Navigation – Plan du site

Maxime Quijoux, Néolibéralisme et autogestion. L'expérience argentine

Lou-Andréa Chéradame
Néolibéralisme et autogestion
Maxime Quijoux, Néolibéralisme et autogestion. L'expérience argentine, IHEAL, coll. « Travaux et mémoires », 2011, 282 p., préface de Paul Bouffartigue, ISBN : 9782915310740.
Haut de page

Texte intégral

1Alors que l'année 2012 est déclarée « Année Internationale des Coopératives » par les Nations Unies, alors que certains mouvements ouvriers français s'orientent vers les SCOP (on pense notamment à ceux de la compagnie de ferries Seafrance), alors que d'autres encore reprennent le mot d'ordre « qu'ils s'en aillent tous » lancé par les cacerolazos, ce livre semble tomber à pic.

2En effet, Maxime Quijoux fournit une monographie comparative très éclairante sur les conditions dans lesquelles s'est produite la récupération de deux entreprises argentines dans les années 2000. L'une est la célèbre entreprise de textile Brukman, devenue après presque deux années de lutte la « Coopérative du 18 décembre », en 2003. La seconde est celle de Global, devenue en mars 2004 la « Nueva Esperanza », et qui fabrique des ballons de baudruche. Aucun des salariés de ces deux entreprises, à de rares exceptions près, ne possède d'expérience dans le domaine politique ou du militantisme ; leurs capitaux culturels et scolaires sont relativement faibles. Et pourtant, ces ouvrières et ouvriers ont fait preuve d'une forte mobilisation qui leur a permis de récupérer leur emploi, non sans peines et difficultés.

3Maxime Quijoux s'est rendu à plusieurs reprises en Amérique du Sud et plus particulièrement en Argentine, entre 2003 et 2010. Commencée dans le cadre de son enquête de Master en sociologie, il poursuit cette étude de terrain pour son travail de thèse. Dans un style simple et accessible, les analyses livrées dans cet ouvrage nous donnent à voir la rencontre d'un jeune militant de gauche avec l'expérience autogestionnaire argentine, rencontre qui produit de nombreuses désillusions, mais aussi un heuristique travail sociologique. Ainsi l'on découvre la figure du « travailleur zélé », dont le profil individualiste et concurrentiel semble à priori bien éloigné des formes de solidarité qui accompagnent les expériences autogestionnaires classiques. Ce travailleur en effet adhère pleinement aux politiques patronales, et se dévoue corps et âme à sa tâche, en échange de primes et de rémunérations personnalisées accompagnées par les gratifications du patron. Celui-ci, appelé « oncle », reçoit une confiance presque inébranlable de la part de ses salariés. L'identification sociale de ces travailleurs s'est alors construite dans l'image de l'ouvrier modèle qui s'est dessinée au cours de cette socialisation salariale paternaliste.

4Comment ces ouvrières, et ouvriers, ont-ils alors fait face au départ déloyal, et immoral, de leur parton ? Comment ont-ils été amenés à se mobiliser pour récupérer ensemble leur entreprise ? Comment ont-ils résisté, pendant des mois, dans le froid, au pied de leur usine, pour récupérer les machines qu'ils connaissent si bien ? Comment ont-ils géré la relance de la production, avec toutes les difficultés qui vont avec, tant économique que sociales, voire psychologiques ?

5Maxime Quijoux fournit une analyse empirique développée en quatre parties, déroulant petit à petit l'histoire de ces salariés et de leur mobilisation. La première est dédiée à la genèse de l'enquête et au rapport subjectif que noue l'auteur avec les valeurs et notions telles que l'autogestion, la récupération ou l'anticapitalisme. Il y développe notamment le contexte historique, médiatique et idéologique, qui alimente son imaginaire militant. Dense, cette partie permet de comprendre comment s'est construit le regard de Maxime Quijoux sur cette expérience autogestionnaire.

6Les deux parties suivantes, agrémentées d'extraits d'entretiens et de notes de terrain, sont construites à partir des récits narratifs et rétrospectifs des salariés qu’il a rencontrés. Elles ont pour objectifs respectifs de donner à voir les trajectoires sociales de ces salariés, ainsi que les différentes étapes du processus de récupération de leur usine. Issus d'un milieu ouvrier modeste, l'accès à l'emploi salarial leur a permis de connaître une relative sécurité financière ainsi qu'une élévation du niveau de vie. Au départ quasiment inconsciente, la mobilisation qu'ils mettent en place par la suite connaît les interventions controversées de différents personnages charismatiques, et de partis politiques.

  • 1 Jean-Daniel Reynaud, Les règles du jeu, Paris, Armand Colin, 1989.

7Enfin la dernière partie, plus ethnographique, car observée en temps et lieux, raconte comment ces ouvriers ont fait face aux difficultés inhérentes à une reprise d'activité. Quijoux reprend alors l'idée de « bricolage communautaire » exprimé par Reynaud1. Dans un contexte anxiogène, les salariés font face à une certaine précarité économique et à l'absence de hiérarchie qui constituait jusqu'à présent une valeur culturelle fondamentale de leur conception du travail. Les particularités de chaque usine permettent de comprendre comment se jouent et se dessinent de nouveaux enjeux et sources d'identification dans ce contexte inédit qui défie l'ancien ordre culturel.

8Comme l'exprime Paul Bouffartigue dans la préface de cet ouvrage, cette recherche menée au « microscope » va peut-être dégriser certains lecteurs en quête d'expérience utopique. Cependant, découvrir cette expérience argentine, avec ses singularités culturelles et socio-historiques, permettra de comprendre comment ces travailleurs, dépourvus de ressources politiques, ont gagné un combat qui n'était pas joué d'avance, celui de relancer par eux-mêmes la production de leur usine. A travers l'histoire socio-économique de l'Argentine, on appréhende ainsi cette nouvelle catégorie de travailleurs que Quijoux nomme les « travailleurs zélés », observant les effets socialisateurs d'un tel zèle et dévouement à l'entreprise sur l'organisation du travail et la réorganisation sociale induite par la récupération.

Haut de page

Notes

1 Jean-Daniel Reynaud, Les règles du jeu, Paris, Armand Colin, 1989.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lou-Andréa Chéradame, « Maxime Quijoux, Néolibéralisme et autogestion. L'expérience argentine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 26 février 2012, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7647

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page