Navigation – Plan du site

Helena Hirita, Maria Rosa Lombardi, Margaret Maruani, Travail et genre. Regards croisés France-Europe-Amérique latine

Pierre Bataille
Travail et genre
Helena Hirata, Maria Rosa Lombardi, Margaret Maruani (dir.), Travail et genre. Regards croisés France-Europe-Amérique latine, La Découverte, coll. « recherches », 2008, 278 p., EAN : 9782707156556.
Haut de page

Texte intégral

1Les récentes travaux sur la place des femmes dans le marché de l'emploi en France et dans les pays industrialisés ont pointé le caractère contradictoire des évolutions de ces trente dernières années. On observe actuellement une « bipolarisation » de la condition des femmes dans l'univers professionnel: à force de réussite scolaire et de détermination, un nombre réduit d'entre elles accède désormais à certains « bastions masculins » (métiers de l'ingénierie, postes académiques...) tandis qu'une grande majorité continue à se heurter à un « plafond de verre » et se voie cantonnée à des secteurs d'activité bien particuliers (M. Maruani). Par ailleurs, elles sont aussi les premières à faire les frais de la précarisation de la condition salariale. En somme, selon l'expression de Danièle Kergoat et Helena Hirata, en matière d'emploi des femmes, « tout change, mais rien ne change ». Ainsi les « regards croisés » entre la France et d'autres pays d'Europe et d'Amérique latine proposés dans ce livre, dirigé par Helena Hirata, Maria-Rosa Lombardi et Margaret Maruani mais rassemblant les contributions d'une trentaine d'auteur.e.s issues des deux côtés de l'atlantique, offre une mise en perspective nécessaire pour mieux comprendre ces mécanismes de réactualisation/dépassement des inégalités de sexe sur le marché du travail dont les modalités varient selon les contextes socio-historique et nationaux.

2Cet ouvrage s'inscrit dans la continuité d'une succession de publications initiées par le Mage proposant une mise à jour problématisée des derniers travaux s'intéressant aux problématiques de la place des femmes dans les mondes du travail qui offre à voir - et c'est assez rare pour être souligné - une recherche en mouvement, avec ses débats internes, ses avancée mais aussi ses interrogations et surtout, s'appuyant sur une forte assise empirique. Cette dernière livraison se divise en trois grandes parties: comparaisons internationales entre marchés du travail et genre; pratiques et politiques en matière de vie professionnelle et vie familiale; genre, professions et carrières.

  • 1 LE FEUVRE Nicky, « Le genre comme outil d'analyse sociologique », Dominique Fougeyrollas et al., Le (...)

3Que retirer en termes de connaissance cumulable de ces comparaisons entre contextes socio-historique irréductibles les uns aux autres? En quoi cette comparaison éclaire réciproquement les contextes confrontés dans l'analyse? Tel est la réflexion proposée ici, dont cadre de débat général est parfaitement explicité par la contribution de Michèle Lallement. Et le genre, compris comme « système de différenciation et de hiérarchisation qui opère une bi-catégorisation relativement arbitraire dans le continuum des caractéristiques sexuelles des êtres humains1 » est un outil qui se prête parfaitement pour étayer ces questionnements. En effet, que ce soit en France (M. Maruani), au Brésil (C. Bruschini, A. Martinez Ricàoldi, C. Miglioranza Mercado) en Norvège ou en Italie (P. Cappellin), au niveau des données nationales, le rapport entre hommes et femmes face à l'emploi est défavorable à ces dernières. Pourtant, une analyse plus fine des mécanismes de cette discrimination montre que ces inégalités ne s'expriment pas de la même manière et avec la même intensité en fonction du contexte national ou à l'échelle d'un même pays, prouvant que les différences/inégalités entre les sexes au travail sont bien socio-historiques et n'ont rien d'indépassable ou de naturel. C'est ce que révèle par exemple la comparaison France-Grande Bretagne à propos de la féminisation des professions libérales (N. Le Feuvre). Le choix d'une « carrière bureaucratique » peu s'avérer plus favorable aux femmes britanniques, tant l'organisation sexuée du travail leur permet dans ce contexte national de bénéficier de mesures spéciales pur adapter leur temps de travail. En France, le modèle de réussite bureaucratique reste fortement androcentré. A moins de de laisser en suspend leur vie privée, les avocates françaises sont largement défavorisées et se tournent ainsi plus souvent vers l'exercice libéral qui permet de rester maître de son temps.

4Essayer de comprendre la logiques des continuités/variations au niveau international implique une réflexion sur les outils utilisés et l'articulation des niveaux d'analyse (M. Lallement): comment compare-t-on et à quelle échelle? C'est ici, à notre sens, l'un des intérêt majeurs de l'ouvrage. Tentant de dépasser l'opposition aujourd'hui encore trop souvent de mise entre analyse macro-quantitative et analyse micro-qualitative, les travaux exposés font souvent preuve d'une grande capacité d'innovation dans le traitement des nombreuses données empiriques que ce soit dans la construction d'indicateurs (L. Abramo et R. Todaro; N. Araujo Guimarães, M. Marschner Alves de Britto) ou la prise en compte précise de l'impact des politiques publiques sur les modalités pratiques d'accès au travail pour les femmes (J. de Henau, L. Maron, D. Meulders et S. O'Dorchai; C. Scalon, C. Araújo et F. Picanço). Les données quantitatives irriguent ainsi une réflexion sur les mutations des configurations nationales ou intra nationales et leur articulation avec les trajectoires individuelles, saisies en partie par l'analyse d'entretiens (L. Segnini; A. Neri de Souza; I. Georges; N. Le Feuvre).

5L'hétérogénéité des contributions au niveau des sujets abordés, inhérente au parti pris « comparatiste », est peut être une des faiblesses de ce livre. Le lien est parfois relativement ténu d'une contribution à l'autre. Mais une série de textes plus théoriques situés à la fin de chacune des parties permettent de revenir sur cette apparente hétérogénéité en proposant un cadre d'interprétation plus formalisé.

6Au final, cet ouvrage s'avère une bonne synthèse des débats actuel qui anime les spécialistes des problématiques liées aux inégalités sexuées dans les mondes du travail, avec une dimension expérimentale qui ne fait qu'en renforcer l'intérêt.

Haut de page

Notes

1 LE FEUVRE Nicky, « Le genre comme outil d'analyse sociologique », Dominique Fougeyrollas et al., Le genre comme catégorie d'analyse. Sociologie, histoire, littérature, L'Harmattan Paris, 2003, p. 39/52.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Bataille, « Helena Hirita, Maria Rosa Lombardi, Margaret Maruani, Travail et genre. Regards croisés France-Europe-Amérique latine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2009, mis en ligne le 19 avril 2009, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/745

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page