite scolaire des enfants : il faut que ce capital puisse se transmettre au cours d'interactions. A l'inverse, les enfants dont les parents ne disposent que d'un faible capital culturel, peuvent développer d'autres atouts valorisables à l'école. Les parents peuvent tout d'abord leur transmettre un respect pour l'institution, un sérieux et une « docilité ». Les enfants conformeront alors leurs comportements aux règles du monde scolaire. Les parents peuvent également donner sens et place aux savoirs scolaires au sein de l'univers familial. L'enfant pourra alors les intégrer à l'économie symbolique familiale et se sentir valorisé dans ses compétences scolaires. Dans certains cas, la réussite scolaire de l'enfant s'inscrira même dans l'économie affective familiale et renforcera l'appétence de l'enfant envers l'école.

8En conclusion, cet ouvrage constitue un résumé relativement complet des apports d'un auteur majeur de la sociologie de l'éducation. Se familiariser avec les thèses d'un sociologue qui a analysé le cœur du processus de construction des inégalités scolaires au sein même des familles et de l'institution scolaire est un préalable indispensable pour mieux comprendre l'inégalité des chances à l'école. Cet ouvrage pourra néanmoins être utilement complété par des études sur les interactions entre pairs et leur influence sur la réussite scolaire car ces phénomènes sont largement inexplorés.

Haut de page

Notes

1 Manière d'appréhender le langage comme un objet autonome étudiable pour lui-même et en lui-même et déconnecté de nécessités pratiques de communication. Il s'oppose au rapport éthico-pratique au langage.

2 Dans Tableaux de famille, B. Lahire s'est néanmoins intéressé au cas de réussite scolaire des enfants issus de familles populaires et a montré comment les modes de socialisation de ces familles ont permis le développement de dispositions réflexives chez leurs enfants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Cancade, « Bernard Lahire, La raison scolaire. Ecole et pratiques d'écriture, entre savoir et pouvoir », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2009, mis en ligne le 20 avril 2009, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/743

Haut de page

Rédacteur

Nicolas Cancade

Nicolas Cancade est titulaire d'un DEA de sociologie et prépare actuellement l'agrégation de sciences économiques et sociales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page