Navigation – Plan du site

Sophie Dubuisson-Quellier, La consommation engagée

Igor Martinache
La consommation engagée
Sophie Dubuisson-Quellier, La consommation engagée, Les Presses de Sciences Po, coll. « Contester », 2009, 143 p., EAN : 9782724611052.
Haut de page

Texte intégral

1L'engouement que paraissent actuellement susciter l'agriculture biologique ou le commerce équitable pourrait laisser croire à la nouveauté de ce mode d'action politique. Tel n'est pourtant pas le cas comme le montre Sophie Dubuisson-Quellier dans ce volume introductif, en présentant d'abord l'histoire des formes de protestation de consommateurs à partir de la fin du 18ème siècle. Cela permet également d'en découvrir non seulement la variété, qui va bien au-delà des seuls boycott et buycott (prescription d'achat), mais également les liens étroits que celles-ci ont pu entretenir avec différents mouvements d'émancipation : ceux des ouvriers, des Noirs étasuniens et sud-africains, et -surtout- des femmes.

2Chargée de recherches au CNRS au Centre de Sociologie des Organisations (CSO), l'auteure vient de la sociologie économique et non de l'analyse des mouvements sociaux, ce qui confère une certaine originalité au traitement qu'elle fait de son objet. Mais la première originalité de l'ouvrage est bien l'objet lui-même, dont la définition 1 n'est pas sans poser problème. La « consommation engagée » regroupe en effet pour l'auteure l'ensemble des mobilisations qui se nouent autour des pratiques de consommation. Cela regroupe donc aussi bien les pratiques de certification, les campagnes d'information associatives, des systèmes d'échange alternatifs comme les SEL (Systèmes d'Echange Locaux) ou les AMAP (Associations pour le Maintien d'une Agriculture Payssane) que des mouvements plus radicaux comme ceux de la décroissance 2 ou le collectif des déboulonneurs 3 pour s'en tenir à des exemples français. Difficile de définir le plus petit dénominateur commun à ces formes disparates d'action, si ce n'est qu'elles insistent toutes sur les conséquences économiques et sociales des décisions de consommation, largement invisibilisées par l'« allongement des chaînes d'interdépendance » cher à Norbert Elias, mais aussi par l'activité marketing.

  • 4 Political Virtue And Shopping: Individuals, Consumerism, And Collective Action, Basingstoke, Palgra (...)
  • 5 Voir à ce sujet les travaux de Jacques Ion, notamment La fin des militants, éditions de l'Atelier, (...)
  • 6 Voir Pierre Bourdieu, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979
  • 7 Pour une dynamique analogue en ce qui concerne la promotion de la « diversité », voir l'essai de Wa (...)

3En synthétisant un certain nombre de travaux à leur sujet, l'auteure livre un certain nombre de repères socio-historiques utiles sur ces différents mouvements qui pour beaucoup s'apparentent à la notion d' « action collective individualisée » forgée par Michele Micheletti 4. Leur développement contribue ce faisant aux interrogations entourant les transformations contemporaines du militantisme 5. Ainsi, faut-il voir dans l'interpellation du consommateur le pendant logique d'un militantisme qui serait devenu plus « consumériste » ? La question est loin d'être tranchée, mais met néanmoins en évidence un certain nombre des ambiguïtés au coeur des mouvements qui composent cette nébuleuse théorique de la « consommation engagée ». Les deux principales concernent le rapport au marché - totalement assumé par certains et rejetées par d'autres qui promeuvent des alternatives aux relations marchandes-, et leur composition sociale, leurs membres étant issus majoritairement d'une classe moyenne fortement dotée en capital culturel. Même s'il ne suffit évidemment pas à invalider leurs revendications, ce dernier constat invite ainsi à se demander jusqu'à quel point une certaine logique de distinction 6 ne constituerait pas l'un des moteurs de ces mobilisations, avec les implications problématiques en termes de « classisme » que l'on pourrait en déduire 7. Difficile en tous cas de démêler l'écheveau des motivations qui peuvent amener certains à consentir à payer un supplément de prix ou à s'engager dans une démarche coopérative impliquant un engagement bien plus avancé et une remise en cause du lien marchand.

4Tout en remarquant que deux causes se prêtent particulièrement à ces formes de mobilisations, la défense de l'environnement et la lutte contre l'exploitation des travailleurs, Sophie Dubuisson-Quellier observe qu'un mouvement d'internationalisation est à l'œuvre en la matière. Celui-ci n'efface cependant pas des spécificités locales encore marquées, largement dépendantes des arrangements institutionnels propres à chaque territoire. Dans sa présentation, l'auteure n'en oublie pas pour autant de pointer un certain nombre de controverses et de limites propres à ces formes d'engagement. Elle insiste notamment bien sur le fait que, si l'on ne peut négliger son potentiel de sensibilisation, il importe cependant en effet de reconnaître que l'action par la consommation ne peut se substituer à d'autres formes d'action politique.

  • 8 Voir Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999
  • 9 Sur cette question, voir notamment Christian Jacquiau, Les Coulisses du commerce équitable. Mensong (...)

5On pourra regretter cependant que l'auteure n'approfondisse pas davantage certaines questions qui clivent profondément les mobilisations qu'elle regroupe pourtant ici. La première d'entre elles est sans doute la récupération mercantile (mais aussi politique), des préoccupations que ces initiatives soulèvent, suivant une dynamique bien analysée par ailleurs par Luc Boltanski et Eve Chiapello 8. C'est ce que dénonce le concept en vogue chez les objecteurs de croissance du greenwashing et dont les exemples nous sont quotidiennement livrés par les industriels les plus pollueurs, de même que l'approche minimaliste dite « produit » du commerce équitable portée par le label Max Havelaar est dénoncée par les tenants d'une approche « filière » plus globale 9. Plus largement, c'est bien la réduction des citoyens à leur dimension de consommateur qui fait bel et bien problème dans certaines des formes que l'auteure réunit ici. Inutile de préciser quelle idéologie se dissimule derrière cette évolution en cours largement encouragée, ainsi que les intérêts qu'elle sert.

Haut de page

Notes

1 Notamment dans son acception étymologique de « délimitation »

2 Dont on pourra avoir une bonne introduction en consultant les débats du 2ème Contre-Grenelle de l'environnement qui s'est tenu le 2 mai dernier à Lyon

3 Voir son site : http://www.deboulonneurs.org/

4 Political Virtue And Shopping: Individuals, Consumerism, And Collective Action, Basingstoke, Palgrave MacMillan, 2003

5 Voir à ce sujet les travaux de Jacques Ion, notamment La fin des militants, éditions de l'Atelier, 1997

6 Voir Pierre Bourdieu, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979

7 Pour une dynamique analogue en ce qui concerne la promotion de la « diversité », voir l'essai de Walter Benn Michaels, La diversité contre l'égalité, Paris, Raisons d'agir, 2009

8 Voir Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999

9 Sur cette question, voir notamment Christian Jacquiau, Les Coulisses du commerce équitable. Mensonges et vérités sur un petit business qui monte, Paris, Mille et une nuits, 2006

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Sophie Dubuisson-Quellier, La consommation engagée », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2009, mis en ligne le 11 mai 2009, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/751

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page