Navigation – Plan du site

Catherine Bonvalet, Céline Clément, Jim Ogg, Réinventer la famille. L’histoire des baby-boomers

Nathalie Ortar
Réinventer la famille
Catherine Bonvalet, Céline Clément, Jim Ogg (dir.), Réinventer la famille. L'histoire des baby-boomers, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Le lien social », 2011, ISBN : 9782130580997.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Les baby-boomers : une génération mobile, La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube/INED, collection Mo (...)

1Un premier ouvrage produit par Catherine Bonvalet et Jim Ogg1 sur les baby-boomers portait sur la mobilité professionnelle, géographique et sociale. Complémentaire du premier, le présent ouvrage se recentre sur les évolutions de la famille dans une perspective historique. Loin de se contenter de dresser une exégèse d’une génération les auteurs s’attellent à la compréhension des racines des changements intervenus dans la famille au cours du siècle dernier. Comme dans le premier ouvrage où les auteurs s’attachaient à montrer la diversité des parcours, déconstruisant quelque peu le mythe d’une génération unique, l’accent est mis là aussi sur les différences rencontrées au sein des familles et des parcours sociaux et professionnels. Dépassant le simple cadre démographique, l’ouvrage propose des aller/retour entre une analyse sociétale et la compréhension des évolutions à partir de données issues du recensement et de trois programmes de recherche menés en France et en Grande-Bretagne.

2La première partie porte sur l’événement qu’a constitué le baby-boom en lui-même. Son origine reste encore largement inexpliquée, le renversement de tendance étant daté en France comme en Grande-Bretagne de 1942, soit en pleine guerre période où aucune amélioration matérielle des conditions de vie ne se dessinait, pas plus que l’issu du conflit. Son ampleur et sa durée l’ont par la suite érigé en phénomène démographique marquant. Pour tenter d’appréhender la genèse de la reprise de la natalité les auteurs dressent un portrait des parents et grands-parents des baby-boomers en portant une attention particulière aux lignées féminines (chap. 1). Cette partie est passionnante car, dépassant la démographie, les auteurs se livrent à une enquête historique sur les professions et le contexte social, s’interrogeant sur les conséquences du traumatisme de la première guerre mondiale. Ainsi, avant de s’intéresser au baby-boom per se, l’ouvrage aborde le contexte de faible natalité de l’entre-deux guerres, période qui correspond à celle de procréation des grands-mères des baby-boomers. L’étude de la génération des mères des baby-boomers pose alors trois questions au chercheur : la première porte sur le retour de tendance de la natalité, la seconde sur la faible professionnalisation de cette génération alors même qu’elle était plus instruite que la précédente et avait assuré la marche du pays en l’absence des hommes durant la guerre, la troisième sur leur acception de la tutelle de leur conjoint alors même qu’elles commençaient à obtenir un minimum de droits civiques. L’analyse permet d’indiquer que ces femmes ont déjà commencé à s’émanciper et que c’est grâce à ces prémisses que leurs filles seront armées pour poursuivre dans cette voie.

3Le chapitre sur l’enfance des baby-boomers (chap. 2) met en exergue les différentes éducations reçues malgré un vécu commun composé d’une part de conditions de vie difficiles liées à l’absence de confort et l’exiguïté des logements, et d’autre part d’une attention croissante portée à l’enfant dont le statut commence à évoluer. Ces jeunesses s’inscrivent également dans un contexte économique prospère dont les baby-boomers bénéficieront et qui influencera leur façon d’aborder le monde.

4De même que les enfances diffèrent, le vécu des décennies 1960-1970 (chap. 3 et 4), et en particulier de 1968, change totalement selon l’éducation, l’emprise du milieu familial, la capacité des jeunes à s’élever contre lui et l’âge au moment des événements. À l’instar de la diversité éducative reçue, le vécu de cette période de transition s’inscrit dans un processus multifacette où, si les normes changent, l’évolution du modèle familial ne s’effectue pas au même rythme pour tous.

