Navigation – Plan du site

Pierre Bardelli, José Allouche (dir.), La souffrance au travail : quelle responsabilité de l'entreprise ?

Anne Jacquelin
La souffrance au travail : quelle responsabilité de l'entreprise ?
Pierre Bardelli, José Allouche (dir.), La souffrance au travail : quelle responsabilité de l'entreprise ?, Paris, Armand Colin, coll. « Recherches », 2012, 384 p., ISBN : 978-2-200-27593-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Une grande enquête dirigée pas Dominique Meda « Quel travail voulons-nous ? » dresse une analyse p (...)
  • 2  Pierre Bardelli « Nouveau Monde, Nouvelle régulation sociale : Démystifier la Responsabilité Socia (...)

1C’est avec grand plaisir que j’ai découvert cet ouvrage écrit sous la direction de Pierre Bardelli et José Allouche. Il aborde un thème en vogue dans l’univers de la « bonne gouvernance » des entreprises : leur responsabilité sociale. La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) pousse l’engagement public des entreprises sur des sujets tels que l’environnement, la sécurité et les questions « sociales » et humaines de l’entreprise. Si l’on compare les engagements textuels des entreprises et leur mise en œuvre dans la réalité sociale, on aperçoit l’énorme fossé qui se creuse avec les salariés. Ces derniers attendent plus de leur emploi qu’ils n’en « reçoivent » malgré les principes d’engagement de leurs employeurs, et ce phénomène a des répercutions sur la santé1. Ce dossier est assez complet bien qu’il manque d’un léger retour historique sur la RSE dans les entreprises : on se sent pris dès l’introduction dans le débat qui a animé les contributeurs. Tout au long de la lecture des articles, on pense la RSE dans sa dimension stratégique comme dans sa dimension réelle. En faisant appel à de nombreux spécialistes (chercheurs en sciences sociales et de gestion mais aussi médecins du travail), Pierre Bardelli appuie l’argumentation de ses travaux de recherche sur les « nouveaux mondes »2 : notre organisation du travail s’éloigne de la logique fordiste. Avec bon sens, l’idée implique que voulant appliquer un système capitaliste sans les éléments essentiels qui le structurent (régularité, spécialisation), on multiplie forcément les dysfonctionnements. Du côté des organisations, des actions sont menées pour appliquer des solutions encore trop localisées et anecdotiques. Les CHSCT veillent, des accords paritaires sont signés et se développe l’idée responsabilité sociétale de l’entreprise et pourtant la souffrance se développe. Le traitement politique de l’humain en entreprise est une piste réelle pour saisir l’évolution des RPS, stress, « malaise » et ouvre la voie à de nombreuses réflexions.

2Dans cet ouvrage, deux regards sont proposés. Le premier pose la RSE comme ayant un impact négatif sur la santé. Selon les études statistiques de Jean-Marie Cardebat, Thierry Debrand et Nicolas Sirven, les entreprises les plus portées sur la RSE ne seraient pas celles où les salariés sont en meilleure santé. De plus, les secteurs et profils professionnels les plus visés sont paradoxalement ceux qui encore subissent plus d’injustices : mieux vaut ne pas être trop jeune, trop vieux ou de petite qualification. Pour Bornarel et virgili, cela vient d’un paradoxe entre la responsabilité « extérieure » des entreprises et la déresponsabilisation des entreprises vis-à-vis de l’interne, comme l’impératif de plaire aux actionnaires au détriment des conditions de production. D’où le risque de développement de pathologies qui s’approcheraient de la schizophrénie. Dès lors, la RSE est une démarche de récupération qui permet non pas de régler les soucis mais de mieux les dissimuler. Pour Catherine Bodet et Thomas Lamarche, la RSE est alors un storytelling : il y a un système d’information (CHSCT) et un système de communication (RSE). Il y a conflit d’intérêt entre ces deux discours institués mais un seul sera diffusé. Pour Olivier Saïssi, le problème est intrinsèque parce que la vie de l’entreprise suit un potentiel de harcèlement, inhérent à son fonctionnement et à son environnement, la RSE n’y peut rien. Mais sans aller aussi loin, on peut considérer qu’elle peut être un moyen d’ajuster les modèles de gestion. Michèle Heitz et Jean-Pierre Douard appuient l’idée que la RSE doit considérer la répartition entre le temps de travail et hors travail. Jean-Paul Dumont pointe le risque du phénomène de domination et met en garde certaines méthodes de management trop univoques.

