Navigation – Plan du site

« Les musées au prisme de la communication », Hermès, n°61, 2011

Anne Stelmes
Les musées au prisme de la communication
« Les musées au prisme de la communication », Hermès, n°61, 2011, 280 p., Paris, CNRS, ISBN : 9782271072849.
Haut de page

Texte intégral

1L’institution « musée » a déjà une longue histoire. Selon la définition de l’Icom (Statuts de l'ICOM art.2 §.1), « Un musée est une institution permanente, sans but lucratif, au service de la société et de son développement, ouverte au public et qui fait des recherches concernant les témoins matériels de l'homme et de son environnement, acquiert ceux-là, les conserve, les communique et notamment les expose à des fins d'études, d'éducation et de délectation». Cette définition est l’aboutissement d’un long cheminement, sur lequel reviennent Paul Rasse et Yves Girault dans l’introduction du dossier spécial que la revue Hermès consacre à l’institution muséale. L’objectif de ce dossier est de comprendre les bouleversements de taille auxquels est aujourd’hui confronté le musée, « devenu un puissant média » (p. 12) et, à ce titre, en proie à d’incessantes redéfinitions à l’heure où se multiplient les médias, où la communication prolifère.

2D’abord temple de la culture, haut lieu de conservation du patrimoine destiné aux esthètes, intellectuels et étudiants, ce n’est que progressivement que le musée a cherché à s’ouvrir  au public. Ses collections sont issues des anciens cabinets de curiosité du particulier, qui ne visaient qu’un public restreint et averti et composés pour l’essentiel de collections privées constituées aux fils d’héritages, de vente de luxe, finement constituées et enfin déposées, léguées avec ou sans conditions au musée protecteur. Au fil des révolutions, la société s’est progressivement appropriée ce patrimoine. Constituant la base de son identité, musées d’art, musées de sciences naturelles, musées d’histoire et puis musées de société, musées de sciences et techniques sont venus définir ses valeurs, ses principes, les petits et grands faits de son histoire, relue et interprétée au travers des objets et des œuvres (pp. 11-14).

3La plupart des contributions reconnaissent au musée un caractère éminemment stabilisateur, une vocation à préserver, à incarner une certaine éternité, et pourtant condamnée à sans cesse se transformer et se redéfinir. Or, il se trouve soumis à de nouvelles contraintes, par exemple d’ordre économique et ouvertes à la culture de la performance (voir la contribution de André Desvallées et François Mairesse, pp. 30-37). Il mue progressivement, se rénove, revoit ses parcours permanents pour s’ajuster, dans un sens ou dans un autre, à la culture du monde contemporain pour que le patrimoine ancien ne paraisse pas désuet. Le risque est constant d’adapter le discours aux tendances de politique culturelle, aux évolutions incessantes. Ces paradoxes sur le rôle changeant du musée apparaissent particulièrement dans l’article de Dominique Poulot (pp. 23-29).

4Aujourd’hui le musée est devenu un média de notre société. Plus qu’une sobre et élégante présentation d’objets, il propose d’interagir avec eux, il explique, il invite à la réflexion, il multiplie les supports visuels et auditifs pour développer chacun de nos sens et interpeller le quidam. À tel point que les musées deviennent parfois eux-mêmes créateurs, réfléchissent sur les dispositifs qu’ils mettent en place, jusqu’à fouler du pied la frontière qui sépare l’exposition de l’art contemporain, comme Paul Rasse le met en évidence dans son article (pp. 76-83).

5Seulement, à force de vouloir être accessible à tous, de s’ouvrir aux petits aux grands, d’être le lieu de passage obligé des touristes du monde entier, le musée risque de perdre de sa substance, de céder aux aléas d’une culture de masse. Ceci est particulièrement frappant dans le cas du Louvre-Abou Dabi, sur lequel revient Joseph R. Moukarzel. Soumis à la pression du chiffre et de la masse, la tentation démagogique est omniprésente, et conduit certaines des institutions muséales les mieux établies à se profiler comme des « marques » qu’il s’agit de vendre et d’échanger, dans un monde globalisé, pour drainer une clientèle toujours grandissante. S’il a quitté son piédestal pour permettre à tous de l’utiliser et de se le réapproprier, le musée doit toujours se réinventer comme un lieu d’exigence, un point de référence du savoir, qui permette de délivrer, d’exposer des connaissances de sorte à rendre possible de véritables échanges d’idées.

