Navigation – Plan du site

Jean-Marie Seillan, Le Roman idéaliste dans le second XIXe siècle. Littérature ou "bouillon de veau" ?

Frédérique Giraud
Le Roman idéaliste dans le second XIXe siècle
Jean-Marie Seillan, Le Roman idéaliste dans le second XIXe siècle. Littérature ou "bouillon de veau" ?, Paris, Classiques Garnier, coll. « Etudes romantiques et dix-neuviémistes », 2012, 323 p., ISBN : 978-2-8124-0353-8.
Haut de page

Texte intégral

1C’est une lacune dans l’histoire de la littérature française du second XIXe siècle que le livre de Jean-Marie Seillan vient combler avec succès, en proposant de définir le canon idéaliste romanesque. Avec Le Roman idéaliste dans le second XIXe siècle. Littérature ou "bouillon de veau" ?, l’auteur propose de relire l’histoire littéraire d’un œil neuf en sortant de l’ombre les romanciers idéalistes, trop longtemps passés à la trappe par l’histoire littéraire et qui n’ont aujourd’hui d’existence littéraire que par l’image méprisante construite par les écrivains naturalistes.

  • 1 Lettre à Henri Nizet, fin 1883, bibliothèque de l’Arsenal, Ms Lambert 51, fol. 83-84
  • 2 « Idéalisme et réalisme-naturalisme sont en relation de mutuelle dépendance : ils durcissent leurs (...)
  • 3 « Victor Hugo », Le Voltaire, 31 mars 1879, repris dans Documents littéraires, Œuvres complètes, to (...)

2Disqualifié par le groupe naturaliste, Huysmans parlait de « littérature au bouillon de veau »1, le roman idéaliste formait pourtant une école reconnue sur le plan éditorial, occupait de solides positions institutionnelles notamment au sein de la Revue des deux mondes et de l’Académie et disposait d’un lectorat fidèle et nombreux. Trop longtemps oubliée, cette donnée « revient à exclure du domaine de l’art » (p. 9) tout un pan d’œuvres littéraires pourtant appréciées par une large partie du public cultivé de l’époque. Par ailleurs, elle empêche de comprendre, selon Jean-Marie Seillan, l’évolution de l’espace littéraire à la fin du XIXe siècle et notamment la bataille qui y a pris forme entre naturalistes et idéalistes. Comment comprendre la bataille naturaliste si l’on exclut du champ de l’analyse ceux contre qui Zola défend « la littérature de son temps » ?2 « Deux mondes sont en présence. Il faut que l’un tue l’autre » écrivait Zola3, opposant en une lecture binaire du champ littéraire fin de siècle, l’esthétique naturaliste à la poétique idéaliste telle qu’Octave Feuillet, Albert Delpit, Henry Rabusson, ou encore Léon de Tinseau la défendent dans leurs romans.

  • 4 Octave Feuillet, premier romancier français admis à l’Académie française (1862), a joui d’une grand (...)

3L’on peut faire avec l’auteur le pari selon lequel « Feuillet doit nous en apprendre autant sur les goûts littéraires de la bourgeoisie cultivée du XIXe siècle que Flaubert, et Delpit que Lorrain » (p. 12). L’hypothèse de travail de Jean-Marie Seillan est la suivante : le roman idéaliste, notamment dans la forme que lui donne Octave Feuillet4, son meilleur représentant, « constitue un système esthétique cohérent, répond à une stratégie littéraire intelligible et possède une efficacité narrative qui en fait une “formule” aussi forte que celle de Zola » (p. 13). Il faut dans un premier temps arriver à nommer cet ensemble d’écrivains : Jean-Marie Seillan examine plusieurs dénominations (roman romanesque, roman sentimental, roman mondain, roman pour les femmes, roman bourgeois) possibles et expose les raisons qui l’ont poussé à retenir au final l’appellation roman idéaliste.