  • 2  Cf. notamment « Les femmes obtiennent-elles ce qu’elles veulent ou se contentent-elles de ce qu’on (...)
  • 3  La parenté comme lieu de solidarités : l’état des enquêtes sur l’entraide en Europe, Ined, Méthode (...)

5L’un des changements apporté par cette génération est la reprise de l’activité professionnelle féminine. Le chapitre V apporte un éclairage sur les tensions, entre poursuite du modèle parental et recherche d’une conciliation entre famille et emploi. Ce chapitre éclaire particulièrement le rôle du modèle social comme prescripteur de comportements. Reprenant les thèses de Catherine Hakim2, les auteurs analysent comment les femmes ont obtenu les modes de garde qu’elles souhaitaient pour pouvoir travailler, une thèse éclairée par la comparaison entre la Grande-Bretagne et la France. Tout en restant très intéressante cette partie de l’ouvrage est plus convenue car empruntant des champs plus balisés de la sociologie de la famille. Elle aborde l’évolution du modèle familial en le réinscrivant dans le fil de l’histoire et des évolutions sociétales majeures du moment (chap. 6). Les auteurs analysent l’incidence de la montée de l’individualisme sur la famille mais soulignent que la famille continue de faire sens notamment au travers des solidarités intergénérationnelles, qui s’exercent en France comme en Grande-Bretagne, et ce malgré la réputation de plus fort individualisme de ce pays, une thématique déjà abordée lors de précédentes recherches par Catherine Bonvalet et Jim Ogg3. La famille conditionne encore les lieux d’habitation, notamment à la retraite. Elle reste un pilier, une source de richesse autant que de contraintes lorsque vient l’heure de s’occuper de ses parents. Si la famille se transforme, si les aspirations s’individualisent, cela ne s’effectue pas sans les membres du groupe familial. Au final c’est une image en demi-teinte qui émerge de l’ouvrage (chap. 7 et 8) : la génération des baby-boomers, après avoir été une génération gâtée (encore que cela soit loin d’être vrai pour tous comme le montre bien l’ouvrage), est aussi celle qui s’est heurtée à ses propres contradictions. Les difficultés éprouvées par les pères à maintenir un lien parental après un divorce sont ainsi finement décrites tout comme les complications en fin de carrière et enfin la perte de certaines de leurs certitudes face à leurs enfants confrontés au chômage. L’ensemble révèle « la diversité des fonctionnements familiaux, qu’ils s’inscrivent ou non dans la continuité des générations. » (p. 323).

6Si l’ouvrage est bien documenté et utilise judicieusement les éclairages apportés par les entretiens, il est dommage que le pari de la comparaison n’ait pas été tenu jusqu’au bout. En effet, si, lorsqu’une comparaison existe entre la France et la Grande-Bretagne elle est toujours bien venue et d’un réel intérêt, cette comparaison est parcimonieuse. Le lecteur qui souhaiterait avoir le même éclairage sur les baby-boomers britanniques et français reste ainsi sur sa faim. En effet, les éléments de contexte eux-mêmes demeurent succincts survolant plus qu’approfondissant une société dont le lecteur francophone ne possède que peu de clés. Les interviewés semblent également appartenir à des milieux sociaux moins différenciés que ceux abordés dans les cas français. Il est ainsi dommage que l’ouvrage ne tienne pas ses promesses sur cet aspect ce qui n’enlève rien de son intérêt pour l’analyse du contexte français.

Haut de page

Notes

1  Les baby-boomers : une génération mobile, La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube/INED, collection Monde en cours, 2009.

2  Cf. notamment « Les femmes obtiennent-elles ce qu’elles veulent ou se contentent-elles de ce qu’on leur propose ? », Revue OFCE, 2001, 77, p. 297-306.

3  La parenté comme lieu de solidarités : l’état des enquêtes sur l’entraide en Europe, Ined, Méthode et Savoirs n° 4, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Ortar, « Catherine Bonvalet, Céline Clément, Jim Ogg, Réinventer la famille. L’histoire des baby-boomers », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 06 février 2012, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7463

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page