Navegación – Mapa del sitio
L'expérience des problèmes publics

L'expérience des problèmes publics

Perspectives pragmatistes
Daniel Cefaï, Cédric Terzi (dir.), L'expérience des problèmes publics. Perspectives pragmatistes, Paris, EHESS, col. « Raisons pratiques », 2012, 380 p., ISBN : 978-2-7132-2338-9.
Anuncio publicado en 27 febrero 2012

Presentación del editor

Comment sont abordés les problèmes sociaux par les sciences humaines ? Quelle est la portée politique d’une sociologie des problèmes publics ?

L’Expérience des problèmes publics, dans un premier temps, rend accessibles des travaux classiques de sociologie des problèmes sociaux, en insistant sur le moment-clef des années 1960 et 1970 aux Etats-Unis. En faisant le point sur les études sur la déviance comme problème social avec Howard Becker et en traduisant trois textes sur les disputes autour du sens par Joseph Gusfield, sur l’histoire naturelle par Malcolm Spector et John Kitsuse et sur la micropolitique du trouble par Sheldon Messinger et Robert M. Emerson, plusieurs programmes de recherche sont introduits. Ces travaux sont recadrés par rapport à une histoire de ce domaine de sciences sociales, son ancrage dans la tradition de Chicago, la critique qui s’y déploie des recherches sur la désorganisation ou sur la pathologie sociale et la transformation qu’il connaît à l’épreuve des recherches interactionnistes ou ethnométhodologiques. Le programme pragmatiste, hérité de John Dewey, est réactivé afin de mettre en relation la question de la « constitution des problèmes sociaux » avec celle de l’émergence de « publics » et de leur inscription dans des arènes publiques.

Dans le prolongement de cette mise au point historique, huit textes sont proposés, centrés autour de la question de l’expérience des problèmes publics. C’est d’une part la question de l’émotion, de la perception et de l’évaluation qui est mise en avant sur des terrains aussi divers que l’aménagement du bayou de la Nouvelle-Orléans, l’apparition et la profusion des algues vertes en Bretagne, le traitement des troubles musculo-squelettiques et les choix narratifs des scénaristes de télévision.

C’est d’autre part le travail de publicisation des problèmes publics qui est examiné, et la multitude des activités de critique, revendication, dénonciation ou mobilisation qu’il abrite, sur plusieurs cas : la couverture médiatique du mouvement universitaire de 2009 en France et la catastrophe naturelle de Gondo en Suisse, l’établissement d’une vérité des faits sur les disparus au Chili et les conflits autour du terrorisme et de sa répression pendant les années de plomb en Allemagne. Au bout du compte, ce sont différentes figures d’expérience publique et d’expérience du public qui seront explorées.

Inicio de página