Navigation – Plan du site

Arnault Skornicki, L’économiste, la cour et la patrie. L’économie politique dans la France des Lumières

Aude Argouse
L'économiste, la cour et la patrie
Arnault Skornicki, L'économiste, la cour et la patrie. L'économie politique dans la France des Lumières, CNRS, coll. « Culture & société », 2011, 446 p., ISBN : 9782271072382.
Haut de page

Texte intégral

1L’origine du livre d’Arnault Skornicki sur l’économie politique dans la France des Lumières est une thèse de doctorat en Sciences politiques, soutenue en 2007, consacrée à la production des idées politiques dans la France du XVIIIe siècle, idées dont « la puissance politique indiscutable » nourrit toujours les discours et anime les spectres des vieilles figures du libéralisme économique. L’auteur ne laisse pas de s’étonner de cette vigueur qui finit par accoucher d’une science dont la nature, sociale, morale ou politique, fait activement débat. De fait, l’introduction du livre prend, sur une tonalité critique et maîtrisée, le chemin d’une sociogenèse de l’économie politique, entre apolitisme et dépolitisation, utopie, ou encastrement et désencastrement, pour reprendre la célèbre terminologie de K. Polianyi. A. Skornicki interroge en premier lieu la « fiction de la neutralité » de la science économique, « fondement moral de la puissance sociale et politique de la science économique, comme constitutif de son inconscient politique. » Autrement dit, la science économique procède de présupposés politiques et de désirs qui animent le gouvernement des hommes. Par conséquent, économie politique et histoire s’enchevêtrent, pour le plaisir d’un large lectorat choyé par le style appliqué de l’auteur.

2Le livre est divisé en trois parties, comportant chacune trois chapitres et, pour les deux premières, une conclusion, ainsi qu’une conclusion générale, une bibliographie et un index des noms propres. La période concerne la seconde moitié du XVIIIe siècle, des années 1750 à la fin années 1770, avec la chute de Turgot. L’auteur envisage ainsi l’articulation de sa réflexion autour de trois moments : l’autonomisation de l’économie politique, montrée par l’émergence d’une « science du commerce » ; l’apparition et la consolidation, dans les années 1760, du mouvement des physiocrates, qui s’opposent à cette science ; la réception de cette nouvelle économie politique dans le savoir de la haute administration, dont les plans respectifs de Turgot puis de Necker sont une émanation.

3La première partie est consacrée à l’espace dans lequel, au XVIIIe siècle, apparaît ce genre intellectuel (selon le terme de Johan Heilbron) doté une « intentionnalité collective ». Partant d’une délimitation de l’espace politique, qui fait explicitement référence au temps historique, « entre cour et administration », l’auteur rappelle qu’il s’agit, dans l’Ancien Régime, d’un espace de négociations au sein duquel se forgent des équilibres entre forces antagonistes. Les logiques de cour demeurent présentes quand la bureaucratie administrative est consolidée sous le règne de Louis XV. La notion d’intérêt, dont A. Skornicki souligne la valeur heuristique dans le sillage de A. Hirschman, vient alors à point nommé pour articuler la réflexion autour de celles de mercantilisme et d’une « économie de la prospérité », qui précipitent ensemble les réactions des penseurs des Lumières face à l’absolutisme du règne précédent.

4La virtuelle République des lettres accueille cette « force sociale » faisant cause commune contre « la mainmise institutionnelle de l’Eglise et de l’Université sur le savoir. » En contrepoint des descriptions de M. Weber, qui y voyait une offensive exogène, Arnault Skornicki appuie au contraire son étude sur l’éloge critique de l’économie politique par elle-même : ce qui fait « groupe », dit alors l’auteur, c’est « la dynamique de groupement d’un front commun d’hommes de lettres et de fractions dominées des savants pour renverser les positions dominantes dans le monde du savoir. » A. Hirschman soulignait déjà que le bouleversement idéologique s’était opéré dès le XVIIe siècle avec la démolition de l’idéal héroïque sans pour autant qu’apparaisse une nouvelle morale. A. Skornicki prend donc soin d’inscrire le changement dans le présent des acteurs en cause.

5Il est question plus particulièrement de l’action de l’intendant du commerce dans les années 1750, Vincent de Gournay, notoire inventeur présumé du terme de bureaucratie, maître de Turgot et meneur d’hommes qui, par leurs écrits, purent assurer la prévalence de la science du commerce dans la pensée politique. L’objectif de A. Skornicki est ici de présenter cette école de pensée, « réseau » insiste-t-il, au bénéfice de travaux récents (John Shovlin et Henry Clark) revalorisant son apport théorique dans le champ de la science politique. L’analyse de la pensée politique de la clique Gournay montre son glissement vers un nouvel humanisme civique, inspiré du libéralisme des auteurs anglais contemporains. Comment républicaniser la monarchie française et faire en sorte que les sujets deviennent citoyens ? Pour A. Skornicki, « c’est dans cet entrelacs franco-britannique que se joue la dimension patriote de l’économie politique des Lumières en France, et que s’éclaire le paradoxe d’une science du commerce qui se veut morale du bien public. » Le parler politique de la seconde moitié du XVIIIe siècle, que les membres du réseau Gournay couchent par écrit, est alors un langage de l’amour de la patrie et du bien public œuvrant pour forger un nouveau lien social entre les sujets appelés à être citoyens. Toutefois, la construction littéraire de l’honorabilité du commerce et des commerçants rencontre de sérieux obstacles dans la fameuse Querelle du luxe, que l’auteur reprend dans la troisième partie.

