Navigation – Plan du site

« Comment faire famille aujourd’hui ? », Les Carnets de Parentel, janvier 2012

Judit Vari
Comment faire famille aujourd’hui ?
« Comment faire famille aujourd’hui ? », Les Carnets de Parentel, numéro spécial, janvier 2012, Association Parentel, ISBN : 9782953436440.
Haut de page

Texte intégral

1Les profondes mutations de la famille contemporaine réinterrogent la question de la transmission aussi bien d’un point de vue théorique que dans la pratique professionnelle. Ce petit ouvrage de 160 pages réunissant une dizaine de textes, écrits majoritairement par des psychanalystes et des psychologues cliniciens, tente d’y apporter quelques éléments de réponse en revenant notamment sur le concept de parentalité.

2Le premier texte de Daniel Coum fait office d’introduction. S’il ne présente pas vraiment les autres contributions, il a néanmoins le mérite de poser le questionnement autour duquel s’est construit l’ensemble de l’ouvrage. Coum part du constat qu’aujourd’hui les parents ne savent plus poser de limites à leurs enfants. L’éclatement du dogme traditionnel de l’autorité dévolue au Père a entraîné une perte des repères pour les parents qui ne comprennent plus la nécessité de la frustration. En effet, la référence à des dogmes avait pour avantage de soumettre les parents à la transmission des limites. Ou pour le dire autrement, notre société de consommation et des nouvelles technologies conduisent les sujets à une recherche de bonheur absolu et de l’accessibilité immédiate, qui rend incapables les parents à gérer les frustrations. Si Coum, président de l’association Parentel, rappelle en note de bas de page, que l’association reçoit les familles dans des lieux d’écoute, il aurait été bienvenu d’avoir une présentation plus détaillée des types d’accueil et de ses méthodes de travail.

3Le second texte de la sociologue Irène Théry revient sur le concept de parentalité et de sa pertinence théorique dans le champ des études sur la famille. La parentalité, rappelle-t-elle, ne se réduit pas évidemment à l’amour parental, et Théry revient à la distinction dans l’anthropologie anglo-saxonne aux termes de parenting et de parenthood qui ont le mérite de penser dans un même mouvement les deux sens de la parentalité. Le premier terme renvoie au faire, à la mise en œuvre au quotidien de la parentalité. Le second terme renvoie à la place conférée à l’individu par le système de parenté et qui renvoie à la fois à des droits et des devoirs. Or, ce qui fait problème aujourd’hui, c’est que le système de parenté actuel a du mal à intégrer les mutations de la famille et de nouveaux liens de parenté. Est ainsi renouvelée la question de comment penser le droit familial à la fois d’une manière pluraliste et commune. Jusqu’à maintenant face au pluralisme des modes de conjugalité, a été préservé et maintenu de manière inconditionnelle le lien de filiation et son unité autour des deux figures parentales principales (le père et la mère). Mais il semblerait que les enfants eux-mêmes (lorsqu’ils deviennent de jeunes adultes) revendiquent de plus en plus souvent la diversité de leur histoire et de leurs origines.

4En écho à ces propos, Serge Hefez présente à partir de deux cas cliniques les difficultés que peuvent rencontrer les enfants à se construire une identité quand le parcours conjugal et les liens de filiation se multiplient. Face à la recomposition conjugale et l’arrivé de nouveaux frères et sœurs, les enfants n’arrivent pas toujours à définir leur place au sein de la famille, qui leur demande parfois de faire des choix impossibles. Les textes de Claudine Valette-Damase sur le vieillissement, ou d’Ombline Ozoux-Teffaine sur l’adoption, complètent ces réflexions sur la difficulté des sujets à s’inscrire dans des temporalités plus longues.  

5Jean-Claude Quentel revient quant à lui sur le concept de transmission. En essayant de se dégager de la pensée classique dichotomique (individu/société ; psychologie/sociologie), il rappelle que deux types de processus interviennent dans la définition de la famille et de la parentalité : celui de la loi et de lien social, et celui du désir et du choix. Si aujourd’hui c’est davantage le second type qui a tendance à être davantage valorisé par la société, ces deux types de processus ont toujours coexisté. Ainsi si la transmission est toujours une référence au passé, elle n’exclut pas pour autant l’innovation, la tradition n’étant pas figée, nous transformons nécessairement ce que nos parents nous ont légué. En héritant nous nous approprions notre histoire familiale tout en la transformant, et c’est ainsi que nous pouvons « émerger au social ».

6En guise de conclusion, le texte de Laurent Ott, éducateur, qui revient à travers son expérience de travailleur social sur les ambiguïtés de la notion de parentalité. Ainsi rappelle-t-il que le discours politique sur la parentalité se conjugue de manière insidieuse avec le discours sécuritaire. Il y a une démission éducative des institutions dans l’accueil des enfants en milieu populaire, les parents étant soumis à l’obligation du contrat sans qu’une confiance entre les différents protagonistes puisse s’établir, ce qui nuit à l’instauration d’une communauté éducative effective.

  • 1  Winter J.-P., 2010, Homoparenté, Albin Michel.   

7À la lecture de ce petit ouvrage édité par l’association émerge une question, à quel(s) public(s) est-il destiné ? S’il s’agit des parents ou des professionnels non psychologues, certains des textes apparaissent difficilement accessibles pour des néophytes en psychanalyse ou en psychologie, d’autant plus quand il est fait référence à des débats internes au champ de la psychologie (par exemple à la critique de l’ouvrage de Jean-Pierre Winter sur l’homoparenté1), d’autre part l’ensemble manque d’unité. Enfin, de mon point de vue de sociologue, j’aurais également souhaité avoir plus d’informations sur les familles reçues par l’association, les milieux sociaux auxquelles elles appartiennent et leurs conditions de vie, pour davantage comprendre leur singularité et peut-être ainsi mieux me rendre compte du travail réalisé par l’association.

Haut de page

Notes

1  Winter J.-P., 2010, Homoparenté, Albin Michel.   

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Judit Vari, « « Comment faire famille aujourd’hui ? », Les Carnets de Parentel, janvier 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 29 février 2012, consulté le 27 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7703

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page