Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2012"On ne naît pas penchée, on le de...

"On ne naît pas penchée, on le devient" suivi de "Por encima del nivel"

Emmanuelle Zolesio
"On ne naît pas penchée, on le devient" suivi de "Por encima del nivel"
"On ne naît pas penchée, on le devient" suivi de "Por encima del nivel", Lyon, Traboules AV, 2011.
Haut de page

Texte intégral

1Ce DVD propose deux courts métrages réalisés par des collectifs de cinéastes en France et à Cuba. Le supplément propose des photographies de Sahily Borrero sur la « penchitude », principalement des photos de mannequins tout en courbure, distillées tout au long des courts métrages.

  • 1  Bourdieu P., La domination masculine, Paris, Seuil, 1998.

2Le premier court métrage, « On ne naît pas penchée, on le devient », réalisé par le groupe genre et vidéo de Grand ensembles, dure 20 minutes. Il contient une succession d’images destinées à montrer principalement le traitement de l’image du corps féminin comparé au corps masculin. En voix off, comme seuls commentaires discursifs, on trouve des extraits de magazines féminins et masculins, de romans à l’eau de rose, de dictionnaires, de littérature classique, de forums de discussions, de sites web de spécialistes exerçant dans les domaines du mannequinat, de la psychanalyse, de l’histoire de l’art, des sciences comportementales, de la religion et de la santé. On peut juste regretter que la source de chaque citation ne soit pas mieux identifiée. Au spectateur de retrouver la piste de ces extraits. On appréciera particulièrement la litanie en stéréo des adjectifs rapportés au féminin et associant la courbe au « contournement, à l’inconséquence, au tourmenté, au variable, lunatique, hypocrite tortueux, etc. » quand la droiture masculine est synonyme de « rectitude, d’impartialité, du côté carré, irréprochable, etc. ». Une liste qui n’est pas sans rappeler les oppositions binaires de La domination masculine de Pierre Bourdieu1.

3Le second court-métrage, « Por encima del nivel » (Tu dépasses les bornes), ne dure que 7 minutes. Réalisé par le collectif franco-cubain Ricotas produccion, il fait faire un tour au spectateur du côté de la Havane, proposant des extraits musicaux entraînants. En fond sonore des images de femmes à talons hauts, de balancements de hanches suggestifs ou d’hommes dragueurs en train de contempler ces courbures, sont ainsi déroulées des salsas cubaines aux paroles, elles aussi suggestives. Du « Quel beau déhanché, arrête de bouger, tu es dépassée par ton déhanché » à « Quel plaisir, un monde plein de courbes féminines », sont rappelées les injonctions qui pèsent sur les femmes. Sont cités également des « piropos », compliments machistes typiques, tels que « Tu es comme la langouste, avec toute ta viande sur le derrière ». La vision de la femme qui s’en dégage est celle d’une pure silhouette ramenée à un objet de désir masculin.

  • 2  Dont on trouve un compte-rendu réalisé par Maud Navarre sur Lectures : http://lectures.revues.org/ (...)
  • 3  Grâce notamment au dossier pédagogique à destination des enseignants proposé par le réalisateur su (...)

4Nul doute, ces deux courts-métrages rappellent bien implicitement certains des mécanismes de la domination masculine et pourront servir de support pédagogique pour rappeler la socialisation corporelle que subissent les femmes. Mais le propos du film documentaire La domination masculine de Patric Jean (2010)2 nous paraît toutefois plus efficace de ce point de vue, par la systématisation des scènes sociales abordées3, son inconvénient étant peut-être la longueur par rapport à ces courts-métrages. Un usage combiné nous paraît une piste féconde à exploiter par les enseignants.

Haut de page

Notes

1  Bourdieu P., La domination masculine, Paris, Seuil, 1998.

2  Dont on trouve un compte-rendu réalisé par Maud Navarre sur Lectures : http://lectures.revues.org/1173

3  Grâce notamment au dossier pédagogique à destination des enseignants proposé par le réalisateur sur son site (www.ladominationmasculine.net.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Zolesio, « "On ne naît pas penchée, on le devient" suivi de "Por encima del nivel" », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 06 février 2012, consulté le 20 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7441 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.7441

Haut de page

Rédacteur

Emmanuelle Zolesio

Docteure en sociologie, ATER à Lille 3, membre du Centre Max Weber, équipe « Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations »

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search