Navigation – Plan du site

Evelyne Cohen , Pascale Goetschel, Martin Laurent, Pascale Ory (dir.), Dix ans d'histoire culturelle

Eric Keslassy

Texte intégral

1L’histoire culturelle a une place de plus en plus importante dans l’historiographie contemporaine. C’est à partir de ce constat qu’en 1999 l’Association pour le développement de l’histoire culturelle (ADHC) décide de créer un lieu où ceux qui considèrent y contribuer peuvent échanger sur leurs travaux. Depuis 2000, l’ADHC organise notamment tous les ans un congrès le dernier samedi de septembre afin de rendre compte de la vitalité de l’histoire culturelle : un invité d’honneur donne une conférence le matin et une table ronde permet de débattre l’après-midi. L’ouvrage Dix ans d’histoire culturelle réunit les textes des dix conférences et la retranscription de la plupart des tables rondes qui se sont déroulées lors des congrès de l’ADHC.

2A travers la lecture de cette somme, on peut dégager quelques lignes directrices comme le propose le président de l’ADHC, Pascal Ory, dans l’introduction générale : l’histoire culturelle est d’abord une branche de l’histoire, ce que démontrent parfaitement les contributions d’Erik Neveu – qui s’interroge sur le sens de la ligne Paris-Londres des Cultural Studies –, d’Anne Claude Ambroise Rendu qui analyse les frontières (et leurs perméabilités) entre l’histoire culturelle et l’histoire des médias, de Christian Chevandier qui démontre combien le culturel est important lorsqu’on se propose de travailler sur l’histoire sociale ou encore de Régis Debray qui établit le bilan de « sa » médiologie – cette théorie des médiations techniques et institutionnelles de la culture. Mais l’histoire culturelle se définit également comme une histoire du contemporain ce qui est particulièrement visible avec les textes d’Arlette Farge qui se plonge dans les archives de police du XVIIIe siècle pour construire des objets qui se révèlent encore pertinents aujourd’hui ou de Michel Pastoureau qui nous conte une passionnante petite histoire des couleurs en accentuant sur ses possibilités et ses limites. Enfin l’histoire culturelle peut s’approcher par l’apparentement des hypothèses qu’elle met à l’épreuve de catégories historiques récentes – comme les « lieux de mémoires » de Pierre Nora ou la télévision (Evelyne Cohen en analyse le lien avec la culture de masse). On découvre alors que l’objet ultime de l’histoire culturelle peut se percevoir dans l’analyse de l’imaginaire du social comme l’indique particulièrement les conférences d’Alain Corbain – « Pour une histoire de la sensibilité au temps qu’il fait » –, de Michelle Perrot qui se penche sur « Une maison romantique : le Nohant de George Sand » ou encore d’André Rauch qui formule le questionnement hypothétique d’une histoire du masculin – quand l’histoire du genre s’est engagée, en France, avec celle des femmes.

3Ce tour d’horizon intellectuel de l’histoire culturelle ne pouvait s’entendre sans une dimension internationale. Aussi, Christophe Charle se demande s’il est possible d’écrire une histoire de la culture à l’époque contemporaine et Michael Kelly nous offre les regards britanniques sur l’histoire culturelle française. L’approche italienne est discutée au cours d’une table ronde et Svelta Moussakova nous invite à comprendre l’enseignement de l’histoire culturelle dans le paysage universitaire de l’Europe de l’Est.  Passionnant. Assi, comme le remarque Pascal Ory, il n’est pas surprenant qu’une association internationale vouée à l’histoire culturelle se soit mise en place en 2007 : l’International Society for Cultural History (ISCH).

4De la définition de l’histoire culturelle en général – on a souvent préféré parler d’histoire sociale des représentations qui englobe sans doute un champ trop large –, à l’étude des temporalités de l’histoire culturelle du contemporain – de nombreux historiens ont longtemps considéré qu’il s’agissait d’une mode, destinée à disparaître –, en passant par l’analyse du véritable enjeu, soit comprendre comment l’histoire contemporaine s’est convertie à l’histoire culturelle, cet ouvrage nous livre un panorama très complet de ce qu’il faut savoir sur l’histoire culturelle. Au bout du compte, on saisit aussi que ce domaine de l’histoire, désormais institutionnalisée, ne doit plus penser les conditions de son développement mais les limites de son expansion. De ce point de vue, il conviendrait de mettre un terme à l’opposition factice qui a trop longtemps dominé les rapports entre l’histoire culturelle et l’histoire culturelle. L’ADHC s’y emploie en montrant notamment que les deux champs de l’historiographie contemporaine ont de solides points de convergence : il faut se méfier des imaginaires, s’interroger sur les représentations nationales et analyser les constructions médiatiques.

5Certaines contributions sont techniques mais la lecture de Dix ans d’histoire culturelle se fait globalement assez facilement. Et on y apprend plein de choses !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Evelyne Cohen , Pascale Goetschel, Martin Laurent, Pascale Ory (dir.), Dix ans d'histoire culturelle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 04 février 2012, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7438

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page