Navigation – Plan du site

« Pour une éthique de la médiation culturelle ? », Raison présente, n° 177, 1er trimestre 2011

Sylvia Girel
Pour une éthique de la médiation culturelle ?
« Pour une éthique de la médiation culturelle ? », Raison présente, n° 177, 1er trimestre 2011, Nouvelles éditions rationalistes.
Haut de page

Notes de la rédaction

Ce compte rendu sera également publié dans le n° 21 de la revue Sociologie de l’art, à paraître au printemps 2012.

Texte intégral

  • 1  Voir dans le n° 20 de la revue Sociologie de l’art la recension de l’ouvrage de Serge Saada, Et si (...)
  • 2  Dossier dirigé par Blanche Le Bihan-Youinou et Louis Jacob, Presse de l’EHESP, N° 60, automne 2008 (...)

1Le dossier présenté par la revue Raison présente s’inscrit dans l’actualité des publications sur la question du rapport entre public(s) et art, sur la médiation culturelle1, autant qu’il permet de montrer une pluralité des approches et conceptions de ce domaine d’intervention. Il fait écho, mais sous un angle d’approche différent, au numéro de la revue Lien social et politiques paru en 2008 sur le thème « Médiation culturelle : enjeux dispositifs et pratiques2 », et engage ainsi à prolonger et étayer un débat amorcé mais encore peu développé. En effet, si l’expression « médiation culturelle » est suffisamment explicite pour réunir onze contributions de spécialistes (Bruno Péquignot, Jean-Claude Wallach, Bruno Nassim Aboudrar, Christian Ruby, Cyrille Planson, Anne Quentin, Cécile Camart, Catherine Bertho, Elisabeth Caillet, Marie-Hélène Vignes, Alain Kerlan) issus de disciplines différentes  (critique d’art, esthétique, histoire, histoire de l’art, philosophie, sciences de l’éducation, sociologie, etc.) avec l’objectif commun de décrire, d’analyser, de mettre en questions ce qui en relève, si l’expression est aujourd’hui utilisée couramment (à tout le moins dans les mondes de l’art et de la culture et dans les formations au service de l’art) comme allant de soi et comme si elle désignait une activité bien identifiable, force est de constater au fil des textes, que la diversité et parfois la divergence des points de vue exposés, amène à une vision contrastée.

  • 3  Sur ce sujet voir  « Médiation culturelle : l’enjeu de la gestion des ressources humaines », Nicol (...)

2Dès l’éditorial, Bruno-Nassim Aboudrar et Christian Ruby mettent en avant la pluralité des approches et les enjeux qui ont conduit à solliciter des textes sur la médiation culturelle comme objet d’étude à part entière quand elle est plus souvent abordée au détour d’autres thématiques, et ils convoquent d’emblée les médiateurs : « Ces professionnels de la culture [qui] commencent à s’organiser en association, en syndicats, donc à se doter d’un fonds de pratiques, de savoir faire, d’habitudes qui engagent, explicitement ou implicitement, sciemment ou non une déontologie du métier, elle-même adossée à une éthique encore imprécise et profondément ambivalente. » Très sollicités, les médiateurs se situent aujourd’hui à la croisée du politique, du social et de l’esthétique, occupant une position devenue centrale mais jonglant entre différents statuts et postures3, n’évitant pas, de fait, écueils et confusion des genres. Parfois un peu artiste, un peu travailleur social, un peu bonimenteur, la question se pose bien de savoir qui sont les médiateurs et que font-ils concrètement sous l’appellation « médiation culturelle ».  C’est à cette question que l’entreprise collective pour une éthique de la médiation culturelle nous invite. Plutôt qu’une présentation linéaire auteur par auteur, la suite de cette recension propose de repérer, au fil des textes, quelques uns des points essentiels, transversaux aux différentes contributions.

3Il ressort que la médiation bien qu’elle puisse prendre des formes distinctes selon l’angle d’approche privilégié (sociologique, esthétique, philosophique, historique, etc.) et selon les dispositifs observés (formels, informels, institutionnels, alternatifs, ponctuels, durables, etc.) se distingue, d’autres domaines (on pourra citer la communication, l’information, la pédagogie, l’animation culturelle, etc.), et qu’en cela elle délimite bien un champ et des finalités spécifiques ; pour autant elle ne s’oppose ni ne se démarque de ces « autres » domaines, elle y reste liée bien qu’à différents degrés selon les uns et les autres. Dans une perspective réflexive, la médiation culturelle entendue comme un domaine d’intervention et un objet de réflexion partagés mais différemment pensés selon les disciplines et les angles d’approche, se révèle un sujet particulièrement intéressant quant aux projets de pluri et d’interdisciplinarité entre sciences humaines et sociales et science de l’art, projets souvent convoqués plus rarement réalisés.

