Navigation – Plan du site

David Simon, Ed Burns, The corner, enquête sur un marché de la drogue à ciel ouvert. Volume 1 : hiver/printemps

Thierry Colmard
The corner, enquête sur un marché de la drogue à ciel ouvert
David Simon, Ed Burns, The corner, enquête sur un marché de la drogue à ciel ouvert. Volume 1 : hiver/printemps, Florent Massot, 2011, 392 p., ISBN : 9782916546803.
Haut de page

Texte intégral

1David Simon est un ancien journaliste au Baltimore Sun City Desk et Ed Burns, un ancien inspecteur de police et enseignant à Baltimore. Ils sont les créateurs de la série télévisée The Wire (Sur écoute) produite et diffusée par la chaîne de télévision nord- américaine HBO à partir de 2002 et qui totalise à ce jour cinq saisons.

2Cette production a rencontré un très grand succès de par son sujet et le traitement réalisé sans concession pour décrire le quotidien d’un quartier de Baltimore (Maryland) gangréné par le marché des drogues dures (héroïne, cocaïne, crack), miroir contemporain de l’Amérique des laissés-pour-compte. Le volume 1 hiver/printemps retrace ce quotidien sur une demi-année où l’on suit les pérégrinations de différents personnages gravitant autour des Corners, ces croisements de rues qui mettent en relations dealers et toxicomanes. Les auteurs précisent que les personnages sont réels, les noms et surnoms n’ayant pas été modifiés.

3Le propos du livre consiste à montrer de façon romancée les histoires de vie de ces personnages en alternance avec des informations socio-historiques sur la ville de Baltimore, sa population et son évolution, ainsi que le fonctionnement du marché de la drogue et son installation progressive à partir des années 1990. Le texte se perçoit donc comme un croisement entre l’investigation journalistique, la sociologie urbaine et le roman social.

4Ces trois genres alternent sans plan préétabli. Ainsi, alors que l’on suit la journée d’un dealer ou d’un toxicomane,les auteurs rappellent les étapes de la construction sociale du quartier Fayette/Monroe où au cours de la seconde moitié du XXe siècle, les habitants de souche allemande, irlandaise et écossaise ont laissé la place à des « petits blancs » venant des Appalaches puis peu à peu à des noirs de Virginie et de Caroline, ces deux groupes caractérisant l’exode rural alors très intense des années 1950/60. De même, les commerçants juifs d’Europe de l’Est vont s’effacer après les luttes pour les droits civiques des années 1960 au profit de Coréens.

5Ces informations sur la ville de Baltimore confirment les travaux d’histoire et de sociologie urbaine aux États-Unis (voir par exemple Naissance de l’Amérique industrielle (1983) d’O.Zunz sur la ville de Detroit), où davantage que le melting-pot, les logiques communautaires s’affirment au fil du temps. L’installation de populations noires d’origine rurale, à forte natalité, poussant peu à peu la plupart des communautés blanches dans des quartiers plus éloignés et séparés. La logique de ségrégation décrite par D.S. Massey et N.A.Denton dans American apartheid (1995) s’applique complètement en l’espèce et explique la construction d’un quartier ethniquement ghettoïsé.

6En effet, il s’agit bien ici de décrire la vie de cette underclass noire dont le seul horizon se situe dans le Corner où chacun y joue un rôle. Pêle-mêle, les plus jeunes, dès 13 ans côtoient parfois leurs propres parents, devenus des « zombies », terme consacré pour décrire les toxicomanes accros au « speed ball », ce mélange détonnant d’héroïne - la « dope » - et de cocaïne. Dans un quartier décrit comme laissé à l’abandon où les seuls services publics se réduisent à des rondes de police et à des arrestations de délinquants juvéniles, les plus entreprenants tirent profit du marché de la drogue selon une division du travail dans laquelle l’âge semble être le facteur classificatoire.

