Navigation – Plan du site

Stéphanie Laguérodie, Introduction à John Kenneth Galbraith

Nicolas Béfort
Introduction à John Kenneth Galbraith
Stéphanie Laguérodie, Introduction à John Kenneth Galbraith, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2011, 128 p., ISBN : 9782707159267.
Haut de page

Texte intégral

1L'ouvrage de Stéphanie Laguérodie, fort justement titré « Introduction à John Kenneth Galbraith », propose une approche synthétique de la vie et de l’œuvre (vaste) de J.K. Galbraith. La première partie de l’ouvrage est consacrée à la vie et aux grandes tendances de la pensée de Galbraith. L’analyse de l’auteur est précisée en traitant spécifiquement de sa vision de la « grande entreprise » puis dans un dernier chapitre de sa vision sur les crises financières.

  • 1  S. Laguérodie, « Introduction à John Kenneth Galbraith », coll. Repères, éd. La Découverte, 2011, (...)

2La lecture du chapitre biographique montre la forte implication politique de Galbraith et une activité finalement assez variée. Après des études d’économie marquée par l’influence de l’institutionnalisme américain et une thèse d’économie agricole, l’arrivée des idées keynésiennes l’a conduit à faire évoluer ses travaux. Ce point est développé sous la forme de l’anecdote suivante : « les thèses de Keynes le prennent à contre-pied et il est obligé qu’elles donnent raison aux intuitions de son ami entrepreneur (…) « [au fur et à mesure de ma lecture], j’ai découvert que Keynes était avec Dennison et pas avec moi. […] J’étais choqué. Je n’avais plus affaire à l’instinct primitif d’un industriel, mais à la thèse fort élaboré d’un économiste réputé [Galbraith, 1981, p.69] »1.

3Les deux premiers chapitres de ce Repère sont consacrés à la vie de l’auteur et son positionnement intellectuel et politique. Si le premier chapitre (« Le siècle d’un économiste radical », pp. 13-42) présente la vie et l’œuvre de Galbraith, le chapitre deux (« La critique de la théorie dominante » pp. 42-61) laisse penser que la critique de la « théorie dominante » a occupé une large place dans la pensée de Galbraith. Cette structure est plutôt intéressante car elle permet de replacer l’auteur dans les débats qui l’ont opposé aux économistes de l’époque (Hayek, Solow…).

4Après ce qui s’apparente au fond de la pensée de Galbraith, Laguérodie présente deux points particuliers de la pensée de Galbraith : la grande entreprise et les crises financières. Fortement influencé par Veblen, Galbraith développe dans son analyse de la « grande entreprise » une conception historiciste dans le sens où cette forme d’entreprise serait une étape historique du capitalisme. Il estime que la firme est le résultat de la recherche de la diminution de l’incertitude. La taille de l’entreprise permettrait de diminuer l’incertain dans lequel la firme se trouve en permettant la maîtrise du développement technologique. Conséquence de la séparation de la propriété de la gestion de la firme, émergerait une technostructure. Cette dernière, du fait de son caractère bureaucratique, planifierait l’activité de l’entreprise et ainsi, participerait à la diminution de l’incertitude. Le rôle de planification tient en la définition des niveaux d’emploi, de salaire etc. Les membres de la technostructure (le management des firmes) utilisent leur pouvoir afin de bénéficier d’opportunités de promotion par exemple. Galbraith se démarque ici de la « théorie standard » en expliquant que la technostructure ne cherche pas à maximiser le profit mais leur pouvoir. Il s’agirait alors d’une bureaucratie chargée de planifier. Cette approche n’est finalement pas très éloignée de la théorie managériale. Cette dernière permet cependant d’aller plus loin dans la compréhension de ce qui se passe au sein de la firme. En revanche, et c’est une critique apportée régulièrement par S. Laguérodie, Galbraith n’a pas systématisé ses analyses.

5Le dernier chapitre de l’ouvrage est consacré à l’analyse des crises financières et plus particulièrement des bulles par Galbraith. S. Laguérodie rappelle tout d’abord la lecture de la crise de 1929 qu’a faite Galbraith. Se livrant à l’analyse, au jour le jour, de la pensée des acteurs de l’époque, il a montré que la crise était liée à un ralentissement de la demande et a été renforcée par la spéculation (du fait du renforcement du pessimisme des acteurs). De même, il s’est intéressé à la structure institutionnelle de l’économie américaine de l’époque. Cette dernière portait plusieurs faiblesses au rang desquelles l’inégale répartition des richesses, des dettes interdépendantes entre entreprises ayant participé à une « euphorie générale », la faiblesse de la capitalisation des banques et l’inexpérience de l’ensemble des acteurs. Cette analyse conduit Galbraith à proposer une régulation de l’économie afin de limiter la spéculation et le risque de crises. A priori séduisant, le discours de Galbraith n’est pas tellement éloigné des propositions du moment concernant la finance. Ainsi, ces analyses n’interrogent peut être pas suffisamment les fondements du capitalisme en ne s’intéressant qu’à une de ses manifestations.

6Il aurait été appréciable que l'auteure de ce Repères explique la participation de Galbraith à la fondation du Journal of Post-keynesianEconomics puis son éloignement de cette revue. Il nous semble que la compréhension du positionnement intellectuel de l'auteur aurait ainsi gagné en profondeur. Cependant, nous n'oublions pas la difficulté de rédiger une telle introduction à un auteur contemporain.

7La conclusion de l'ouvrage tente d'expliquer l'héritage « maigre » de Galbraith. Malgré une profusion de travaux, ces derniers n'ont pas donné lieu à l'émergence d'une école « galbraithienne ». En effet, ce dernier n'a pas « systématisé »ses théories et a essentiellement produit des analyses historiques. S. Laguérodie utilise cet argument pour rapprocher Galbraith des institutionnalismes historiques.

8Si les remarques que nous avons formulées tiennent fort certainement essentiellement au format du Repères, qui suppose un difficile exercice de synthèse en un nombre restreint de pages lorsqu’il s’agit d’introduire à la pensée d’un auteur ayant eu une vie riche tant sur le plan de la publication que de l’engagement, le lecteur attendant une présentation plus détaillée de la pensée de Galbraith risque d’être un peu déçu.

Haut de page

Notes

1  S. Laguérodie, « Introduction à John Kenneth Galbraith », coll. Repères, éd. La Découverte, 2011, 121pp., p. 26. Dennison était un entrepreneur avec lequel Galbraith a écrit « Modern competition and business policy », Oxford UniversityPress, 1938

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Béfort, « Stéphanie Laguérodie, Introduction à John Kenneth Galbraith », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 06 février 2012, consulté le 17 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7465

Haut de page

Rédacteur

Nicolas Béfort

M2 Patrimoine, Environnement et Développement Durable (R), Université de Reims Champagne-Ardenne

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page