4Jean-Marie Seillan a ensuite constitué un corpus de quatre-vingts romans ou recueils de nouvelles idéalistes (p. 54-56 pour le détail des titres retenus pour chacun des auteurs), afin de disposer d’un échantillon représentatif de la production idéaliste, qui permettra d’analyser ce courant. L’auteur organise son corpus de romans à partir de la distinction de trois générations d’écrivains. La première est représentée par Jules Sandeau, la seconde, contemporaine de la bataille naturaliste, par Octave Feuillet, Victor Cherbuliez, et André Theuriet, Georges Ohnet, Ludovic Halévy. La troisième génération est constituée de Paul Bourget, Marcel Prévost, le comte Léon de Tinseau, Henry Rabusson, Albert Delpit. À partir de celui-ci, l’auteur propose une étude fouillée, sociologique et littéraire, des intrigues et personnages de ces romans, afin de définir les contours du genre idéaliste.

5Jean-Marie Seillan met en évidence un chronotope cohérent, rigide qui fait « du roman idéaliste » un genre à part entière, dont il étudie les formes prises chez chacun des auteurs de son corpus. L’univers fictionnel des romans idéalistes est scandé par un rapport au temps et à l’espace qui le caractérise en propre : il est aréférentiel. Temps et espace ont dans les romans idéalistes la particularité de s’extraire de l’Histoire collective (guerres, révolutions, changements de régime sont totalement absents des intrigues), du vieillissement des personnages. L’espace de déploiement des intrigues est avant tout mondain, majoritairement urbain (couvent, salon, loge de théâtre..). La micro-société qu’ils dépeignent constitue un « isolat social homogène » (p. 131), un « enclos capitonné », où les personnages appartiennent tous à une élite oisive. Le roman idéaliste dessine ainsi un monde social en déclin, la fin de la noblesse d’Ancien Régime, de ses valeurs et de ses modes de vie. L’amour est le pivot de la majorité des intrigues. Le roman idéaliste est également adescriptif (ce que le chapitre « Tu ne décriras pas » s’efforce de démontrer et d’expliquer), différant ici au plus point du réalisme-naturalisme.

6Ce travail d’analyse permet ainsi de comprendre à quels besoins répondait ce « dispositif romanesque » qui a pour caractéristiques repérables de passer sous silence les soubresauts de l’histoire industrielle, urbaine et scientifique, les corps physiques, les objets matériels. Le roman idéaliste regarde en arrière, vers la société d’Ancien Régime, la société de cour. Il s’agit pour les romanciers idéalistes « d’arracher une parcelle du monde au chaos, de le remettre en ordre de façon imaginaire » (p. 297) et non pas de donner à voir le monde dans lequel ils vivent. Jean-Marie Seillan réussit le pari de définir un courant littéraire, en dessinant ses marques de fabrique.

7Au final, l’ouvrage permet de (re)découvrir des auteurs oubliés, mais surtout de parfaire l’histoire des courants littéraires du XIXe siècle. Extrêmement documenté, il est également d’une lecture plaisante, l’auteur mêlant rigueur de l’analyse et moqueries bienveillantes à l’égard de ces auteurs d’un autre âge.

Haut de page

Notes

1 Lettre à Henri Nizet, fin 1883, bibliothèque de l’Arsenal, Ms Lambert 51, fol. 83-84

2 « Idéalisme et réalisme-naturalisme sont en relation de mutuelle dépendance : ils durcissent leurs principes, prennent des postures à des fins polémiques, comme il se doit entre concurrents bataillant pour la domination du marché littéraire » (p. 35).

3 « Victor Hugo », Le Voltaire, 31 mars 1879, repris dans Documents littéraires, Œuvres complètes, tome XII, Cercle du livre précieux, p.308

4 Octave Feuillet, premier romancier français admis à l’Académie française (1862), a joui d’une grande notoriété auprès de ses contemporains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Giraud, « Jean-Marie Seillan, Le Roman idéaliste dans le second XIXe siècle. Littérature ou "bouillon de veau" ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7707

Haut de page

Rédacteur

Frédérique Giraud

Allocataire-monitrice à l’ENS de Lyon, doctorante au Centre Max Weber, équipe DPCS (Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations). Frédérique Giraud est rédactrice en chef de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page