Navigation – Plan du site

Sven Lindqvist, Une histoire du bombardement

Benoît Ladouceur
Une histoire du bombardement
Sven Lindqvist, Une histoire du bombardement, Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines », 2012, 392 p., ISBN : 9782707171320.
Haut de page

Texte intégral

1Il est difficile de classer le travail de Sven Lindqvist, un auteur suédois, né en 1932. Il se situe à cheval entre le travail d’historien, de philosophe, de militant engagé contre la violence, d’essayiste, de romancier et de biographe ! Il a fait publier cet ouvrage en 1999, traduit pour la première fois en 2002 sous le titre Maintenant tu es mort. Le siècle des bombes.

2A cette position plurielle de son auteur répond son présent ouvrage, éclaté, tel une bombe à fragmentation, en 400 entrées, dont la lecture peut elle-même se faire sans ordre strict. On pourra néanmoins suivre les chemins présentés dans l’index, qui sont au nombre de 22. On trouve ainsi un parcours intitulé « Précision chirurgicale » ou bien encore « Les sauvages sont bombardés ».

3Les lecteurs qui s’imaginent d’après le titre de l’ouvrage, avoir affaire à un travail historique sur le bombardement seront peut être déçus, car ce n’est pas ce qu’a voulu faire Sven Lindqvist avec cet ouvrage. Ainsi, la première entrée s’appuie-t-elle sur un souvenir d’enfance de l’auteur. On sait que la socialisation se fait notamment par l’imitation, les enfants pouvant être de très bons imitateurs du comportement des adultes. Jouer à la guerre est une activité prisée des enfants, au grand dam des parents pour lesquels tout dans leur comportement n’est pas bon à être reproduit. Toujours dans le registre de la socialisation, Sven Lindqvist se souvient de ses premières leçons de lecture, alors que la Seconde Guerre Mondiale venait de commencer. Les affiches expliquant les comportements à suivre en cas de bombardement aérien étaient alors diffusées auprès de la population. Leur lecture devant permettre aux populations de se protéger des attaques qui évidemment ne concernaient pas que les militaires.

4Le ton et les prises de position de l’auteur font de l’ouvrage un pamphlet doux amer de la guerre menée par des hommes, lesquels se justifiant par des mobiles toujours nobles et non discutables. Ainsi, sur un ton légèrement critique (sic) il s’adresse à ceux qui « pensent que le communisme était un fléau bien pire que le nazisme » en montrant que si les Britanniques et les Français n’avaient pas déclaré la guerre à l’Allemagne, celle-ci aurait permis de bouter le communisme et ses dérives une bonne fois pour toutes… Il en va de même à propos de la politique de bombardement menée par l’Angleterre durant la Seconde Guerre Mondiale. Ainsi, aujourd’hui encore d’après l’auteur le caractère « prémédité, systématique et contraire au droit des peuples des bombardements contre des foyers allemands ne sont pas évoqués dans les musées britanniques ». Dès 1942 le ministère de l’air avait à disposition des chiffres présentant les pertes humaines causées par les bombardements Alliés. Pourtant, il semble que ces chiffres et la stratégie de bombardement n’étaient pas les bienvenus, même au sein de la RAF. La réponse d’un député conservateur, Harold Balfour est que si la RAF bombarde les villes allemandes, ce n’est pas « gratuitement ». Sven Lindqvist accompagne sa réflexion d’expériences personnelles comme celle où il s’est efforcé d’expliquer à son hôte, lors d’un séjour anglais de 1948, que les Britanniques avaient véritablement anéanti la ville de Dresde que l’auteur avait pu visiter. La discussion s’est arrêtée rapidement lorsque son hôte anglais a déclaré que ses propos étaient uniquement de la « propagande allemande ».

5Le point de vue de l’auteur est clairement militant, ses arguments sont parfois rapidement avancés, sans forcément plus de nuances ou de justifications. Par exemple, Sven Lindqvist évoque la thèse d’un historien, David Wyman selon lequel les Alliés connaissaient l’existence d’un génocide dès 1943, mais ils auraient sciemment retardé voir caché ces atrocités craignant l’afflux massif d’immigrés sur leur territoire si cette information venait à se répandre en Europe. Toujours d’après Wyman que cite l’auteur, le ministère britannique des Affaires étrangères craignait alors que les nazis passent d’une politique d’extermination à une politique d’expulsion dans le but « de créer des difficultés à d’autres pays en les inondant d’immigrants ». Si le propos est parfois un peu caricatural, l’auteur ne semble pas dénué de recul et d’humilité dans ses positions. Durant l’hiver 1961 il séjourne à Pékin dans le but d’apprendre le chinois. Il lit l’affirmation suivante : « L’impérialisme américain est le pire ennemi de tous les peuples de la terre ». Elle lui semble nettement exagérée et rétorque à ses hôtes chinois que compte tenu de la liberté de la presse associée au plein exercice de la démocratie américaine, une guerre au Vietnam ne saurait éclater, seulement dix ans après celle de Corée…

6On pourra cependant regretter le manque de cohérence des entrées (au nombre de 400), même si la guerre et la mort sont toujours présentes en ligne de fond. La lecture en est rendue un peu rébarbative, on garde le sentiment d’idées additionnées dans un but d’impressionner le lecteur par la quantité de choses affreuses mentionnées. On peut alors se demander si cela ne dessert pas le propos.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Ladouceur, « Sven Lindqvist, Une histoire du bombardement », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 16 février 2012, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7572

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page