Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2012Maxime Quijoux, Flaviene Lanna, R...

Maxime Quijoux, Flaviene Lanna, Raúl Matta, Julien Rebotier, Gildas de Séchelles (dir.), Cultures et inégalités. Enquêtes sur les dimensions culturelles des rapports sociaux

Philippe Lorenzo
Cultures et inégalités
Maxime Quijoux, Flaviene Lanna, Raúl Matta, Julien Rebotier, Gildas de Séchelles (dir.), Cultures et inégalités. Enquêtes sur les dimensions culturelles des rapports sociaux, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2011, ISBN : 9722896555327.
Haut de page

Texte intégral

1Ce petit livre est issu d’une journée organisée à Paris en 2009 par le Groupe d’études comparées cultures et inégalités (Gecci) dont l’objet est de comprendre les réalités sociales de classes et de questionner les rapports entre cultures et inégalités, notamment à l’intérieur même des classes populaires et dans les interactions avec les autres classes. Il s’interroge sur la dimension culturelle des rapports de classe, de sexe et de race, notamment la capacité des inégalités à produire des spécificités culturelles et la nature des enjeux politiques portés par les cultures issues des divisions sociales. Ce sont les bases sur lesquelles les contributeurs de ce livre ont réécrit leurs interventions données lors de la journée de 2009. La majeure partie des textes (sept sur neuf) est issue de recherches menées en Amérique du Sud - Brésil, Argentine, Pérou, Guatemala – ou centrale – Colombie.

2L’ouvrage s’organise en trois parties, d’importances inégales : Identités et inégalités, Activités, cultures et inégalités, Territoires, risques et inégalités. S’il fallait trouver un lien entre tous les textes, il faudrait très certainement le voir dans une approche bourdieusienne des rapports de classe à laquelle tous les auteurs font plus ou moins explicitement référence.

3La première partie a vocation à élucider la construction de l’identité. De race, avec Maxime Cervulle qui montre comment le point de vue normé qu’est la « blanchité » – au sens de rapport de domination du Blanc – a pu induire la construction intellectuelle du concept de « minorités ». On soulignera sa proposition finale d’une (re)construction pragmatique du concept de race – abandonné par les sciences sociales en France depuis plusieurs décennies par peur d’une instrumentalisation par une « réification du racisme et des identités raciales » permettrait de rendre visible des modes d’exclusion. De groupe ethnique, avec Luisa Sanchez, pour qui la population amérindienne qui migre vers les villes de Colombie est construite de divers « ajustements identitaires », traversés par le genre, la position sociale d’origine mais aussi d’arrivée, les représentations sociales… Quentin Delpech se concentre pour sa part sur la construction d’un espace militant et politique au Guatemala et analyse comment cet espace est recomposé par l’intervention d’ONG dans la revendication pour des droits socio-économiques des travailleurs, ici principalement des femmes, vient en quelque sorte concurrencer les syndicats ouvriers.

4La seconde partie met en exergue le travail comme facteur de domination dans les rapports sociaux, aussi bien entre les classes sociales qu’à l’intérieur même de la classe ouvrière. On s’étonnera du parti-pris éditorial qui fait voisiner les quatre textes qui forment cette partie. Les deux premières analyses portent sur la construction identitaire de groupes professionnels au Brésil : les cultivateurs de soja (Pasqualle Lubello) et les créateurs d’une coopérative de construction de wagon (Flavienne Lanna). Loin d’être homogènes, ces deux groupes (se) sont construits sur un rapport dominants/dominés : par l’accès à et l’utilisation d’une culture de l’innovation technologique dans le premier cas, par l’ancienneté dans le métier qui en appelle à une « culture du paternalisme », pour le deuxième. S’ils se rattachent à une activité professionnelle, les deux textes suivants ont une logique tout à fait différente, qui les éloigne, l’une comme l’autre, et de la culture, et de l’inégalité. La recherche de Gildas de Séchelles sur les musiciens de musiques amplifiées comme celle de Raul Matta sur la cuisine à Lima regardent davantage la construction de trajectoires individuelles, pour l’une, la construction d’un « code culturel » si ne n’est d’une mode pour l’autre. Pour intéressante qu’elle soit – comment, pourquoi devient-on musicien interprète ou musicien créateur après avoir joué dans des groupes musicaux « communautaires » ? – on saisit mal le lien entre culture et inégalités, si ce n’est que la musique est une activité culturelle, et qu’on postule une inégalité de nature entre créateur  - « préoccupé par le développement de son œuvre » – et « interprète » - « ne pouvant prétendre à cette reconnaissance [de l’œuvre] ». Pour Matta, l’émergence de la cuisine-fusion liménienne, affirme une perspective de distinction sociale par l’appropriation par les restaurateurs en vue de la « haute gastronomie » de Lima de plats ou ingrédients de la cuisine populaire. Une approche que ne renierait pas le Bourdieu de De l’art

5Tout comme il ne renierait pas la troisième partie qui met en exergue le territoire comme enjeu dans les rapports entre cultures et inégalités. Une étude sur le recours aux services de sécurité privée en Argentine (Federico Lorenc Valcarce) et une seconde sur la territorialisation des risques environnementaux urbains à Caracas (Julien Rebotier). La première conclut  à une distinction sociale de l’utilisation des services de sécurité – alarme, vidéo-surveillance, gardiennage…-, l’autre, posant la question de la justice environnementale, affirme une gestion différenciée du risque significative d’inégalités sociales et culturelles.

6Ces références constantes à Bourdieu, ne célèbrent cependant pas les dix ans de sa disparition. Pour autant, et mis à part l’exotisme des terrains de recherche, l’ensemble reste très illustratif de sa sociologie, en appelant à la distinction, à la domination, aux champs sociaux. Il n’y a guère que l’habitus qui échappe aux analyses des chercheurs. La remarque liminaire de Maxime Quijoux sur les limites de la pensée de Bourdieu – penser les classes populaires en termes de « manques » versus ancrer une véritable sociologie des classes populaires s’interrogeant sur « la multitude de variables déterminant la nature des rapports sociaux de l’individu à sa classe » – si elle est pertinente n’est guère exploitée. L’analyse argumentée escomptée ferait plutôt place au florilège et pourrait finalement témoigner d’une diffusion de la pensée de Bourdieu au-delà des frontières nationales. Si le livre en appelle à un renouveau d’une sociologie des classes sociales, la pierre apportée est en définitive un peu terne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Lorenzo, « Maxime Quijoux, Flaviene Lanna, Raúl Matta, Julien Rebotier, Gildas de Séchelles (dir.), Cultures et inégalités. Enquêtes sur les dimensions culturelles des rapports sociaux », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 06 février 2012, consulté le 20 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7443 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.7443

Haut de page

Rédacteur

Philippe Lorenzo

Sociologue, chargé de cours université de Picardie, directeur de l'Instance régionale d'éducation et de promotion de la santé, directeur-adjoint de l'observatoire régional de la santé et du social de Picardie

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search