3Cependant, pour des contributeurs comme Corinne Gendron, la démarche collective présente un intérêt. L’élaboration de « normes » comme ISO 26 000 encourage la réflexion et le travail partenarial entre acteurs des ressources humaines et des relations sociales, ce qui peut être un levier d’amélioration, d’efficacité économique, d’innovation, d’égalité des chances et peut avoir des bénéfices organisationnels, financiers et sociétaux. Mohamed-Larbi Aribou voit qu’il existe certes des situations problématiques, comme la fusion entre deux entreprises, mais le risque potentiel peut toujours être maîtrisé s’il y a investissement et accompagnement managérial. Mathieu Detchessahar, Michel Devigne, Anouk Grévin et Arnaud Stimec démontrent en ce sens qu’il est nécessaire de repasser au management de proximité.

4Au-delà de l’apport indéniable de chaque article quant à l’état de l’art de la recherche sur la question et des idées d’enquêtes judicieuses comme la comparaison entre des rapports de CHSCT et de Développement durable (Catherine Bodet et Thomas Lamarche), des lignes directrices et communes ressortent. La RSE peut-être vue comme une action de communication envers les « parties prenantes » mais est traitée de façon tellement positive qu’elle pourrait faire abstraction de la réalité d’une souffrance. D’autre part, les chercheurs et médecins en parlent suffisamment pour développer la visibilité de ce problème mais rien ne permet encore de le traiter de manière significative. C’est aujourd’hui la question d’image et d’environnement qui préoccupe le plus les acteurs. Certains auteurs supposent ici un mode de dissimilation d’un nouveau système, sachant que ces « discours et pratiques » sont le plus souvent portés par les entreprises multinationales. L’ouvrage nous rappelle par ailleurs que les TPE et PME sont largement moins concernées par la RSE et cela est déterminant en matière d’intentionnalité de ce type de pratique. Nous savons que la principale « partie prenante » est l’actionnaire et que le plus important porte sur la productivité. Finalement, la qualité de la RSE dépend de l’honnêteté de ceux qui prennent en charge cette question et qu’en soi, elle est non suffisante puisqu’elle servira toujours de matériau de publicité.

5Il est important d’ajouter qu’il n’y a jamais une seule dynamique de RSE dans les entreprises, ce sont une multitude de « principes » qui peuvent être portés par les managers et dirigeants, qui choisissent de les incarner ou non. La RSE doit aller au-delà des dispositifs politiques de l’entreprise : les actions et ajustements de la vie quotidienne sont aussi importants et doivent aussi être accompagnés par des valeurs de respect de l’humain. Si dans une Très Petite Entreprise (TPE) il n’y a pas de représentants syndicaux ni de droits négociés, il peut tout de même exister un dialogue et une écoute, une intention cordiale de respect de l’individu. Des textes peuvent accompagner la mise en œuvre de ces valeurs et la formalisation est un appui majeur à un engagement réel. Les sciences sociales et de gestion apparaissent déterminantes comme organe de prise de recul sur ces pratiques et il doivent s’interposer entre les deux tendances d’instrumentalisation des RSE pour une évolution pertinente de l’organisation du travail, dépassant ainsi un modèle post-taylorique branlant.

Haut de page

Notes

1  Une grande enquête dirigée pas Dominique Meda « Quel travail voulons-nous ? » dresse une analyse paradoxale du rapport des auditeurs de France Inter qui ont répondu au travail : beaucoup d’attentes, beaucoup de déceptions.

2  Pierre Bardelli « Nouveau Monde, Nouvelle régulation sociale : Démystifier la Responsabilité Sociale des Entreprises », Management & Avenir 4/2005 (n° 6), p. 111-129. Il y distingue les partenaires sociaux des « parties prenantes »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Jacquelin, « Pierre Bardelli, José Allouche (dir.), La souffrance au travail : quelle responsabilité de l'entreprise ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 17 février 2012, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7569

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page