4Mais la médiation, au-delà de ces réflexions, renvoie aussi concrètement d’une part à un métier, donc à une fonction professionnelle et sociale spécifique articulée autour de savoir-faire, de compétences et de connaissances ; d’autres part à des actions et des activités, des dispositifs et des méthodes, stabilisés mais aussi amenés à se transformer, à évoluer, à se renouveler. De ce point de vue, les médiateurs, ce groupe, s’il se compose d’acteurs aux rôles, statuts, postures variés et variables dans le temps, selon les contextes et domaines de création, issus de formations différentes, constitue aujourd’hui un ensemble de professionnels de la culture avec lequel tous les acteurs des mondes de l’art (artistes, professionnels, publics…) doivent composer ; groupe dont on doit aussi prendre en compte qu’il influe sur l’organisation des mondes de l’art et de la culture. Dans une perspective ici aussi réflexive, on observe que les médiateurs occupent des positions stratégiques, véhiculent un(des) point(s) de vue et une(des) vision(s) des arts et de la culture qui viennent modifier les hiérarchies, les équilibres, les formes d’interaction entre les artistes et les publics, les expériences réceptives.

5Parler de médiation « culturelle » implique aussi de parler d’art et de culture, et dès lors et comme pour d’autres débats (sur la démocratisation par exemple), il s’agit bien de savoir de quel(s) art(s) et de quelle(s) culture(s) on parle, parce qu’il y a nécessairement différentes formes de médiation ajustées aux différentes formes de créations (formes pouvant renvoyer ici au domaine de création, musique, arts plastiques, arts du spectacle, etc., à la « nature » de l’œuvre, savante, populaire, réaliste, conceptuelle, innovante, traditionnelle, etc.). Ce qui traverse en filigrane plusieurs textes c’est bien l’idée que si certaines œuvres plus que d’autres nécessitent une médiation (et d’ailleurs pour différentes raisons qui renvoient à l’œuvre elle-même, aux publics en présence, au contexte de diffusion…) la médiation n’a pas vocation à ramener toutes les expériences à une réception « réussie, sans dissensus » ; il existe une hiérarchie, une catégorisation des œuvres que la médiation engage à cerner et à discerner non à gommer et il y a un accès différentiel (social, géographique, culturel, cognitif…) aux objets artistiques et culturels selon les individus et les groupes avec lequel le médiateur doit composer et qu’il ne peut évincer (prenant au passage la mesure du rapport qu’il entretient lui-même avec les arts et la culture, de ce qu’il transmet et comment).

6L’ensemble des contributions s’accordent donc sur le fait que le rapport aux objets artistiques et culturels ne se décrète pas mais se construit, que les usages et pratiques de la médiation culturelle aujourd’hui sont pluriels et dépassent ce qu’on aurait pu en attendre à ses débuts, en témoignent d’ailleurs la démultiplication et la diversification des formations dans ce domaine qui s’inscrivent dans des UFR, des départements, relevant de disciplines distinctes, certaines mettant l’accent sur la dimension sociale et sociologique, d’autres sur la dimension esthétique et artistique, ou encore sur la dimension muséologique, etc. ; en témoigne aussi la professionnalisation et la création de postes de médiateurs dans tous les arts, au sein de structures institutionnelles, privées, associatives et pour des fonctions très diversifiées. Démultiplication, diversification, pluralité qui peuvent aussi parfois se conjuguer avec confusion et dispersion, équivoques et paradoxes sur les effets (sociaux) et les enjeux (politiques) de la médiation culturelle et sur le rôle attendu des médiateurs. La lecture de ce dossier stimule la réflexion, et engage à poursuivre le débat, à confronter et mesurer les différentes approches de la médiation culturelle, dans une logique de complémentarité, à la recherche d’une éthique, d’un socle commun de savoirs et de savoirs faire, pour qu’elle ne soit ni instrumentalisée ni galvaudée, que les médiateurs puissent être formés « à accorder » liberté de création et pluralité des formes de réception.

Haut de page

Notes

1  Voir dans le n° 20 de la revue Sociologie de l’art la recension de l’ouvrage de Serge Saada, Et si on partageait la culture ? Essai sur la médiation culturelle et le potentiel du spectateur, Paris, éditions de l’Attribut, 2011 par Bruno Péquignot ; dans le n° 21 celle sur l’ouvrage d’André Ducret et Olivier Moeschler, Nouveaux regards sur les pratiques culturelles. Contraintes collectives, logiques individuelles et transformation des modes de vie, Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2011, par Sylvia Girel.

2  Dossier dirigé par Blanche Le Bihan-Youinou et Louis Jacob, Presse de l’EHESP, N° 60, automne 2008 (http://www.erudit.org/revue/lsp/2008/v/n60/index.html).

3  Sur ce sujet voir  « Médiation culturelle : l’enjeu de la gestion des ressources humaines », Nicolas Aubouin, Frédéric Kletz, Olivier Lenay, dans Culture Etudes, mai 2010 (source : http://www2.culture.gouv.fr/culture/deps/2008/pdf/cetudes-2010-1.pdf)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvia Girel, « « Pour une éthique de la médiation culturelle ? », Raison présente, n° 177, 1er trimestre 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 09 février 2012, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7484

Haut de page

Rédacteur

Sylvia Girel

Maître de conférences en médiation culturelle à l’université de Provence

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page