Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2012Jean-Frédéric Dumont, Les moniteu...

Jean-Frédéric Dumont, Les moniteurs éducateurs en formation. Le partage professionnel des émotions

Etienne Antelme
Les moniteurs éducateurs en formation
Jean-Frédéric Dumont, Les moniteurs éducateurs en formation. Le partage professionnel des émotions, Paris, L'Harmattan, coll. « Le travail du social », 2011, 259 p., ISBN : 9782296550100.
Haut de page

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, écrit à partir d’une thèse soutenue en 2009, Jean-Frédéric Dumont s’intéresse à l’entrée dans la profession des moniteurs éducateurs. Dans une perspective pluridisciplinaire propre aux sciences de l’éducation, l’auteur y présente les résultats d’un dispositif original de « recherche-action-formation », s’accordant bien avec sa double identité de praticien et de chercheur, ayant lui-même exercé le métier de moniteur éducateur, avant de devenir formateur de travailleurs sociaux.

  • 1  AUTES Michel, Les paradoxes du travail social, Dunod, Paris, 1re éd. 1999. Michel Autès décrit ain (...)

2Afin d’étudier le partage professionnel des émotions comme vecteur de professionnalisation, au cours du cursus de formation et des aller-retour des élèves entre stage en établissement et groupes d’analyse des pratiques au sein de l’école – et orientés pour cette recherche en tant que collectifs professionnels de partage des émotions – le choix des moniteurs éducateurs s’avère particulièrement pertinent. En effet, au sein du travail social, parfois qualifié de « semi-profession, ni totalement « salariée », ni totalement « autonome » »1, les moniteurs éducateurs ont longtemps eu un statut incertain, subalterne vis-à-vis de celui des éducateurs spécialisés. Malgré une singularisation possible dans l’animation de la vie quotidienne suite à différentes réformes, l’entrée dans le cursus de formation conduisant à ce métier reste souvent un choix par défaut pour des personnes n’ayant pas accès à celui d’éducateur spécialisé, par exemple du fait qu’ils ne soient pas titulaires du baccalauréat.

  • 2  MIAS Christine, L’implication professionnelle dans le travail social, L’Harmattan, Paris, 1998.

3Aussi, au regard d’une faible autonomie professionnelle et reconnaissance sociale des moniteurs éducateurs, la thèse d’une professionnalisation - en tant que passage d’un ensemble de représentations sociales à des représentations professionnelles – à travers un apprentissage émotionnel comme moteur de l’implication professionnelle, s'avère tout à fait pertinente. Prenant ses distances avec certains discours persistants opposant émotions et professionnalité, les percevant comme sources d’irrationalité, Dumont met en avant le fait que loin d’une « objectivité » improbable d’un technicien de la relation, il s’agit pour l’éducateur « d’assumer sa subjectivité, et donc ses affects et ses émotions, pour les verser dans les dynamiques de transfert et de contre-transfert dont se nourrit la relation éducative ». Utilisant la métaphore de l’origami, il utilise le concept d’implication, expliquant qu’« être impliqué dans une activité professionnelle, c’est être plié dans les situations, dans les relations, c’est donc déjà appartenir à ces situations et à ces relations ; c’est être dedans ». Aussi, cette implication pourra participer d’un processus de professionnalisation, vécu activement ou passivement, selon la présence ou non de trois invariants structurels identifiés par Christine Mias2 : le sens et les finalités de l’action éducative, les repères qui l’alimentent, et enfin le sentiment de contrôle à l’égard de l’action éducative.

4En s’appuyant sur l’enregistrement de ces collectifs de partage professionnel des émotions, l’auteur a procédé à l’analyse des discours des moniteurs éducateurs en formation, à l’aide d’un logiciel d’analyse de contenu. Au cours de la formation, il s’est appuyé sur des discussions autour d’un ensemble de onze émotions, principalement sur la base des travaux de Bernard Rimé : la colère, la culpabilité, le dégoût, l’intérêt, la joie, la peur, la surprise, la tristesse, l’anxiété, l’acceptation et l’espérance.

  • 3  Pour reprendre l’expression employée par Arlie R. Hochschild [« Travail émotionnel, règles de sent (...)

5Qualifiant le professionnel de l’éducation spécialisée de gestionnaire de l’imprévu, Dumont identifie différents profils d’élèves, qui vont être différemment aux prises avec ces émotions, au cours de leur entrée dans le métier. Cependant, un trait qui leur est commun est le fait qu’ils ressentent très vite dans leur expérience l’absurdité qu’il y aurait à prétendre nier ses émotions, en accord avec une tradition philosophique occidentale les ayant souvent rejetées du côté du corps, de l’irrationalité et de la passivité intra-individuelle. S’il existe la nécessité d’un certain contrôle de ses affects et donc d’un certain « travail émotionnel »3 chez les professionnels de l’éducation spécialisée - notamment afin de constituer un pôle identificatoire pour les personnes accompagnées, et de les aider à naviguer à travers une triade Agent/Auteur/Acteur – leur acceptation par les professionnels permet le développement d’un « accordage émotionnel », et donc d’« un processus relationnel qui permet aux protagonistes de se déplacer, de se remettre en question, en leur offrant la possibilité de (re) négocier un nouveau rapport à l’autre, au monde et à soi. »

Haut de page

Notes

1  AUTES Michel, Les paradoxes du travail social, Dunod, Paris, 1re éd. 1999. Michel Autès décrit ainsi une relative autonomie des travailleurs sociaux dans la définition de leur travail, liée au droit au secret professionnel (réservé, au sens strict, aux assistants de service social), ainsi qu’au caractère « professionnel » de ses écoles de formation, à l’écart du système dominant et universitaire.

2  MIAS Christine, L’implication professionnelle dans le travail social, L’Harmattan, Paris, 1998.

3  Pour reprendre l’expression employée par Arlie R. Hochschild [« Travail émotionnel, règles de sentiment et structure sociale », in Travailler, n° 9, p. 19-49, 2003/1].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Etienne Antelme, « Jean-Frédéric Dumont, Les moniteurs éducateurs en formation. Le partage professionnel des émotions », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 09 février 2012, consulté le 16 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7482 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.7482

Haut de page

Rédacteur

Etienne Antelme

Doctorant au LATTS (Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés) Université Paris Est Marne-la-vallée

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search