Navigation – Plan du site

Maurice Halbwachs, Le destin de la classe ouvrière

Julian Mischi
Le destin de la classe ouvrière
Maurice Halbwachs, Le destin de la classe ouvrière, Paris, PUF, coll. « Le lien social », 2011, 620 p., ISBN : 9782130585909.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage est une réédition de deux livres distincts : La Classe ouvrière et les niveaux de vie publié initialement en 1912 et L’Evolution des besoins dans les classes ouvrières paru la première fois en 1933. Entre ces deux livres, Maurice Halbwachs a publié d’autres ouvrages, notamment Les Cadres sociaux de la mémoire (1925). Néanmoins la réunion de ces deux livres au sein d’un même gros volume (576 pages) fait sens, car ils portent tous les deux sur les ouvriers et leurs consommations. Maurice Halbwachs y déploie une réflexion sur les classes sociales en mobilisant des statistiques de grande qualité sur la consommation ouvrière en Allemagne essentiellement mais aussi en France et aux Etats-Unis.

2L’intérêt de cette publication relève tout d’abord de l’histoire des sciences sociales : elle donne à voir un moment essentiel de la réflexion sociologique française entre la pensée durkheimienne dans laquelle elle s’inscrit et le travail de Pierre Bourdieu sur la distinction sociale dont elle prépare en quelque sorte le terrain. Etape essentielle également au regard du dispositif mis en œuvre : l’ambition théorique du propos sur les classes sociales et leur évolution est adossée d’une part à un travail empirique mobilisant des données statistiques et d’autre part à une réflexion méthodologique sur la construction de l’objet et les sources disponibles. Au-delà de cet intérêt épistémologique, cette réédition offre l’avantage de contribuer à replacer au centre de l’actualité sociologique une question fondamentale pour la discipline et néanmoins de plus en plus délaissée : celle de la division de la société en classes. A partir du cas de la classe ouvrière naissante, les livres de Maurice Halbwachs sont une invitation à réfléchir sur les frontières de classe, sur les processus indissociablement économiques et culturelles de différenciation des groupes sociaux.

3Le premier livre, La Classe ouvrière et les niveaux de vie. Recherches sur la hiérarchie des besoins dans les sociétés industrielles contemporaines, est la thèse de doctorat de Maurice Halbwachs. Il est introduit par une réflexion sur la notion de classe sociale, notion qui est associée à l’idée de « conscience de classe » et à un système hiérarchique (issu de la tradition durkheimienne) selon lequel « une classe occupera un niveau d’autant plus élevé que ses membres participeront davantage à la vie collective ». D’où l’intérêt d’étudier les conditions de travail et les habitudes de consommation, car la profession et la consommation expriment, chacune à leur manière, la situation sociale d’un individu et son degré de participation à la vie collective.

4La première partie de la thèse est consacrée aux limites et à l’unité de la classe ouvrière, limites par rapport aux groupes paysans d’où les ouvriers sont majoritairement issus, unité au regard des conditions techniques et juridiques du travail qui distinguent les ouvriers des employés, fonctionnaires et commerçants. Maurice Halbwachs donne une image du travail ouvrier significative des représentations lettrées et surplombantes de cet univers : l’usine est décrite comme « un milieu qui ne contient plus rien de social », où l’ouvrier est seul face à la matière et aux machines. Au travail, l’ouvrier est « hors de la société ». Ce n’est pas dans ce domaine que se situe l’apport de Maurice Halbwachs.

5La deuxième partie déplace l’analyse hors du travail, car « si les distinctions sociales ont bien là leur origine, c’est ailleurs, c’est dans la société en tant qu’elle ne produit plus, mais qu’elle consomme, qu’elles se manifestent et se précisent » (p. 115). L’analyse de deux enquêtes sur les budgets de famille effectuées en Allemagne permet en particulier d’étudier l’influence du revenu sur les dépenses ouvrières en soulignant que si, comme l’avait montré le statisticien allemand Ernst Engel, la proportion des dépenses consacrées à la nourriture diminue bien lorsque le revenu augmente, la part de la dépense vêtement elle augmente tandis que celle du logement peut baisser.

