Navigation – Plan du site

Benoît Falaize, Marianne Koreta (dir.), La guerre d'Espagne. L'écrire et l'enseigner

Sophie Perrin
La guerre d'Espagne
Benoît Falaize, Marianne Koreta (dir.), La guerre d'Espagne. L'écrire et l'enseigner, INRP, 2010, 264 p., EAN : 9782734211983.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage, issu des rencontres internationales de Lyon en 2007 autour des façons d’écrire et d’enseigner la guerre d’Espagne, a pour fil conducteur les relations entre mémoire(s) et Histoire, sur un événement à propos duquel les récits eux-mêmes participent à poursuivre le conflit hors des tranchées : la guerre civile espagnole. En effet, la fin de celle-ci fut floue, la résistance au franquisme perdurant bien après 1939. Et aujourd’hui encore, ce conflit se prolonge à travers l’affrontement des constructions mémorielles antagonistes à son propos.

2Il est composé de deux grandes parties, regroupant chacune plusieurs articles. Au sein de la première partie, sont développés, tout d’abord, les enjeux du débat historien, dans cette situation qui constitue un cas d’école pour la réflexion sur la construction de l’Histoire autour d’événements objets de luttes mémorielles fortes. Ensuite, est explorée et discutée la place de sources moins classiques, en Histoire, que les archives écrites : les témoignages et les œuvres artistiques (cinéma, littérature…). C’est l’occasion d’approfondir la réflexion historienne autour des relations entre mémoire et Histoire. Enfin, dans la deuxième grande partie de l’ouvrage, c’est l’enseignement de la guerre civile espagnole en cours d’Histoire, en France et en Espagne, puis également dans d’autres disciplines, comme l’espagnol ou la musique, qui est étudié et, partant, mis au débat.

3Ainsi, écrire sur la guerre d’Espagne durant cette guerre, c’était y participer, commence l’ouvrage. Jusqu’en 1975, en Espagne, c’était écrire sous la contrainte franquiste. D’où le rôle important des historien.ne.s extérieur.e.s géographiquement, moins contraint.e.s par la censure. Entre 1975 et la première victoire électorale socialiste du début des années 1980, ce fut la Transition. Alors, en sus des lois d’amnistie, ont primé l’idée que la guerre avait été une guerre fratricide, dont tou.te.s étaient coupables de façon égale, et le silence, afin de permettre une « réconciliation nationale ». Il fallut attendre le début des années 1990, pour que vienne une re-polarisation des mémoires, dans un contexte créé par la chute du mur de Berlin et marqué par le succès éditorial d’ouvrages révisionnistes pourtant très pauvres d’un point de vue historien. Il fallut en revanche attendre les années 2000 pour que la lutte mémorielle côté républicain débouche sur la loi dite de la « récupération de la mémoire historique ». Mais l’ouvrage, outre ces rappels, développe aussi des exemples diversifiés de cette lutte mémorielle : notamment, l’enseignement et le tourisme.

4Les luttes autour de l’enseignement pré-existèrent au conflit. Les missions pédagogiques laissent ainsi de fortes traces, dès 1931 (seconde République), dans les zones rurales qu’elles investissent. Elles refaçonnent l’enseignement de l’Histoire afin de le placer au service de la nouvelle identité républicaine, par la mise en valeur du passé médiéval du pays, synonyme d’une Espagne multiculturelle et tolérante. Les conservateurs construisent au contraire le mythe de l’hispanidad, commémorée, en Espagne, et plus encore en Amérique, par la « fête de la race » le 12 octobre, date anniversaire de l’arrivée outre-atlantique de Christophe Collomb. C’est l’idée, née lors de la perte par l’Espagne de ses dernières colonies (1898), d’un « Empire spirituel » espagnol, précise l’ouvrage.

5Franco valorisera, dans le cadre de sa triade « Unité, catholicisme, Empire », cette mythologie, par opposition à une République désormais présentée comme période de désordre, d’indiscipline et de persécution anti-religieuse. Ce, dans les cours d’Histoire, mais aussi … via les circuits touristiques, développés dès 1938 côté franquiste.

6Le tourisme de guerre constitua, en effet, nous est-il expliqué, un autre front de lutte idéologique durant le conflit. Côté républicain, l’objectif est de propagande envers l’Etranger, afin d’inciter à la rupture d’avec la politique de non intervention dans le conflit. Il s’agit de circuits encadrés par des commissaires politiques, adressés à de hautes personnalités et célébrités exclusivement, et basés sur une idéalisation de la République, inspirée des missions pédagogiques, et occultant ses dissensions et ses dissidents (anarchistes, POUM).

7Côté franquiste, l’objectif est l’apport de devises que peut permettre un tourisme de masse. Il est aussi d’attirer de futurs partenaires. Le public visé est donc très large. La guerre y est présentée aux touristes comme une défense de la « civilisation occidentale » contre le bolchévisme, semblable à la reconquista effectuée jadis vis à vis des Maures. L’hispanidad constitue, in fine, la trame de fond des circuits proposés.

8C’est sur ces mêmes bases, que le tourisme poursuivra son important développement en Espagne, de 1939 à 1975, précise l’ouvrage. En effet, il reste un secteur privilégié pour Franco, et devient le vecteur efficace de propagation d’une certaine idée de l’Espagne, ainsi que l’origine d’un puissant empire politico-économique. Tous les domaines de la société espagnole (éducation, tourisme…) sont donc, finalement, impliqués par cette lutte idéologique durable.