6On le constate donc, le musée, comme espace de scénarisation des arts, de la science ou de la société, dans une démarche mémorielle et de patrimonialisation, se révèle comme un dispositif symbolique, étendard des grandes questions qui traversent le domaine de la culture (l’introduction au dossier y insiste). Face à l’importance de cette institution, de par ses richesses patrimoniales et son impact médiatique, le dossier spécial coordonnée dans le numéro 61 de la revue Hermès interroge à travers pas moins de trente articles pointus le rôle du musée aujourd’hui, sous une multitude d’angles.

7La première partie envisage les difficultés rencontrées par le musée face à ses propres mutations, les débats qui surgissent face à leurs nouvelles démarches muséales. Elle rappelle les dangers potentiels de manipulation du patrimoine pour répondre aux missions confiées à l’institution muséale, dont les définitions prolifèrent et n’échappent pas toujours à la contradiction. La question de son financement apparaît comme une problématique fondamentale s’immisçant  dangereusement  dans son évolution. Par ailleurs, le public, ses attentes, ses habitudes, sa lecture des parcours qui lui sont proposés est largement étudié.

8Dans la seconde partie, les articles reviennent sur le positionnement de l’art contemporain face aux institutions muséales. Longtemps, ces deux acteurs de la culture ont évolué séparément. Puis, progressivement, il est apparu urgent et important d’identifier dans l’art contemporain les traces à sauver, à patrimonialiser de notre société au risque de sacraliser un art officiel. L’art contemporain est entré au musée, par sa collection mais aussi à travers des projets architecturaux innovants, concentrant toutes les attentions et éclipsant l’institution muséale. Les musées d’art contemporains se révèlent également lieux d’expérimentation des nouvelles technologies de l’information comme le Web, ou pratiques de défense d’autres manières de rendre la culture accessible.

9La troisième partie développe les débats engendrés par la naissance des musées de société. Le vingtième siècle a vu la naissance et la croissance, sous les formes les plus diverses, des musées de société (Michel Côté, pp. 113-118). Quoi de plus logique, étant donné le rôle structurant que jouent les musées au sein des sociétés ? Face à un monde en perpétuel mouvement, le besoin d’identifier, de définir, de mémoriser des aspects constitutifs d’une société, d’une profession (notamment tous les métiers industriels qui tendent à se « patrimonialiser »), d’une communauté, s’est révélé essentiel. Si l’ambition positive de cette diversité relève bien d’une vision pluraliste de la construction de notre société occidentale, le risque de manipulation politique et identitaire de ces musées est bien réel. Les musées de société proposent aussi un positionnement par rapport à l’Autre rappelant que la construction sociale qu’est le musée ne jamais être tout à fait neutre.

10Enfin, la quatrième partie envisage les musées ou centres de culture scientifique et technique. Leur premier enjeu fut la vulgarisation des sciences. Ce fut donc le centre des réflexions et applications les plus innovantes en matières de médiation et de didactique envers le public. Progressivement, en plus d’offrir un regard ludique et pédagogique sur les sciences, ces centres ont dévoilés de nouvelles ambitions : relater des controverses scientifiques, amener le public à se questionner sur les problématiques environnementales, voire initier ces débats et les projeter ainsi dans l’espace public, comme le concluent Yves Girault et Grégoire Molinatti (pp. 159-166, en particulier p. 164).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Stelmes, « « Les musées au prisme de la communication », Hermès, n°61, 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 25 février 2012, consulté le 27 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7618

Haut de page

Rédacteur

Anne Stelmes

Responsable scientifique des collections de la Maison de la Métallurgie et de l'Industrie de Liège, musée de sciences et techniques

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page