Navigation – Plan du site

L'Université en crise. Mort ou résurrection ?

Igor Martinache
L'Université en crise
« L'Université en crise. Mort ou résurrection ? », du MAUSS, n° 8, 2009, 381 p., La Découverte, EAN : 9782707158079.
Haut de page

Texte intégral

1Si un jour les manuels d'histoire évoquent la mobilisation en cours dans les universités françaises, nul doute qu'ils mentionneront que le projet gouvernemental visant à modifier le décret n° 84-431 relatif au statut d'enseignant-chercheur du supérieur a joué le rôle d'étincelle mettant le feu aux poudres. Reste que les historien-ne-s nous ont appris à distinguer les causes profondes des détonateurs conjoncturels. De ce point de vue, force est de reconnaître que les contre-réformes qui s'abattent actuellement sur l'Université française ont surtout agi comme un révélateur de malaises structurels, comme en témoigne l'absence de mouvements aussi virulents dans les pays voisins, où sont déployés des politiques similaires. L'enjeu essentiel pour l'avenir réside dès lors désormais dans l'imposition du diagnostic légitime, étant donné qu'il influencera largement le remède. De ce point de vue, la dernière livraison de la Revue du MAUSS (le Mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales) constitue un outil essentiel pour les apprentis médecins, mais aussi toutes celles et ceux qui essaient d'y voir plus clair dans un mouvement dont les médias ont, comme à leur habitude, essentiellement contenté de montrer l'écume.

2Saluons tout d'abord l'effort d'ouverture dont ont fait preuve les responsables de la revue, en ouvrant leurs colonnes à des points de vue d'horizons divers, même s'il faut bien admettre que les défenseurs de Valérie Pécresse et du processus de Bologne s'y font bien rares. Les critiques parfois sévères sont cependant bien représentées, et les contributions dans leur ensemble ont le mérite d'alimenter un débat trop rare. Car s'il est bien un champ que les chercheurs ont du mal à objectiver, c'est bien celui dans lequel ils s'inscrivent. Cet exercice d'auto-analyse collectif se présente donc comme une tentative plutôt aboutie d'explorer les enjeux sous-sous-jacents aux mutations en cours et à venir de l'enseignement supérieur et de la recherche, avec une certaine exhaustivité.

3On ne s'étonnera donc pas d'y voir repris un certain nombre de textes ayant eu un certain retentissement dans le débat public, du moins parmi les intéressés. La fameuse note d'Olivier Beaud pour l'association Qualité de la Science Française, réflexion brillante sur les fondements du statut d'universitaire (et non d'enseignant-chercheur...) mais également les tribunes parues dans un grand quotidien du soir de Bruno Latour (« Universitaires, encore un effort pour être autonomes ») et de Philippe d'Iribarne (une reprise quelque peu équivoque de la fable du loup et du chien de Lafontaine), celle de Thomas Piketty, parue dans Libération le 17 mars 2009 et explicitement intitulée « Autonomie des universités : l'imposture », ainsi que l'analyse éclairante de Vincent Descombes parue sur le site www.laviedesidees.fr sur « l'identité collective d'un corps enseignant ».

