Navigation – Plan du site

Sonja Snacken, Prisons en Europe. Pour une pénologie critique et humaniste

Pascal Décarpes
Prisons en Europe
Sonja Snacken, Prisons en Europe. Pour une pénologie critique et humaniste, Bruxelles, Larcier, coll. « Crimen », 2011, 257 p., ISBN : 9782804441302.
Haut de page

Texte intégral

1« Pourquoi parler des droits des détenus et pourquoi les défendre ? » (p. 61). Cette phrase, introduisant le second chapitre, met en exergue l’objectif sous-entendu de son auteure. Rendu précis et argumenté de leçons proposées en 2009 dans le cadre d’enseignements dispensés sous ne chaire professorale à l’Université Catholique de Louvain (Belgique), le présent ouvrage traite en effet de la mise en place lente mais conséquente d’un droit pénitentiaire européen et des valeurs éthiques et juridiques qui le sous-tendent.

  • 1 Débat très actuel (02.2012) après la création d´une chaire de criminologie au CNAM et d´une éventue (...)
  • 2 F. Dünkel et S. Snacken, Les prisons en Europe, Paris, L´Harmattan, 2005.

2Sous la plume virulente et déterminée d’une spécialiste de criminologie carcérale internationalement reconnue, les propos et démonstrations de Sonja Snacken s’adressent à l’origine à un public qui s’intéresse à la pénologie et sa place dans le monde scientifique, social et politique, prônant ainsi une démarche compréhensive et pédagogique d’une matière validée et instituée de par le monde au niveau universitaire, sauf encore en France où elle est trop peu exploitée voire maltraitée par certaines orientations corporatistes, ce qui fait l’intérêt de premier abord de ce livre1. Toutefois, le propos de l’auteure s’invite au-delà d’une simple discussion de salon et s’inscrit dans une continuité de ses activités en faveur de la cause carcérale2.

3Doté d’une bibliographie efficace et dénué d’un appareillage de notes de bas de page qui freinerait le rythme enlevé de lecture, l’ouvrage invite à accompagner une des transformations majeures des enjeux pénitentiaires à l’échelle européenne qu’est la montée en puissance de la force du droit dans les prisons européennes, notamment à la suite des Règles Pénitentiaires Européennes de 2006 (RPE, actualisant celles de 1987) et sous l’impulsion d’une jurisprudence de la Cour européenne des Droits de l’Homme (CEDH) dont l’influence et la contrainte vis-à-vis des gouvernements et tribunaux nationaux n’ont cessé de croître.

  • 3 Principles of European Prison Law and Policy. Penology and Human Rights, Oxford University Press, 2 (...)

4Les développements et analyses faits par l’auteure reposent en grande partie sur l’ouvrage de référence qu’elle a publié avec Dirk van Zyl Smith3 où la thématique de la juridisation et judiciarisation des activités et règles carcérales prend une place prépondérante dans l’approche du phénomène pénitentiaire.

  • 4  O. De Schutter et D. Kaminski (sous la dir.), L´institution du droit pénitentiaire. Enjeux de la r (...)
  • 5 Voir également le compte-rendu de l´ouvrage Prisons sous tensions (2011) faisant écho sur certains (...)

5Sonja Snacken ne prétend pas ignorer les critiques portées à l’encontre du droit en détention et de manière concomitante des droits des détenus. En effet, certains auteurs4 estiment que cette évolution juridique ne fait que renforcer le caractère autoritaire et dominant de l’institution carcérale, ce à quoi il leur est opposé l’argument d’un optimisme engagé croyant dans les vertus de la règle de droit5.

6La pertinence de Prisons en Europe en est renforcée par la longue expérience de l’auteure en tant qu’experte auprès du Comité européen pour la Prévention de la Torture (CPT). De même, en tant que membre et, depuis 2006, présidente du Conseil de Coopération Pénologique du Conseil de l’Europe, elle a également activement participé à la rédaction des nouvelles RPE. Cet engagement à la fois scientifique et politique s’appuie en contrepartie sur un foisonnement de jurisprudence issue pour la grande majorité d’arrêts de la Cour européenne des Droits de l’Homme, ce qui donne à voir le travail effectué par la Haute juridiction de Strasbourg et son apport à la normalisation de la réalité carcérale.

7Par ailleurs, la présentation de critères d’évaluation du détenu comme citoyen de droit (p. 86), développés ensuite plus en détail dans le chapitre 6, forme un des apports méthodologiques des plus précieux à la pénologie contemporaine. Sous la forme de onze questionnements tels « les droits des détenus modifient-ils ou non les aspects totalitaires de la prison » ou bien « les droits des détenus favorisent-ils le recours à la prison ou renforcent-ils une conception de l’emprisonnement comme remède ultime » (p. 87), Sonja Snacken permet ainsi de mieux appréhender les problématiques qui se posent à l’avènement d’un droit carcéral général.

  • 6  Reprenant ici une thèse développée dans Cartuyvels et al., Les droits de l´homme : bouclier ou épé (...)

8Si l’auteure s’interroge sur l’avenir pénitentiaire en se référant à la Charte des droits fondamentaux (2009) et sur leur rôle de « bouclier ou d’épée du droit pénal » (p. 234)6, il n’en demeure pas moins que la teneur principale des six chapitres du livre est de considérer la reconnaissance des droits carcéraux comme une avancée et un signe de (post)modernité de nos sociétés européennes.

9Finalement, la seule limite de cet ouvrage riche et vivant est l’absence du format académique et scientifique traditionnel qui n’en fait ni un manuel théorique, ni un simple guide pratique. C’est pourtant à rebours ce qui caractérise et valorise Prisons en Europe que d’être d’une lecture abordable et captivante tout en restant didactique dans sa présentation et rigoureux dans sa rédaction. L’auteure réussit dès lors, comme le sous-titre l’annonçait, à concilier approche critique et vision humaniste de la prison. En des périodes de crise européenne et d’instrumentalisation politique du phénomène pénal (en particulier en France et en Angleterre), la lecture du champ carcéral offerte par Sonja Snacken redonne une dimension ambitieuse et progressiste de la construction d’un espace commun emprunt et épris de justice.

Haut de page

Notes

1 Débat très actuel (02.2012) après la création d´une chaire de criminologie au CNAM et d´une éventuelle section au CNU ; cf. http://champpenal.revues.org/7728, les positions de l´Association française de criminologie ou bien d´autres encore.

2 F. Dünkel et S. Snacken, Les prisons en Europe, Paris, L´Harmattan, 2005.

3 Principles of European Prison Law and Policy. Penology and Human Rights, Oxford University Press, 2009.

4  O. De Schutter et D. Kaminski (sous la dir.), L´institution du droit pénitentiaire. Enjeux de la reconnaissance de droits aux détenus, Paris/Bruxelles, L.G.D.J. / Bruylant, 2002.

5 Voir également le compte-rendu de l´ouvrage Prisons sous tensions (2011) faisant écho sur certains points au présent livre, http://lectures.revues.org/6279.

6  Reprenant ici une thèse développée dans Cartuyvels et al., Les droits de l´homme : bouclier ou épée du droit pénal, Publications des Facultés Universitaires de Saint-Louis, Bruxelles, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Décarpes, « Sonja Snacken, Prisons en Europe. Pour une pénologie critique et humaniste », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 25 février 2012, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7619

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page