7Les garçons mineurs, plus ou moins déscolarisés, sont « guetteurs » ou pour les plus talentueux déjà dealer comme le personnage de DeAndre qui du haut de ses 15 ans règne déjà sur un corner à la tête de son gang d’adolescents. Les jeunes adultes sont dealers, coursiers, homme de main ou pour les plus désocialisés, braqueurs. Ces derniers ont une espérance de vie particulièrement faible car leur job consiste à dépouiller les dealers de leur stock de drogue. En bas de l’échelle, des zombies plus âgés, prématurément usés par leur addiction et fortement dépendants, jouent les rabatteurs pour les différents dealers, en vantant les qualités du produit à chaque corner en échange de leurs doses quotidiennes de drogue. Le corner a aussi ses vétérans comme ce vieux toxicomane rabatteur qui côtoie dans une indifférence réciproque un patrouilleur de la police urbaine tout aussi âgé que lui. À intervalle régulier, il embarque son lot de jeunes délinquants qui pour la plupart seront relaxés le lendemain. L’impuissance des pouvoirs publics et le manque de volonté politique agissent comme une caisse de résonance à la propre désespérance des habitants de Fayette/Monroe. L’organisation des trafics semble cristallisée dans un temps immobile où le quotidien borne l’horizon de chacun. Que ce soit les zombies, les policiers, les employés du drugbusiness, les autres habitants « clean » du quartier, le fatalisme paraît habité chaque acteur.

8Le point le plus saisissant dans la description de ce marché permanent de la drogue réside dans ces caractéristiques « idéales » d’un marché de concurrence parfaite. Des produits d’utilité semblable sont proposés aux consommateurs – les zombies – par différentes équipes de dealers qui tiennent chacune leur corner. Les rabatteurs usent de tous les artifices publicitaires pour attirer le chaland. Le crack change d’emballage – une petite flasque en verre - et se décline sous différents noms, selon les arrivages des grossistes de New York et les qualités supposées ou réelles du produit : Red Top ou Blue Top, Yellow Bags, Black and White, Spider Bags,…Et comme pour n’importe quel produit d’une société de consommation de masse, des opérations publicitaires sont organisées où tel dealer fait distribuer gratuitement une vingtaine d’échantillons à des zombies pour que son nouveau produit se fasse connaître.

9Le quartier est à l’image de ses habitants, délabré et rafistolé, des maisons plus ou moins abandonnées servent à la fois de « salle de shoot » et d’abri pour les zombies les plus clochardisés. Ces derniers survivent en étant rabatteur, en vendant de la ferraille au poids ou à travers des petites combines qui leur permettent tout juste d’obtenir leur dose quotidienne de drogue. Dans cet univers ultra paupérisé, quelques individus tentent de recréer du lien social en dehors de la fixation du corner. C’est le cas de « Miss Ella », une quinquagénaire du quartier qui anime le centre de loisirs Martin Luther King. Elle prend en charge les enfants après l’école et tente de monter, non sans mal, une équipe de basket avec les adolescents du gang CMB de DeAndre Mc Cullough.

10Ce livre, relativement inclassable, retranscrit parfaitement l’ambiance décrite dans la série The Wire, les investigations policières en moins. Les amateurs de cette production apprécieront incontestablement le travail de D.Simmon et E.Burns d’autant plus que sa lecture ne nécessite pas de connaissances préalables en sociologie. Il a effectivement l’avantage de se lire comme un roman tout en proposant des explications sur la construction progressive, quasi surdéterminée de ce ghetto de Baltimore et la délinquance juvénile qui lui est associée. Le sous-titre de l’ouvrage mérite donc pleinement l’appellation « enquête » qui y est mentionnée, sans toutefois la rigueur d’une étude sociologique en observation participante, à la façon de l’école de Chicago – on pense par exemple à Street corner society (1943) de W.F.Whyte -.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Colmard, « David Simon, Ed Burns, The corner, enquête sur un marché de la drogue à ciel ouvert. Volume 1 : hiver/printemps », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 03 février 2012, consulté le 15 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7432

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page