4Pour le reste, le dossier est structuré de manière relativement claire : une première partie traite de la « croisée des chemins » à laquelle serait aujourd'hui arrivée l'Université. Celle-ci commence par une réflexion sur l'idéal universitaire, amorcée par un extrait du discours inaugural de Drew Gilpin Faust, présidente de l'Université d'Harvard depuis 2007 et historienne, ainsi qu'une partie d'un discours de Léon Bourgeois prononcé à l'occasion du centenaire de l'Université de Montpellier, en mai 1890, introduit par Serge Audier et exaltant déjà l'unité et l'indépendance de ce service public. Le contraste est saisissant lorsque l'on passe sans transition au diagnostic de l'Université française actuelle. François Vatin ouvre le bal en proposant une analyse historique des tournants manqués de l'institution : son « incapacité à accueillir en son sein les nouvelles professions qui apparaissent à partir de la fin du XVIIIe siècle » (p.49), qui l'a installé durablement comme « parent pauvre » des (« grandes ») écoles, puis la mauvaise gestion de la massification dans les années 1970, où une « gestion corporatiste des carrières enseignantes a conduit à une confusion délétère entre disciplines académiques et cursus étudiants » (p.53). Statistiques à l'appui, il met en évidence la désaffection que connaissent actuellement les établissements universitaires, et insiste sur le fait que le problème central est à ses yeux celui de la place de l'Université dans l'ensemble de la formation post-baccalauréat en France. Une question pourtant largement absente des débats actuels. La contribution de Christine Musselin s'inscrit pour sa part en faux contre une vision trop homogénéisante du processus de standardisation de l'enseignement supérieur européen, impulsé par la stratégie de Lisbonne 1 Elle insiste ainsi sur les spécificités nationales des réformes en cours, en dépit de convergences indéniables concernant la course à l'excellence ou une « autonomisation » synonyme surtout de renforcement des exécutifs. Plaidant pour une « certaine prudence » à l'égard de l'analyse des réformes, la directrice du Centre de Sociologie des Organisations (CSO) avance finalement que celle qui est en cours « reste bien plus conforme au modèle traditionnel français qu'inféodée au modèle auquel se réfèrent les réformateurs » (p.88). Le débat est donc ouvert, dans tous les sens du terme. On lira ainsi comme une réponse l'analyse du processus de Bologne par Sandrine Garcia. Initié par un certain Claude Allègre pour harmoniser les systèmes d'enseignement supérieur européens au service du « grand marché » 2 , celui-ci constitue selon elle une forme d' « institutionnalisation de l'informel », c'est-à-dire une « entité qui n'a pas d'existence juridique (un « processus ») mais qui permet à des acteurs hétérogènes de défendre des intérêts communs » (p.123). En l'occurrence dans le cas français, la CPU, le CNE, les instances représentant les établissements d'enseignement supérieur non universitaire, mais aussi l'UNEF, qui ont chacun des rétributions à tirer d'une orientation « utilitariste » de l'Université au détriment de sa mission démocratique, au sens plein du terme.

  • 3 Inutile pourtant de rappeler combien celle-ci est éclairante dans le contexte actuel, Keynes et Min (...)

5Dans cette deuxième partie, consacrée, on l'aura compris, aux « ravages de la marchandisation », ainsi qu'à ceux étroitement liés, de l'évaluation bibliométrique et de la spécialisation, plusieurs contributions explorent non sans détours ces différents thèmes. Le ton alarmiste, non sans raison, de certains textes, est contrebalancé par l'ironie d'autres, comme ces « petits conseils aux enseignants-chercheurs qui voudront réussir leur évaluation » que délivre Grégoire Chamayou. Savoureux, si ce n'est que ces conseils semblent appelés à devenir de plus en plus avisés... Quant aux problèmes liés à la spécialisation et à la parcellisation de la recherche, l'économie en fournit peut-être l'illustration la plus probante. On lira donc avec intérêt sur ce sujet insuffisamment débattu (en dehors du MAUSS tout au moins) la reproduction d'un entretien avec Henry Mintzberg, le « pape du management » et néanmoins (ou justement ?) très critique à l'égard des écoles de gestion, ainsi que deux articles signés respectivement par Geoffrey M.Hodgson et James Galbraith et qui montrent les dérives du paradigme néoclassique dominant, qui a fait de la lecture des grands auteurs passés 3 ou du travail empirique des outils superflus - pour ne pas dire des pertes de temps, en plus d'instaurer une coupure micro/macro délétère.

6La troisième et dernière partie de ce numéro est consacrée logiquement à l'avenir pour l'université. Une large place est laissée au débat sur l' « autonomie », avec certaines interventions déjà évoquées, un texte de Catherine Paradeise et Yves Lichtenberg qui invite à « réapprendre la responsabilité collégiale ». Partant du constat que la massification initiée dans les années 1960 a été synonyme d'une grave diminution des moyens financiers alloués par étudiant, mais également de renforcement des « forces de recherche » des établissements universitaires, leur permettant de faire jeu égal dans ce domaine avec les autres organismes. Reste que pour les auteurs, « le gâchis est énorme : coupure entre enseignement et recherche au sein des établissements universitaires, isolement des enseignants-chercheurs les moins performants abandonnés à eux-mêmes, faible considération de la diversification des demandes [de formation] » (p.232), et ils plaident ce faisant pour une clarification des missions et du système d'allocation des ressources associées par l'administration centrale, ainsi que par la réappropriation de ces objectifs par les acteurs locaux de l'Université. Dans une perspective quelque peu éloignée, Fabrice Flipo et Lionel Larqué partent des cinq missions traditionnellement dévolues à l'Université : élaborer des connaissances « scientifiques », diffuser, former, valoriser, expertiser, pour penser sa démocratisation. Ils soulignent ainsi les limites de la science dans le débat démocratique, les choix qui s'y opèrent étant en dernière instance de nature morale et politique, et rappellent également contre une conception naïve de l' « économie de la connaissance » que « la duplication du savoir est rarement à coût nul, et [que] sa transmission n'est source d'enrichissement que si elle ne conduit pas à détruire d'autres savoirs » (p.247). Les savoirs, en effet, « sont toujours des savoir-faire » dont la transmission et la mémorisation « impliquent l'existence et l'entretien de supports matériels ». Plaidant de manière assez convaincante pour le renforcement de la mission de formation à une citoyenneté moderne quelque peu oubliée, ils avancent que celle-ci doit passer par une « collaboration nouvelle et intelligente entre acteurs sociaux, éducatifs et institutions » dont un premier pôle pourrait être de « travailler spécifiquement sur cette dimension psychosociale : mobiliser et motiver les jeunes générations sur leurs propres potentialités et sur leur rôle dans la société » (p.261), ce qu'ils qualifient d' « alphabétisation culturelle ». Cultures humaniste et scientifique doivent cesser d'être dissociées dans cette perspective, et si le chantier qu'ils esquissent paraît ambitieux, il semble que le mouvement en cours dans l'Université aura eu le mérite de le lancer. 

