Navigation – Plan du site
Les Molex. Des gens debout

Les Molex. Des gens debout

José Alcala, Les Molex. Des gens debout, Blaq Out, 2012.
Notice publiée le 05 mars 2012

Présentation de l'éditeur

SYNOPSIS
 
En juillet 2008, les 283 employés de l’usine de Villemur-sur-Tarn sont félicités par la direction du
groupe pour l’excellence de leurs résultats. Ils reçoivent même en grande pompe des récompenses d’honneur lors d’une réception organisée dans le restaurant d’entreprise.
A peine trois mois après, le 23 octobre 2008, les délégués du personnel sont convoqués pour une réunion exceptionnelle du comité d’entreprise. L’ordre du jour : la fermeture pure et simple du site de Villemur-sur-Tarn.

NOTE D'INTENTION
 
Le projet est né à l’été 2008 dans un contexte économique où, quotidiennement, les médias évoquaient la crise économique, la refondation du capitalisme, l’effondrement du système financier et alors que les « Conti »,  les  « New  Fabris »,  les  « Caterpillar »…  commençaient  à  se  faire  bruyamment  entendre. Notre idée n’était pas de filmer un conflit, mais plutôt d’apporter un regard sur la mutation à laquelle on  assistait :  le  retour  du  politique  dans  l’économie…  Au-delà  de  ces  mots,  il  y  avait  une  réalité  à
filmer.

 Ce qui nous a touchés chez Molex, ce sont ces salariés qui n’étaient pas en grève mais postés jours et nuits  devant  l’usine  pour  protéger  leurs  outils  de  travail.  Nous  avons  tous  en  mémoire  le  visage, aujourd’hui  disparu,  de  l’ouvrier  des  années  70,  avec  ses  revendications  fortes.  Devant  nos  yeux  à Villemur-sur-Tarn, aux pieds des grilles de l’usine, un nouveau visage est apparu. Nous avons découvert des salariés devenus de véritables experts de la situation économique et financière, tenant un discours parfaitement construit sur l’état du monde. L’emprise de la bourse, les fonds de pension, les actionnaires à  renflouer,  la  circulation  mondiale  de  l’argent…  Ils  ont  tout  à  fait  saisi  les  raisons  purement
spéculatives pour lesquelles on fait fermer leur usine alors qu’elle affiche de beaux bénéfices. Dans les années  70,  la  classe  ouvrière  voulait  renverser  le  système.  Celle  d’aujourd’hui  cherche  à  saisir  le système.  « On  ne  comprend  pas »,  disent  les  Molex,  eux  qui  avaient  l’impression  d’avoir  mené  un parcours modèle, en quête de sens.
 
Ils  ont  également  à  souffrir  d’un  Etat,  partie  prenante,  qui  accompagne  le  désastre,  d’une  justice bafouée dans  laquelle ils  n’ont jamais  cessé de croire, d’un droit social conspué, de la schizophrénie entre ce que dit l’Etat et la réalité sur le terrain…

Entend-on encore la parole aujourd’hui ? De nos jours on n’écoute plus le discours porté dans un cadre syndical,  ce  n’est  juste  qu’un  syndicaliste  qui  parle.  En  revanche,  s’il  y  a  une  revendication  posée violemment,  comme  dans  le  cas  des  « Conti »,  les  pouvoirs  répondent.  Non  pas  pour  accéder  aux demandes, mais pour faire cesser les images de violence. Les Molex, eux, ne voulaient pas s’armer de brutalité pour justement faire entendre leur seule parole.
 
José Alcala, réalisateur
Pascal Verroust, producteur
 

Haut de page

Notes de la rédaction

DVD  :  Le  film  (1h28)  -  A  contretemps  des  médias  (2012,  15mn) :  entretien  de  José  Alcala  avec Philippe  Piazzo.  Récit  d’un  tournage  citoyen.  Comment  témoigner  de  notre  époque ?  -   Vidéomaton
(24mn) : portraits des Molex sur le vif par Marie Raynal -  Chapitrage - LANGUES : Version originale française en Stéréo 2.0
ZONE 2 - DVD 9 -  PAL -  DUREE FILM 1H28  -  COULEUR -  FORMAT IMAGE 1.85 -  ECRAN 16/9
COMPATIBLE 4/3

Haut de page