Navigation – Plan du site

Jean Baudouin, Pierre Bourdieu. Quand l'intelligence entrait enfin en politique ! 1982-2002

David Descamps et Agathe Foudi
Pierre Bourdieu
Jean Baudouin, Pierre Bourdieu. Quand l'intelligence entrait enfin en politique ! (1982-2002), Paris, Cerf, coll. « Politique », 2012, 122 p., ISBN : 978-2-204-09703-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  « […] Ecrit de circonstance, attaquant plus ou moins violemment, unilatéralement un individu, une (...)

1Si on devait classer les commentateurs de l'œuvre de Pierre Bourdieu en deux catégories, ses aficionados et ses contempteurs, il est certain que le professeur Jean Baudouin ferait partie des seconds. Le livre qu'il vient de publier, intitulé Pierre Bourdieu. Quand l'intelligence entrait enfin en politique ! 1982-2002, réunit en effet l'ensemble des caractéristiques propres au pamphlet, si on se réfère à la définition qu'en donne le linguiste québécois Yves Avril1.

2Dans cette publication, Jean Baudouin a effectivement à cœur d'attaquer Pierre Bourdieu et ses successeurs et de se livrer à une entreprise de démystification de la pensée bourdieusienne. L'essentiel du propos mené par Jean Baudouin porte sur une période relativement restreinte de la vie de Pierre Bourdieu, période postérieure à celle de ses écrits les plus reconnus dans le champ scientifique. C'est en effet le « moment politique » de Bourdieu qui retient l'attention du professeur, et, pour être précis, la période 1982-2002, comme l'indique le sous-titre de la publication.

3Dans le premier temps de son propos, Jean Baudouin entend démonter la pensée bourdieusienne. C'est d'abord la scientificité de cette pensée qui est mise en cause par l'auteur. Selon lui, la popularité des thèses et des positions défendues par Bourdieu, « […]tenait autant sinon plus à la charge subversive qu'elle dégageait qu'à la rigueur méthodologique dont elle ne cessait de s'honorer. » (p. 13). En vérité, il nous le dit, « La « pensée Bourdieu » […] est une pensée binaire qui n'imagine jamais l'espace public autrement que sous la forme nécessairement violente d'un antagonisme primordial » (p. 35).

4C'est ensuite le positionnement politique de Bourdieu qui est attaqué. Ainsi, la critique bourdieusienne du néolibéralisme serait réductible à « une litanie anticapitaliste grossière et primitive qui mime, à plus d'un demi-siècle de distance, les exercices lourds et codés auxquels se livraient les idéologues du Komintern [...] » (p. 28). Simple litanie car si, pour le professeur Jean Baudouin, la pensée bourdieusienne excelle « […] dans le registre de la dénonciation […] », elle « […] peine en revanche, à suggérer une alternative » (p. 83). En somme, écrira-t-il, « Ce géant de la pensée sociologique se révèle être un nain de la proposition politique ». (p. 110).

5Dans un deuxième temps, Jean Baudouin s'en prend aux disciples de Bourdieu dont les travaux traduiraient « […] le sens profond d'une doctrine et, au-delà, le tempérament d'un homme » (p 70). Il s'attaque notamment ici à l'ouvrage Le « décembre » des intellectuels français. Qualifié de « petite littérature de caniveau » (p. 42), cet ouvrage « [...] porter [ait] au paroxysme de la caricature une « sociologie du champ intellectuel », qui, dès ses premiers pas, tendait à faire de l'espace public de la controverse un territoire privilégié de la lutte des classes et éventuellement des places » (p. 74).

6L'auteur dénonce par ailleurs l'emprise que les « obligés de Pierre Bourdieu» (p. 74) exerceraient sur la science politique française. Cette emprise serait telle que, par de multiples manœuvres, « Un groupe en est venu en l'espace de trois décades à établir son ascendant sur une discipline qui jusqu'alors, et sans éprouver le besoin de le clamer haut et fort, pratiquait le pluralisme et l'ouverture intellectuelle. » (p. 79)

7Dans un troisième et dernier temps, Jean Baudouin revient sur la conception que Bourdieu aurait du politique et sur son rapport présumé à la démocratie. Pour l'auteur, Pierre Bourdieu souffrirait d'une « […] impuissance endémique, jamais démentie, à penser la singularité et l'autonomie du politique. » (p. 101). Et de compléter : « []Jamais il n'aura admis que le Politique puisse être autre chose qu'un champ de bataille, un lieu à partir duquel il soit également possible d'organiser pacifiquement le vivre ensemble et l'émancipation des individus et des groupes» (p. 107-108).

8Quant à la manière dont Bourdieu appréhende la démocratie, la virulence de la critique portée par Jean Baudouin va jusqu'à lui faire écrire que « Toute sa vie il [Bourdieu] aura ressassé un rousseauisme primaire, condamnant sans nuances toute médiation entre le peuple et l'Etat[…]. Son œuvre est accessoirement une insulte à l'ouvrage républicain» (p. 107-108).