6La deuxième partie de l’ouvrage correspond au moment physiocratique, advenu après la mort du marquis de Gournay (1759). A. Skornicki use de la même méthode pour retracer – il dit déconstruire – la sociogenèse de la physiocratie : intérêt pour la personne du Dr Quesnay, « fils de laboureur », esquisse une biographie politique puis l’élargissement au « réseau de collaborateurs », en particulier la rencontre avec Mirabeau. Rejetant d’emblée la thèse marxiste des « bourgeois déguisés en féodaux », l’auteur montre au contraire, mais sans beaucoup d’originalité, que la société des physiocrates est tout entière traversée de la diversité des préoccupations intellectuelles liées au commerce et à la liberté. Les fermiers et la propriété prennent aussi bonne place au sein de ce que l’on appelle, depuis Tocqueville, « despotisme légal ». La trajectoire de Quesnay, issu d’un milieu modeste et roturier, présente pour la démonstration de A. Skornicki l’avantage d’une progressive politisation à l’origine du groupement physiocratique peu à peu renforcé par l’arrivée d’écrivains et de juristes qui en assurent l’expansion par voie de presse et de nombreuses publications.

7La dernière partie du livre est consacrée à la diffusion de ce nouveau savoir par les élites intermédiaires. À moins qu’il ne s’agisse de ce que l’on a coutume de référer comme la colonisation de la France par son administration. C’est à la sociologie que l’on doit justement la faculté d’élargissement de focale auquel se livre l’auteur dans cette troisième partie, notamment par la prise en compte de la pression économique dans l’ensemble du royaume (en particulier la guerre des farines en 1775). La figure de l’économiste, incarnant la philosophie rurale, finit par faire son apparition dans les salons et devient « l’administrateur éclairé » de l’Etat.

  • 1  À ce propos, on pourra lire avec intérêt Michel Foucault, « What is Enlightenment ? », in Rabinow, (...)

8Si l’on peut, à quelques reprises, reprocher à l’auteur de faire preuve de timidité dans le dépassement des limites d’une histoire nationale – à part le chapitre III sur les transferts culturels et le référent britannique, il déplore d’ailleurs le manque d’étude comparatiste – ainsi que celles d’une époque – silence sur les travaux de E. Kantorowicz et ceux plus englobants de Pierre Legendre sur l’histoire administrative – l’un des points forts de ce travail est de réussir à ne pas enfermer sa réflexion dans une historiographie économiste et d’apporter à l’étude de la « science des richesses » comme science politique, les regards croisés de l’histoire du sensible et de la sociologie de la civilité. Les néophytes en matière économique, dont nous sommes, apprécieront d’autant plus l’écriture pédagogique d’Arnault Skornicki, même sur les sujets arides et complexes. En effet, l’ouvrage, introduit par l’évocation d’un épisode d’aujourd’hui, résonne en permanence des termes d’une vaste réflexion sur l’histoire de la modernité, entendue comme rapport au présent et à soi-même.1

  • 2  Norbert Elias, La société de cour, Paris, Flammarion, 1985, 331 p.

9En outre, cette étude, au titre judicieusement allusif à une partie du contenu et à son grand attachement à une conception éliasienne de la politique2, prend le contre-pied d’un attendu de principe au sujet du libéralisme : l’histoire du capitalisme. Il ne s’agit pas, en tout cas pas en apparence, de refaire ce que d’autres ont déjà fait de l’histoire économique – on pense à l’analyse de J. Schumpeter – mais de chercher à surprendre en partant à la découverte d’un genre intellectuel qui se veut, ou se rêve, « science ». D’ailleurs, les références récurrentes aux travaux des historiens Roger Chartier, Daniel Roche ou Christine Théré ouvrent sur une histoire de la circulation des savoirs et des pratiques d’écriture.

10Ainsi, Arnault Skornicki choisit le XVIIIe siècle en raison d’une abondance de textes disponibles qui, même étudiés par fragments, représentent un effort phénoménal, témoin de la légitimation par les lettres de l’économie politique : « l’inscription sociale des auteurs est toujours plurielle, entre politique, académie et République des lettres, et doit indiquer la nature complexe de leurs stratégies, qui ne se lit jamais de manière transparente dans leurs productions textuelles et idéologiques. » De la sorte, comme l’auteur le précise dans son introduction, « l’économie politique ne fut pas la rationalisation des intérêts d’une classe désireuse d’en finir avec la domination nobiliaire, mais un discours politique destiné à perpétuer la monarchie absolue en s’attachant à ses problèmes internes. » Les mots de ce discours sont les mêmes qui légitiment l’état monarchique tout en assurant ses transformations, au point que A. Skornicki mentionne quand même une « promotion politique du capitalisme avant son apogée ». Il s’agit donc bien d’un processus endogène de transition idéologique. On ne s’étonnera pas alors de trouver, dans la syntaxe de l’auteur au long du livre, tout un arsenal de subtilités qui mènent, dans le fond, à croire que c’est là une histoire critique du capitalisme libéral, bien plus proche des analyses de P. Bourdieu qu’il n’y paraît à première vue et ouvertement inspirée de l’essai de A. Hirschman, Les passions et les intérêts.

Haut de page

Notes

1  À ce propos, on pourra lire avec intérêt Michel Foucault, « What is Enlightenment ? », in Rabinow, P. (ed.), The Foucault Reader, New York, Pantheon Books, 1984, pp. 32-50 également publié dans « Qu’est-ce que les Lumières ? », Dits et Ecrits II, 1976-1988, Paris, Gallimard, pp. 1381-1397.

2  Norbert Elias, La société de cour, Paris, Flammarion, 1985, 331 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Argouse, « Arnault Skornicki, L’économiste, la cour et la patrie. L’économie politique dans la France des Lumières », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 14 février 2012, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7531

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page