Navigation – Plan du site

Frédéric Chauvaud, L’ennemie intime. La peur : perceptions, expressions, effets

Paula Contreras Rojas
L'ennemie intime
Frédéric Chauvaud (dir.), L'ennemie intime. La peur : perceptions, expressions, effets, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2011, 288 p., ISBN : 9782753514812.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage se présente comme une compilation d’articles sous la direction de Frédéric Chauvaud, dont le thème transversal est la présence de la peur sous diverses formes. Comme le titre l’indique, l’ouvrage met l’accent sur les perceptions, les expressions et les effets de cette ennemie intime qui assiège les sociétés et les individus à travers l’histoire. Bien que le livre compile des articles déployant des approches différentes de la peur dans différentes sphères sociales, passant des peurs exprimées dans le champ artistique aux peurs liées à des événements naturels ou d’ordre social, il y a une tentative de conceptualisation de la peur à partir d’une dimension socioculturelle. La peur est ici conçue comme une construction sociale située historiquement et qui permettrait de comprendre des moments spécifiques, y compris dans la société actuelle.

  • 1 L’énumération des auteurs respecte l’ordre de la publication des articles dans chaque section.

2L’ouvrage se compose de quatre champs principaux articulés autour de la peur : le champ des arts, le champ des phénomènes naturels, le champ des exclus de la société et le champ du public. Le premier champ nous renseigne sur les expressions des peurs collectives et représentatives d’un moment historique, ainsi que sur les traits et les nuances de différentes expressions artistiques qui deviennent des catalyseurs de craintes, d’angoisses et d’effrois. Meyer, Janzing, Auzolle, Chabaud et Caviglia1 montrent dans leurs articles la potentialité des expressions artistiques pour représenter la peur et les sensations qu’elle produit. L’opéra, la peinture, les spectacles fantasmagoriques, ainsi que la photographie d’un corps qui tombe dans le vide confèrent aux ouvrages d’art un espace sensoriel spécial par lequel la peur latente dans une société peut être signifiée et resignifiée par les individus et les collectivités.

3Dans la deuxième section, Péret, Soubiran, Brouard, Sauzeau, Desse, abordent la peur à partir du champ des phénomènes naturels. La peur est mise en relation avec le sentiment de menace, réel ou imaginaire, et apparaît comme une défaillance physique face à une situation déterminée. La peur est généralement perçue comme une menace imminente à la conservation. En prenant en considération ses dimensions sociale et culturelle, les sujets se trouvent immergés dans un apprentissage constant du quand, du comment, du quoi et du qui craindre. Les conséquences de ces craintes peuvent mener à un changement ou à un renforcement des comportements collectifs, comme une adaptation aux risques liés à la vie dans des zones sujettes aux catastrophes naturelles. Bien que les comportements collectifs soient nourris grâce à une mémoire collective du risque partagée par la population et transmise de génération en génération, actuellement, son rôle préventif s’est vu transformé par des éléments de modernisation et par la mondialisation, les migrations, la formation de nouveaux ensembles urbains et les politiques publiques que cela entraîne ou l’évolution de la technologie en vue de meilleures prédictions et d’une meilleure gestion des phénomènes naturels.

4Si dans la deuxième section, la peur est étroitement liée à un désajustement de l’ordre à travers la force de la nature, la troisième partie évoque les peurs suscitées par certaines catégories marginales d’acteurs sociaux. Chauvaud, Vernois, Vimont, Henry, Yvorel, Niget et Chaintrier distinguent divers types de peurs. D’une part, une peur associée à l’angoisse et à l’effroi que peut provoquer une maladie comme la tuberculose au début du XXe siècle. D’autre part, une peur liée aux vagabonds, aux mendiants, aux prostituées, aux escrocs, aux voleurs, et en particulier aux jeunes délinquants et aux récidivistes ou encore aux adolescents, perçus comme « différents » dans une société où la différence a plusieurs conséquences. En effet, elle peut être la cause de stigmates qui génèrent des peurs collectives nourries de mythes et d’imaginaires se situant à la frontière entre le satirique et le macabre. L’autre ou les autres, représentent la différence qui va à l’encontre de l’ordre établi et qui s’oppose à la supposée continuité d’une collectivité.

5La quatrième section met en avant le champ public des peurs. Grévy, Kitts, Fleuriaud, Cassan, Caron et Dubasque abordent la peur à partir de son instrumentalisation par des groupes ou des individus qui détiennent le pouvoir, afin de dominer les sphères publique et politique. Un exemple de cela est la mise en œuvre de pratiques administratives d’identification comme moyen de protection des citoyens contre les vagabonds, les mendiants ou les étrangers dans la France du XIXe siècle. Un second exemple est le rôle de la presse, dans la période d’entre-deux-guerres, dans la construction des perceptions de la délinquance. Ces perceptions entretiennent une forte corrélation avec la représentation citoyenne du sentiment d’insécurité. Certaines peurs se consolident et sont utilisées pour occulter des problèmes sociaux structurels. La mort de Henri IV, la construction d’un imaginaire positif ou négatif de la guerre civile dans la France du XIXe siècle et la lutte pour le suffrage féminin français diverses facettes de la gestion et de l’instrumentalisation des peurs collectives.

6La compilation des divers articles évoqués ci-dessus fournit au lecteur un regard sociohistorique sur la formation des peurs sociales. Regard qui se glisse entre la nécessité de comprendre l’origine des peurs dans la société et la subtilité de la description des réalités spécifiques. Le livre engage une réflexion sur le concept de la peur en tant que construction sociopolitique traversant différentes périodes historiques, chemin qui mène à une compréhension de la société contemporaine et des imaginaires qui se sont construits en son sein.

Haut de page

Notes

1 L’énumération des auteurs respecte l’ordre de la publication des articles dans chaque section.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paula Contreras Rojas, « Frédéric Chauvaud, L’ennemie intime. La peur : perceptions, expressions, effets », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 05 mars 2012, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7740

Haut de page

Rédacteur

Paula Contreras Rojas

Laboratoire d´Anthropologie des Mondes Contemporains, Institut de Sociologie, Université Libre de Bruxelles.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page