Navigation – Plan du site

Fabienne Malbois, Déplier le genre. Enquête épistémologique sur le féminisme antinaturaliste

Jean Lukinson
Déplier le genre
Fabienne Malbois, Déplier le genre. Enquête épistémologique sur le féminisme antinaturaliste, Editions Seismo, coll. « Questions de genre », 2011, 224 p., EAN : 9782883510470.
Haut de page

Texte intégral

1Voici un ouvrage, résolument d’obédience ethnométhodologique, qui se veut une analyse inédite et radicale du féminisme antinaturaliste. L’objectif est de sortir celui-ci des ornières de certaines dichotomies et d’assigner à la sociologie une nouvelle mission : analyser la « différence- sexuelle-en-train-de-se-faire-différence sexuelle ».

  • 1  La « différence sexuelle » (entre guillemets) désigne le phénomène en tant qu’il est doté d’une ob (...)

2Le chapitre premier part de la différence sexuelle1 en tant que phénomène mondain: elle constitue, pour le sens commun, un objet du monde social allant de soi. Si la théorie féministe antinaturaliste (TFAN) a contribué à la faire considérer comme une différence sociale, produite à travers un discours d’autolégitimation de la société sur elle-même, l’analyse montre clairement, dans un deuxième temps, les écueils contre lesquels bute cette théorie dans sa démarche. Non seulement la déconstruction ne fait pas disparaître la réalité objective de la disponibilité ordinaire des catégories de sexe, mais il y a une contradiction inhérente à la TFAN dans la mesure où l’affirmation de la « différence sexuelle » comme différence sociale repose sur un impensé, une « pétition de principe », à savoir la « factualité du sexe », qu’elle suppose au départ même de l’analyse.

3Le chapitre deux analyse, d’une part, la contradiction inhérente à l’argument féministe antinaturaliste à partir de la distinction sexe/genre. L’identification du genre au culturel et vice versa renvoie d’emblée le sexe dans la sphère naturelle tout en le supposant, à travers une sorte de dénégation, comme condition ontologique de possibilité. D’autre part, il identifie deux conceptions de la femme dans le féminisme antinaturaliste : d’un côté celle qui prend la « femme » pour une idée qui varie selon les époques et les sociétés. De l’autre, celle qui prend la « femme » comme catégorie à analyser, et s’intéresse donc aux femmes empiriques afin de montrer que la différence sexuelle est la résultante d’un ensemble de relations sociales.

4Le chapitre trois revient aux catégories sexe/genre pour en contester la pertinence théorique et donc les considérer comme des ethnométhodes, utilisées tant par le savoir savant que par le savoir profane. À la fois concepts profanes et concepts scientifiques, elles sont donc indispensables au féminisme antinaturaliste, à condition qu’on en fasse un usage heuristique qui ne reconduise pas l’aporie du sexe, la contradiction n’étant pas dans la distinction mais dans la démarche qui consiste à faire « du sexe à la fois la chose récusée et acceptée ».

  • 2  Kruks, Sonia (1993). «Genre et subjectivité: Simone de Beauvoir et le féminisme contemporain», Nou (...)
  • 3  Gothlin, Eva (2001), Sexe et Existence. La philosophie de Simone de Beauvoir, Paris, Michalon.

5Le chapitre quatre présente et discute, dans un premier temps, la thèse de la sociologue britannique A. Oakley, laquelle pose le genre comme un fait de culture et renvoie, du même coup, le sexe à la sphère de la nature, du biologique. Pour expliquer le passage de la conception « genre-sur-sexe » à la conception « sexe-sur-genre », l’auteure, dans un deuxième temps, en appelle aux analyses de Sonia Krucks2 et d’Eva Gothlin3 du Deuxième sexe de S. de Beauvoir. Chez celle-ci, le sexe, n’ayant pas de dimension essentialiste, la nature ne saurait donc rendre compte des positions différenciées et inégalitaires occupées par les femmes et les hommes dans la société, parce que ce sont des êtres historiques. Dans cette perspective, le corps ne constitue pas seulement une enveloppe biologique ou sexuelle, il relève aussi du genre dans la mesure où il est traversé par le temps, il est en situation et existe donc comme une « situation sociale » lui-même. Le détour par le Deuxième sexe a permis de comprendre comment est soulevé, au sein de la TFAN, le problème de la nature du lien régissant le rapport entre sexe et genre. Mais comment expliquer qu’ils soient souvent dans une relation de correspondance ?

  • 4  Guillaumin, Colette (1981), «Femmes et théories de la société : remarques sur les effets théorique (...)

6Abandonnant la métaphore de la construction sociale qui fait du genre un contenu variable dans un contenant invariable, naturel (le sexe), C. Delphy soutient la thèse de l’antériorité du genre par rapport au sexe. En effet, le terme de genre, d’un côté, traduit une « logique sociopolitique », une logique de hiérarchisation constitutive des catégories de sexe et de la division sociale. Elle est fondée sur l’opposition masculin/féminin, laquelle n’est pas pensable en dehors de la société entendue comme principe de structuration ou d’organisation. De l’autre autre, le sexe (biologique)  reçoit une pertinence dans la constitution des catégories et sert ainsi de critère de différenciation (il renvoie bien plus aux organes sexuels qu’au corps sexué). La démarche de F. Malbois va donc consister à faire le détour par C. Guillaumin4 pour mieux saisir l’hypothèse de Delphy selon laquelle le sexe anatomique constitue « un marqueur de la division sociale ». Ainsi, si le sexe anatomique ne prend sens qu’à travers une organisation sociale, peut-on dire alors qu’il relève de la nature ou de la culture ? Si la thèse de l’antécédence du genre sur le sexe a bien montré que le sexe n’avait pas de signification en soi, il n’en reste pas moins que ce relativisme culturel, en posant la nature comme surface sémantiquement neutre, garde encore un substrat biologique et dichotomique et continue, en ce sens, d’accorder une ontologie naturelle à la « différence sexuelle ».