9L’ouvrage nous pousse ensuite à réfléchir sur la place possible du témoignage et des arts, en tant que sources, non classiques, pour la construction de l’Histoire. Dans la remémoration autour du conflit, il y eut, en effet, un rôle important des arts, ainsi que du témoignage (via notamment la transmission familiale de récits autour de cette époque). Les auteur.e.s ramènent les œuvres au témoignage, en considérant qu’il existe le témoignage direct, par l’acteur, et un témoignage médié, via l’œuvre artistique.

10Trois exemples sont développés : l’utilisation du cinéma documentaire par les deux camps durant la guerre civile ; les comédies autour de la guerre civile, une fois celle-ci terminée, et l’évolution de leur contenu selon les rapports de force et stéréotypes sociaux dominants à chaque époque ; l’écriture et son silence durant le franquisme, puis son développement après la Transition.

11Ce développement, devenu selon certains hypertrophique, de la mémoire historique, a pu être alors accusé d’empêcher la rigueur historique. Pourtant, remarquent les auteurs, cette opposition peut également être analysée historiquement : durant la Transition, le corpus documentaire était synonyme d’objectivité, d’impartialité, de scientificité, cependant que le témoignage était soupçonné d’être manipulable, comme il l’avait été sous le franquisme.

12Le retour du témoignage s’est donc fait lors de la loi de récupération de la mémoire historique. Pour les historiens, il commence alors à être pensé comme pouvant enrichir l’historiographie de la guerre civile, par la pluralité, la multiplicité des vécus. L’important étant alors de prendre le temps de préciser qu’un témoignage est une mémoire par sa subjectivité… parmi les autres.

13Enfin, dans une dernière grande partie, l’ouvrage évoque l’enseignement de cette guerre, en Espagne et en France, et tout d’abord en cours d’Histoire. Il existe de fortes différences entre Espagne et France.

14En Espagne, il existe peu de grandes évolutions avant le début des années 2000, et les initiatives non-étatiques sont prépondérantes dans ces évolutions. Elles sont aussi, clairement, fonction des victoires électorales des conservateurs et des socialistes.

15En France, la guerre civile espagnole est vécue comme étant en lien fort avec des thèmes comme le mouvement ouvrier, le socialisme/communisme, et l’antifranquisme. Elle est présente uniquement par ses implications internationales (prélude à la seconde guerre mondiale), et non par son impact pour le peuple espagnol lui-même (exil et camps dans le sud de la France, état du pays sous le franquisme…). Mais y compris dans nos manuels, il a existé des divergences sur les causes du conflit : notamment, dans ceux utilisés dans l’enseignement catholique, ce sont la faiblesse de la seconde République, les violences anticléricales et le danger communiste, qui sont pointés comme déclencheurs.

16Par ailleurs, dans les manuels d’espagnol en France, depuis 2001 et les nouveaux programmes, une place de plus en plus importante est faite aux « jeunes auteurs » espagnols. Petits ou arrière petits-enfants de combattants de 1936, dans leurs romans, ces derniers ne traitent pas de la guerre civile, mais demandent des comptes aux politiques qui, plus de 30 ans après la mort de Franco, peinent toujours à prononcer le mot « dictature » pour évoquer l’Espagne franquiste.

17Un dernier volet de l’ouvrage évoque l’enseignement autour de cet événement via d’autres disciplines, telles la musique ou les lettres. L’étude de la musique « savante » et de la musique « populaire », mais aussi les détails, très riches, d’une séance pédagogique consistant en l’utilisation croisée, en cours d’Histoire, du tableau « Guernica » et du roman L’enfant de Guernica, constituent ce chapitre. Les exemples développés montrent comment, très concrètement, il est possible de mettre en perspective les sources « classiques » (documents d’archive), par l’utilisation de sources diversifiées (témoignages, littérature, arts…). Et comment cette mise en perspective permet une complexification du regard sur le passé, en échappant à la chimère de l’objectivité absolue, liée à la sacralisation du document d’archive comme source.

18L’un des grands mérites de l’ouvrage, outre sa rédaction rigoureuse et pourtant très accessible, est à mon sens la diversité des publics qu’il peut intéresser : historien.ne.s bien sûr, mais aussi enseignant.e.s en lycée et collège, et, plus largement, personnes porteuses d’une mémoire ou d’une autre vis à vis de l’Espagne : militant.e.s libertaires, communistes … ou encore, tout simplement, enfants dont les parents firent partie de la retirada, cet exil des vaincu.e.s de 1939 vers la France. A cet égard, l’enseignement franco-centré de l’Histoire évoqué dans l’ouvrage peut nous poser la question de l’accueil de ces enfants d’immigrés et des mémoires sociales dont ils sont porteurs. Au silence de la dictature, notre enseignement scolaire n’a-t-il pas ici ajouté celui sur l’histoire dont ils sont issus ?

19Enfin, en filigrane, est posée la question de la place du chercheur, ou même de l’acteur, qui est pris dans une situation : l’exemple du tourisme franquiste est intéressant, lorsque l’on pense à la banalité du séjour touristique dans la dictature tunisienne jusqu’au « printemps arabe » de début 2011… lorsque la dictature n’est pas en Amérique Latine, lorsqu’elle est si proche, comment la reconnaître pleinement comme telle ? Puis comment construire une scientificité/objectivité ? Et qu’est-ce que l’objectivité, ici ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Perrin, « Benoît Falaize, Marianne Koreta (dir.), La guerre d'Espagne. L'écrire et l'enseigner », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 06 février 2012, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7461

Haut de page

Rédacteur

Sophie Perrin

Titulaire d’un master 2 recherche en anthropologie de l'université Lyon 2 obtenu dans le cadre d'une reprise d'études. Chargée d'études statisticienne depuis 2003. Participante au réseau scientifique TERRA (curriculum complet disponible via le site internet de ce réseau).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page