  • 4 Un texte pétitionnaire reproduit en ligne dans la Revue du MAUSS permanente, « Pour un Cercle des p (...)
  • 5 Également disponibles en ligne : « Onze modestes propositions pour une réforme démocratique de l'Un (...)

7Pour comprendre les spécificités du métier d'universitaire, on lira également l'extrait d'un rapport dirigé par Olivier Favereau pour le Conseil national des barreaux consacré aux « conséquences économiques de la libéralisation du marché des services juridiques ». Dans la lignée notamment des travaux de Lucien Karpik - qui a d'ailleurs participé à l'étude -, les auteurs montrent de manière assez éclairante l'incapacité du marché à prendre en compte la question de la qualité, aussi bien en matière de résultats du travail que dans ce qui se joue dans les relations informelles. Le dossier s'achève sur des propositions concrètes d'action : la constitution d'un « Cercle des professeurs disparus » 4 dont les signataires assument publiquement leur refus de la séparation, de la parcellisation et de la fragmentation des savoirs, ainsi que les dérives associées. Une réponse critique d'un collègue japonais, Hitoshi Yasukiin, est publiée à sa suite. Quelque peu défaitiste, celui-ci décrit une situation plus avancée du processus dénoncé dans son propre pays et craint que le « cercle » en question soit « vicieux » dans la mesure où il enfermerait ses membres dans un « communautarisme académique ». Alain Caillé et François Vatin - en fait principalement ce dernier, à partir de son analyse évoquée précédemment, avancent ensuite onze propositions de réforme 5, qu'Annie Vinokur prolonge d'une certaine manière en traitant plus particulièrement de la question majeures des financements, et de la « querelle des droits d'inscription ».

8On ne saura donc trop conseiller la lecture de ce dossier, dont certains articles ne sont du reste disponibles que -librement- en ligne sur le site de la Revue du MAUSS permanente. Évitant tout sectarisme, celui-ci met en effet en évidences les principaux enjeux, mais aussi les contradictions intrinsèques, d'un mouvement dépasse largement les murs de l'Université. Et qui est, rappelons-le, loin d'être achevé.

Haut de page

Notes

1 Pour un exemple, voir Isabelle Bruno, A vos marques, prêts... cherchez ! La stratégie européenne de Lisbonne, vers un marché de la recherche, Bellecombe-en-Bauges, éditions du Croquant, 2008

2 Pour une analyse critique de ce dernier, voir Franz Schultheis, Marta Roca i Escoda et Paul-Frantz Cousin (dir.), Le cauchemar de Humboldt. Les réformes de l'enseignement supérieur européen, Paris, Raisons d'agir, 2008

3 Inutile pourtant de rappeler combien celle-ci est éclairante dans le contexte actuel, Keynes et Minsky en tête

4 Un texte pétitionnaire reproduit en ligne dans la Revue du MAUSS permanente, « Pour un Cercle des professeurs et des chercheurs disparus », 11 février 2009 [en ligne] à ce lien : http://www.journaldumauss.net/spip.php?article468

5 Également disponibles en ligne : « Onze modestes propositions pour une réforme démocratique de l'Université française », Revue du MAUSS permanente, 25 mai 2009 [en ligne]. http://www.journaldumauss.net/spip.php?article517

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « L'Université en crise. Mort ou résurrection ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2009, mis en ligne le 11 juin 2009, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/768

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page