7Le cinquième chapitre entend montrer pourquoi C. Delphy analyse le genre comme « logique sociopolitique » et réduit le corps au seul sexe-indice : la mise à l’écart de la conception beauvoirienne du genre comme mode d’être historique et culturel. C’est donc à pallier ce « déficit » théorique que se consacre l’auteure dans ce nouveau chapitre.

8Reprenant rapidement l’analyse de C. Guillaumin et se référant aux travaux d’histoire sociale des sciences, l’auteure propose une sociologie de la sexuation des corps afin de montrer en quoi même le corps sexué a aussi une histoire et qu’il sert de médiation entre la différence sexuelle anatomique et la catégorie de sexe (homme/femme). Il en résulte que le corps bisexué est une conséquence du dimorphisme sexuel, lequel constitue une représentation possible de la différence sexuelle, d’une entité culturelle qui a un mode d’existence « naturel» dans nos sociétés. Autrement dit, le dimorphisme sexuel relève de ce que Cynthia Krauss appelle « une construction symbolique des corps », ayant une valeur davantage « prescriptive » que « descriptive » pour les chercheurs.

9Que nous apprennent les corps intersexués sinon que le sexe est une convention ? Le hiatus qu’ils marquent entre le sexe et le sexe dichotomique, leur caractère « répugnant » n’est autre que la preuve que le sexe biologique dichotomique n’est que « représentation » du sexe et non pas l’ « essence » de celui-ci. En ce sens, l’intervention « chirurgicale corrective sur les corps sexués mixtes n’a pas pour seule conséquence l’alignement du genre sur le sexe. Elle participe également […] de la production du sexe comme une entité encrée dans la nature… ». Aussi bien, pour l’auteure, l’ambiguïté des corps sexués, échappant au dimorphisme sexuel, jette le trouble, non seulement dans l’ordre social, mais aussi dans celui de la pensée. D’où la thèse selon laquelle le sexe relève à la fois de la nature et de la culture.

10L’avant dernier chapitre propose un contournement de l’essentialisation des catégories de sexe (celle de femme en l’occurrence) ainsi que le cercle vicieux de la représentation, sans pour autant les faire disparaître de la théorie féministe. L’auteure rappelle qu’il faut interroger la notion de « femme » et éviter de confondre la personne concrète (la femme  comme être social) et le « statut » la position sociale (la femme comme catégorie sociologique) dans l’analyse des rapports  sociaux de genre. Mais peut-on maintenir toujours une cloison étanche entre catégorisation profane et catégorisation sociologique dans la mesure où fort souvent la femme comme catégorie profane sert de prémisse à la « femme » comme catégorie d’analyse sociologique? Il convient de procéder à l’analyse de la catégorisation « femme » elle-même et de montrer comment un individu se voit attribuer ce statut sexuel à chaque fois. Dans ce cas, l’objectif de l’analyse sociologique est « de saisir et de décrire les circonstances sous lesquelles les catégories de sexes assurent la représentativité, en termes de statut sexuel des personnes qu’elles désignent », de décrire les processus de reconnaissabilité sans qualifier au préalable les individus. Ainsi, comprendra-t-on que la production de l’identité sexuelle est toujours à la fois un « doing gender » et la « reproduction sociale du sexe comme matérialité biologique »

11L’un des intérêts de cet ouvrage est d’avoir analysé rigoureusement les différentes thèses du féminisme antinaturaliste et examiné de façon critique, fût-ce pour partie, la métaphore de la construction sociale souvent mobilisée avec peu de lucidité par beaucoup de féministes antinaturalistes. On peut toutefois regretter l’absence de partie empirique dans ce travail. Cela nous aurait permis, au-delà de la discussion conceptuelle, de voir comment la sociologue construit empiriquement son « objet » à partir de cette perspective ethnométhodologique. L’auteure plaide pour une sociologie de la représentativité et une nouvelle manière d’analyser empiriquement la « différence sexuelle ». Sans doute ce livre peut-il y contribuer. Mais peut-on vraiment le faire sans accorder à celle-ci une certaine ontologie ? La question reste ouverte.

Haut de page

Notes

1  La « différence sexuelle » (entre guillemets) désigne le phénomène en tant qu’il est doté d’une objectivité certaine dans le monde social, perceptible et reconnaissable. Sans astérisques, elle désigne le problème traité théoriquement au sein de la théorie féministe antinaturaliste (désormais TFAN, acronyme de l’auteur).

2  Kruks, Sonia (1993). «Genre et subjectivité: Simone de Beauvoir et le féminisme contemporain», Nouvelles Questions Féministes, 14 (1), 3-28.

3  Gothlin, Eva (2001), Sexe et Existence. La philosophie de Simone de Beauvoir, Paris, Michalon.

4  Guillaumin, Colette (1981), «Femmes et théories de la société : remarques sur les effets théoriques de la colère des opprimées », Sociologie et Sociétés, 13 (2), 19-31

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Lukinson, « Fabienne Malbois, Déplier le genre. Enquête épistémologique sur le féminisme antinaturaliste », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 05 mars 2012, consulté le 30 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7732

Haut de page

Rédacteur

Jean Lukinson

Allocataire-moniteur, Doctorant en sociologie de la santé et du travail médical, GRESCO- EA 3815

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page