Navigation – Plan du site

Festivals et sociétés en Europe, XIXe-XXIe siècles

Philippe Poirrier (dir.), Festivals et sociétés en Europe, XIXe-XXIe siècles, Dijon, Centre Georges Chevrier, coll. « Territoires contemporains », 2012, URL : http://tristan.u-bourgogne.fr/UMR5605/publications/Festivals_societes/Festivals.html.
Notice publiée le 25 février 2012

Présentation de l'éditeur

Le festival, manifestation culturelle éphémère inscrite dans un calendrier le plus souvent annuel, s’est progressivement imposé dans toute l’Europe, et bien au-delà. Les premières tentatives de cette forme d’organisation et de médiation culturelle, mises en œuvre dès les années 1830-1840, sont liées au mouvement orphéonique, avant d’être utilisées par la musique savante. Issu du domaine musical, le festival a été ensuite mobilisé par l’ensemble des secteurs artistiques et culturels. Les arts de la scène, le spectacle vivant, les différentes formes musicales et le cinéma constituent des domaines privilégiés.

Pourtant, si la fortune du festival dans le paysage des sociétés européennes contemporaines est indéniable, l’historiographie sur le sujet demeure somme toute assez peu fournie. Le colloque de Dijon, organisé par la MSH de Dijon, le Centre Georges Chevrier et le CIMEOS, qui s’est tenu à l’université de Bourgogne les 3 et 4 février 2011, avait l’ambition de participer à corriger le tir, et avait été conçu comme un moment de réflexions et de débats ;

La perspective choisie par cette livraison de Territoires contemporains, qui constitue les actes de ce colloque, est pluridisciplinaire : les collègues qui ont répondu à nos sollicitations sont certes historiens au sens académique, mais aussi géographes, musicologues, civilisationnistes, sociologues et politistes. Cette configuration témoigne, dans une certaine mesure, de l’émergence au sein du paysage académique français d’ « études culturelles », structurées autour d’objets communs, mais avec une sensibilité soutenue pour la question de l’évolution dans le temps des phénomènes culturels étudiés, et une inscription assumée au sein des sciences sociales. Le jeu des échelles, de l’international au local, des Etats aux collectivités locales, des capitales culturelles aux villes moyennes est au centre des questionnements. La micro-histoire, sous la forme de monographies de festivals, voisine dans ce volume avec des approches à l’échelle d’une capitale – ici Berlin – ou d’un Etat, en l’occurrence l’Irlande. L’étude comparée, comme celle des festivals pop à l’échelle franco-britannique, souligne l’importance des paramètres nationaux, en terme de politiques culturelles ou de la représentation des opinions publiques par rapport à ces manifestations, souvent contestées, non pas seulement pour des raisons esthétiques, mais pour la mise en danger de l’ordre public. L’objet festival se prête particulièrement bien à l’analyse croisée des échelles. C’est aussi un biais commode afin de mesurer, ici à l’échelle de l’Europe, les phénomènes de circulations des acteurs, des créations, des modèles et des pratiques culturels.

Le festival est à considérer à la fois comme un lieu de la médiation culturelle, un espace des pratiques et des sociabilités culturelles, et un élément central de l’économie des arts et de la culture. Cette forme spécifique mérite, à l’image des travaux consacrés ces dernières années aux concerts, une mise en perspective historique. La diversité reste de mise, mais cette situation, qui doit susciter des recherches en combinant paramètres nationaux et secteurs culturels, ne doit pas décourager l’analyse au service de l’écriture d’une histoire culturelle de l’Europe, en articulant histoire comparée, histoire croisée et histoire connectée.

Haut de page