Navigation – Plan du site
Politique et religions en Asie du sud

Politique et religions en Asie du sud

Le sécularisme dans tous ses états ?
Christophe Jaffrelot, Aminah Mohammad-Arif (dir.), Politique et religions en Asie du sud. Le sécularisme dans tous ses états ?, EHESS, coll. « Purusartha », 2012, EAN : 9782713223235, URL : http://editions.ehess.fr/ouvrages/ouvrage/politique-et-religions-en-asie-du-sud/.
Notice publiée le 10 février 2012

Présentation de l'éditeur

Rares sont les ouvrages dévolus au lien entre le politique et le religieux qui comparent les différentes communautés religieuses et les différents pays d’Asie du Sud. Historiens, sociologues, anthropologues et politologues comblent ce fossé en étudiant la sécularisation foudroyante et la « confessionnalisation » consécutive des institutions. 

Le livre s’ouvre sur une partie consacrée à la trajectoire du sécularisme en Asie du Sud, né en Inde. Chacun des pays d’Asie du Sud a ensuite inventé son propre sécularisme. Comment définir cette doctrine en Asie du Sud ? C’est la reconnaissance égale de toutes les religions, sans hiérarchie entre elles ni de de relation conflictuelle avec le politique. Actuellement,  le sécularisme souffre en Asie du sud (sauf au Bangladesh) d’une contestation, car mis à l’épreuve du fait d’une montée des identités ethniques. Ainsi en Inde, les chrétiens sont mis à la marge par les hindous. La deuxième partie s’intéresse à l’implication de cette mise en question. Car malgré les différences, cette mise à l’épreuve du sécularisme relève plus d’une mise à la marge par la majorité que de conflits religieux ou ethniques. Il s’agit donc là d’un plaidoyer anticulturaliste. Ainsi au Pakistan ce sont également des musulmans qui sont menacés. Autre invariant : la femme semble être la cible privilégiée. En tant que symbole en Asie du Sud de la force reproductrice de cette minorité et garante de l’honneur de la communauté, elles sont attaquées en priorité.

La troisième partie déconstruit l’articulation religion/politique, loin d’être automatique. Car le religieux et le politique ne sont pas forcément là où on les attend. Cette distance prise est illustrée par trois cas de figure. En Inde, des femmes militantes se convertissent afin de trouver une légitimité et sortir ainsi sans autorisation ; des jeunes se convertissent par conviction politique et pour favoriser leur ascension sociale plutôt que par conviction religieuse.

Haut de page