Navigation – Plan du site

Jean-François Gallotte, Joëlle Malberg, Carbone 14 le film, Les Mutins de Pangée

Julie Curien
Carbonne 14, le film
Jean-François Gallotte, Joëlle Malberg (dir.), Carbonne 14, le film, Les Mutins de Pangée, 2011.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1Carbone 14 le film est un témoignage sur le mouvement des radios libres, à travers l'exemple de « Carbone 14 », « la radio active » devenue « la radio qui vous encule par les oreilles ». Filmé en 4 jours à la rentrée 1982, avec du matériel volé, le film ovni de Jean-François Galotte et Joëlle Malberg est sélectionné au Festival de Cannes en 1983. Il fait un tollé qui retombe comme une crêpe, aux oubliettes : on n'en parle plus avant... 2011, trente ans après la création de la radio culte et choc. L'occasion de (re) vivre l'expérience avec un recul critique, qui vient éclairer à la fois la scène médiatique des années 1980 et la scène médiatique actuelle.

2Comme de nombreux projets radiophoniques, Carbone 14 naît en 1981, dans la foulée de l'élection de François Mitterrand à la présidence de la République. Le changement de majorité permet d'envisager une libération des ondes, effective en novembre 1981 avec la Loi n° 81-994 portant « dérogation au monopole d'État de la radiodiffusion ». Dominique Fenu lance sa radio, dans des locaux spacieux mais vétustes (aux allures « junkie », selon Jean-François Galotte) dont il dispose dans le 14e arrondissement. Il publie une annonce dans Libération, pour recruter des animateurs. La formule rencontre un succès incroyable. Six mois plus tard, Carbone 14 n'est pas retenue par la Commission consultative sur les radios locales privées, chargée de préparer les autorisations officielles. Les motifs suivants sont invoqués : le brouillage de fréquence entre Carbone 14 et France Musique (proches l'une de l'autre sur la bande FM), l'opacité du montage financier et le ton déluré de la radio. Le film est tourné à cette époque, la radio vivote. Le 1er février 1983, la Haute Autorité de la communication audiovisuelle publie la liste des vingt-deux regroupements officiellement autorisés à Paris ; Carbone 14 n'y figure pas. Mise en demeure de cesser ses émissions, elle ne se soumet pas à cette obligation. Le 17 août 1983, elle constitue ainsi la première station saisie.

3Ce qu'on retient de ce film jouissif pour certains, nauséeux pour d'autres, c'est la liberté de création inédite qui ravit ou sévit sur Carbone 14. Les animateurs - hommes et femme (s ?) -, talentueux et impertinents, profitent pleinement de la liberté transitoires des ondes, en portant littéralement la radio. Jeunes (25 ans en moyenne), bénévoles, ils inventent une culture où l'originalité et la gratuité (au sens propre, tout le monde y est « fauché », dixit Jean-François Galotte ; au sens figuré, règne un « je-m'en-foutisme » libérateur) sont les rennes de l'antenne. Du « tout est possible » au « fantastique bras d'honneur moral » (dixit Claude Lanzmann), les animateurs déploient un spectre culturel libéré des conventions : création musicale (intérêt pour la production expérimentale, rythme effréné), narrative (rôle central de l'improvisation, lectures), interaction avec le public, rencontre avec des célébrités, délires humoristiques... sexe débridé. La liberté est pour le moins libertine : les animateurs s'appellent David Grossexe, Jean-Yves Lafesse, Supernana... Une prostituée à demeure, ils parlent de cul en continu et enregistrent, pour la première fois sur une radio, « l'amour en direct ». La liberté est médiatique et médiatisée : Dominique Fenu sait alimenter le buzz pour continuer de faire grimper l'audience. Las, la liberté s'avère pirate, puisque cette radio ne sera jamais institutionnalisée, et qu'elle tentera tout de même de continuer son activité.

4Reste, outre le destin des animateurs (Carbone 14 a été un levier pour leurs carrières respectives, à l'instar de Jean-Yves Lafesse), la réalité d'une parenthèse radiophonique totalement inédite. Inédite tant dans son mode de fonctionnement que dans ses choix d'antenne, comme le note Jean-François Galotte (alias le David Grossexe de l'époque) quand il compare Carbone 14 aux radios de service public. Le réalisateur montre du doigt France Inter, « radio d'enculés », en ce qu'elle proposa aux animateurs de Carbone 14 de faire des essais en pleine nuit (pour quelle audience ?), contre un salaire très faible, sans informer les animateurs qu'ils pouvaient aussi toucher le pactole : le droit d'auteur. Pour sa part, France Culture ne cita Carbone 14 que lorsque Supernana y lut Marguerite Duras. Culture académique versus culture libre ? Impossible de ne pas noter le grand écart entre, d'un côté la pudeur consensuelle, et l'autocensure qui l'occasionne, de l'autre l'exhibition libératoire, facteur d'échanges (sexuels et moins si affinités) avec le public et de créativité osée. En trente ans, des mélanges entre ces deux extrêmes ont été tentés dans les médias traditionnels, avec un succès moindre car institutionnalisant, peut-être, ce qui ne pouvait l'être.

5Peut-être trouvera-t-on, sur le web (2.0), des démarches plus analogues à Carbone 14 : bénévolats et amateurisme y inventent de nouvelles formules, participatives et gratuites. Mais la liberté de ton que Carbone 14 revendiquait semble avoir déserté notre champ culturel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Curien, « Jean-François Gallotte, Joëlle Malberg, Carbone 14 le film, Les Mutins de Pangée », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 27 février 2012, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7674

Haut de page

Rédacteur

Julie Curien

Responsable de bibliothèque

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page