Navigation – Plan du site

« Varia », Revue Française de Pédagogie, n° 176, juillet-août-septembre 2011

Béatrice Mabilon-Bonfils
Varia
« Varia », Revue Française de Pédagogie, n° 176, juillet-août-septembre 2011, 151 p., Lyon, ENS Éditions, ISBN : 978-2-84788-329-9.
Haut de page

Texte intégral

1La livraison de la Revue Française de Pédagogie n’est pas thématique : elle propose six articles qui éclairent par l’exemple la féconde pluridisciplinarité constitutive des sciences de l’éducation.

2L’école française est trop et trop tôt sélective. Dans une course aux meilleures positions, la méritocratie scolaire se traduit par la distinction d‘une minorité (socialement définie) et par une relégation rapide et particulièrement coûteuse de nombreux jeunes. Le chiffrage est permanent à l’école (récompenses, classements, mesures, performances) dans une sorte de mise en concurrence délétère, de mise au pas contre-productive pour l’épanouissement des élèves comme des professeurs. Le premier article coécrit par trois chercheurs en sciences de l'éducation de l'Université de Genève, Marcel Crahay et Elisabeth Iaïva et Gianreto Pini, questionne la perception croisée de l’évaluation et de ses fonctions par les enseignants et les élèves, aux fins de repérer s’il existe des profils types d’enseignants selon leur posture face à l’évaluation. Il s’agit aussi d’identifier les classes au sien desquelles il y a convergence ou divergence entre les postures évaluatives des enseignants et celle des élèves grâce à une enquête par questionnaires dans l’enseignement primaire français. Les conclusions de cet article sont particulièrement éclairantes de la nécessité de la construction d‘une « culture commune » de l'évaluation et de ses fonctions dans le fonctionnement de la classe dans un système français marqué par la prégnance scolaire de l’évaluation.

3Notre Ecole ne se borne pas à reproduire les inégalités sociales ; elle les accentue. Trois articles éclairent ce constat. L’inscription territoriale des établissements universitaires est un facteur de ces inégalités.L’article coécrit par trois chercheurs du laboratoire Printemps de l’université de Versailles Saint-Quentin, Sandrine Nicoud, Olivia Samuel et Sylvie Vilter interroge les inégalités territoriales à l'université et leurs effets sur le parcours des étudiants d’origine populaire au travers d’un suivi longitudinal de publics étudiants de la filière AES. Il s’agit de prendre la mesure des effets de composition et de ségrégation qui affectent désormais les filières universitaires de manière à éclairer, autant que faire se peut, les politiques publiques en matière de mise en œuvre de dispositifs de lutte contre les inégalités scolaires, spatiales et économiques objectives face à l’université. Vincent Dupriez et Xavier Dumay de l’université catholique de Louvain analysent à travers une analyse secondaire de la base de données pisa 2006 les effets des quasi-marchés scolaires sur la ségrégation scolaire et sur les performances des élèves, mettant en question par leur analyse les effets bénéfiques des principes marchands dans l’enseignement. C’est du point de vue didactique qu’Aurélie Chesnais, ATER au laboratoire de didactique André Revuz de Paris 7 interroge les inégalités d’apprentissage : partant du constat que les résultats des élèves du début de seconde en mathématiques différent selon que leur établissement est classé en ZEP ou pas, elle étudie le lien entre les pratiques des enseignants et les apprentissages de leurs élèves, sans pour autant définir de lien de causalité simple.

4Toujours d’un point de vue didactique, l’article coécrit par une chercheure de l'université de Bretagne, Florence Bara, et de trois chercheurs canadiens, Marie-France Morin de l'université de Sherbrooke, Isabelle Montésinos-Gelet de l'université de Montréal et Natalie Lavoie de l’université du Québec étudie les conceptions et pratiques déclarées des enseignants du primaire en France et au Québec en matière de graphomotricité. Elles concluent que le poids du contexte culturel autant que les préconisations curriculaires infléchissent ces conceptions.

5Enfin, Jérôme Camus et Nathalie Oria membres du CURAPP de l'université de Picardie débordent le champ scolaire pour réfléchir à la transmission et à la concurrence des savoirs des acteurs médicaux et paramédicaux en matière d’apprentissage de la parentalité à la maternité et questionnent le statut des savoirs scientifiques au regard des savoirs pratiques.

6Ces six articles illustrent combien approches « sociologiques » et approches « didactiques » sont nécessaires pour rendre compte de la réalité scolaire et plus largement formative. Restent à étudier les modalités épistémologiques et méthodologiques par lesquelles elles pourraient s'articuler pour produire des recherches communes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Mabilon-Bonfils, « « Varia », Revue Française de Pédagogie, n° 176, juillet-août-septembre 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 27 février 2012, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7671

Haut de page

Rédacteur

Béatrice Mabilon-Bonfils

Professeur d'Université en Sociologie, directrice du laboratoire EMA (École, mutations, apprentissages) - EA 4507, Université de Cergy-Pontoise

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page