  • 2  Le trait est si caricatural qu'il est très fréquent que l'auteur fasse des rapprochements entre l' (...)

9N'en doutons pas ! À défaut de présenter un intérêt certain, la lecture d'un tel ouvrage peut présenter un certain intérêt. Et, osons le dire, même pour des bourdieusiens convaincus. Pourquoi ? Tout d'abord parce que le verbe souvent médisant et parfois sarcastique employé par son auteur fait de cet ouvrage un témoignage rare car caricatural2 des luttes qui peuvent s'exercer au sein du champ scientifique. Au fil du texte et peut-être malgré lui, Jean Baudouin invite d'ailleurs le lecteur à penser combien le fonctionnement de ce champ est similaire à celui de nombreux autres champs, combien il se caractérise par des rapports de force et combien ce champ est traversé par des luttes visant à modifier le sens de la domination qui s'y exerce, ce qui ravira les adeptes de Bourdieu.

10Ensuite car cette publication présente l'intérêt d'exposer, sans que cela en soit son objet principal d'ailleurs, le rôle clef que peuvent jouer des personnalités (ici, Pierre Bourdieu), des écrits (Le « décembre » des intellectuels français, Les Nouveaux Chiens de garde) et des événements (le « plan Juppé » sur les retraites et la Sécurité sociale de 1995) dans la structuration et la polarisation d'un champ (en l'occurrence, le champ des sciences sociales). À ce titre, et bien qu'on ne puisse ni ne voudrait nier le rôle de l'auteur dans la construction d'un tel ouvrage, on peut défendre l'idée que celui-ci constitue aussi le produit de la structure et des clivages du champ des sciences sociales qui ont vu le jour à la fin des années quatre-vingt-dix. Structure et clivages que cet ouvrage ne fait d'ailleurs, à son niveau, qu'actualiser.

  • 3  « Pour un savoir engagé », Le Monde Diplomatique, février 2002 (texte lu initialement lors d'une r (...)
  • 4  « Sociologie et démocratie », Zellige n° 3, Octobre 1996.

11Maintenant, et si on passe outre le caractère que nous avons jugé nauséabond du propos, on ne peut faire l'impasse sur ce qui s'apparente de la part de l'auteur à un déni du projet républicain et démocratique poursuivi par Pierre Bourdieu. Sur ce point, il est en effet difficile de considérer, comme le pense le professeur Jean Baudouin, qu'il ait cherché à allouer à la sociologie une place telle dans notre société qu'« une petite aristocratie autoproclamée du savoir» (p. 109) pût instrumentaliser le pouvoir politique. Pierre Bourdieu n'hésitait pas à affirmer, en effet, que « Le chercheur n’est ni un prophète ni un maître à penser»3. Et, loin de chercher à octroyer le pouvoir à une élite scientifique, il entendait donner toute sa place au citoyen : « […] il faut travailler à universaliser, c'est-à-dire à démocratiser, les conditions économiques et culturelles de l'accès à l'opinion politique. Ce qui confère une place déterminante à l'éducation, éducation de base et éducation permanente : elle n'est pas seulement une condition d'accès à des postes de travail ou à des positions sociales, elle est la condition majeure de l'accès à l'exercice véritable des droits du citoyen. »4

12Condition de la démocratie, l'éducation nous paraît aussi constituer un élément essentiel du fonctionnement républicain. Et, sauf à considérer l'idéal républicain achevé depuis des décennies dans notre société, les travaux de Pierre Bourdieu sur la noblesse d'Etat, sur le rôle joué par l'Ecole dans la reproduction sociale ou encore sur la domination masculine, semblent, sinon contribuer à l'édifice républicain, du moins ne pas constituer « une insulte » à cet ouvrage.

Haut de page

Notes

1  « […] Ecrit de circonstance, attaquant plus ou moins violemment, unilatéralement un individu, une idée ou un système idéologique dont l’écrivain révèle, sous la pression urgente et libératrice, l’imposture. » in « Le pamphlet : essai de définition et analyse de quelques-uns de ses procédés », Etudes littéraires, n° 11, août 1978, pp 265-281

2  Le trait est si caricatural qu'il est très fréquent que l'auteur fasse des rapprochements entre l'entreprise communiste voire stalinienne et l'entreprise bourdieusienne. (On pourra se référer par exemple aux pages 27, 33, 35, 70-71, 73, 107, 108).

3  « Pour un savoir engagé », Le Monde Diplomatique, février 2002 (texte lu initialement lors d'une rencontre à Athènes en mai 2001).

4  « Sociologie et démocratie », Zellige n° 3, Octobre 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Descamps et Agathe Foudi, « Jean Baudouin, Pierre Bourdieu. Quand l'intelligence entrait enfin en politique ! 1982-2002 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 05 mars 2012, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7754

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page