6La troisième partie propose une théorie sociologique des besoins fondée sur l’étude des faits de consommation. A partir du constat de la modération de la dépense logement dans les situations de hausse du revenu, Maurice Halbwachs en conclut que les ouvriers tendent à délaisser l’amélioration de leur intérieur pour privilégier des dépenses « qui les mettent plus étroitement au contact avec les groupes de la rue, ou de leur classe » (p. 366). Le travail ouvrier ne procurant pas de relations sociales, « la vie de la rue » est investie comme une source fondamentale de « sentiments et désirs sociaux ». C’est là une attitude distinctive de la classe ouvrière par rapport aux autres classes pour lesquelles la dépense de logement et la vie de famille passent au premier plan, puisque les « classes hautes » trouvent déjà dans la réalisation de leur travail un degré de participation à la vie sociale. Par delà le niveau du revenu, les conditions de travail sont donc essentielles pour comprendre la formation différentielle des besoins sociaux, le type d’investissement dans l’alimentation ou dans la sociabilité de voisinage ; elles sont essentielles pour comprendre, au final, la formation des classes sociales.

7Plus court, le second livre, L’Evolution des besoins dans les classes ouvrières, élargit la perspective car il mobilise de nouvelles données portant sur l’Allemagne, les Etats-Unis et la France. La démarche est davantage sensible aux évolutions historiques et aux changements dans la vie des ménages. Elle vise à déterminer quelle influence exercent sur les habitudes de consommation et de dépense des ouvriers de ces pays industriels, non plus les conditions de travail, mais les variations des salaires et des prix. La dimension centrale de l’étude concerne la question des habitudes de consommation et de vie des familles ouvrières : celles-ci réagissent aux évolutions des salaires et des prix en fonction de leurs pratiques anciennes. Les goûts et les préoccupations des ménages sont inscrits dans des rythmes et des équilibres proprement sociaux. Loin de réduire les pratiques populaires à des réponses automatiques aux nécessités naturelles, le sociologue insiste sur la signification sociale donnée aux consommations, dimension qu’une approche économique des budgets manque de saisir.

8Les deux livres de Maurice Halbwachs reposent surtout sur l’analyse statistique des budgets et des consommations et leur lecture peut être aujourd’hui s’avérer fastidieuse. Cette réédition s’adresse ainsi surtout aux spécialistes de la consommation et de l’histoire sociale ouvrière, car elle offre des données essentielles pour cerner des évolutions dans ces domaines depuis le 19e siècle. La préface de Christian Baudelot et Roger Establet donne à cet égard des éléments de contextualisation et documentation précieux pour comprendre la fabrication de ces deux livres et leurs intérêts actuels pour toute recherche sur les différenciations sociales dans les pratiques de consommation. Plus largement, comme les préfaciers le signalent, l’approche de Maurice Halbwachs représente pour l’époque une façon innovante de traiter des classes sociales sur une base empirique, loin des débats généraux qui dominent alors. En cela, elle reste d’actualité. Cerner les différences de « niveaux de vie » et de formation des « besoins sociaux » selon les classes tout en se posant la question des frontières et des clivages de celles-ci devrait constituer un axe central de la sociologie contemporaine. Ceci a d’autant plus d’intérêt d’être rappelé aujourd’hui que l’on se trouve dans un contexte intellectuel de domination de la pensée économique dans la compréhension des comportements sociaux (qui plus est lorsqu’ils touchent à la consommation) et d’affaiblissement de la prise en compte des différenciations de classe en sociologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julian Mischi, « Maurice Halbwachs, Le destin de la classe ouvrière », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 16 février 2012, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7563

Haut de page

Rédacteur

Julian Mischi

Chargé de recherche au département des sciences sociales de l'INRA (CESAER-Dijon)

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page