Navegación – Mapa del sitio

Nicole Geneix, Philippe Frémeaux, Et si on aimait enfin l'école ?

Sébastien Pesce
Et si on aimait enfin l'école ?
Nicole Geneix, Philippe Frémeaux, Et si on aimait enfin l'école ?, Paris, Les Petits Matins, 2012, 174 p., ISBN : 9782363830050.
Inicio de página

Texto completo

1La période pré-électorale est particulièrement propice à la publication d’ouvrages sur l’école… et, au regard du type de productions qui viennent remplir les librairies et alimenter les discours médiatiques depuis quelques années, le lecteur potentiel peut éprouver une certaine crainte, sachant qu’il peut à tout moment se retrouver avec entre les mains un énième pamphlet qui, tours de passe-passe rhétoriques à l’appui, glorifiera l’école d’hier et se lamentera devant l’effondrement de celle d’aujourd’hui… C’est heureusement tout autre chose que nous proposent Nicole Geneix, ancienne secrétaire générale du Snuipp, et Philippe Frémeaux, éditorialiste à Alternatives Economiques. Leur propos est simple : faire un état des lieux de l’école primaire, dénoncer certains discours nostalgiques sur l’école, et proposer un ensemble de réflexions sur la manière de repenser l’école et d’organiser des réformes durables.

2La première partie de l’ouvrage décrit « un festival d’accusations » qui ont progressivement émergé à propos de l’école primaire : les auteurs montrent comment la critique du système éducatif s’est récemment focalisée sur les premières années d’enseignement. Au-delà de cet état des lieux des discours critiques sur l’école, le principal intérêt de ce développement est de dénoncer l’illusion, malheureusement omniprésente dans les discours politiques et parfois médiatiques, qu’un « âge d’or » de l’école a existé, récemment supplanté par l’émergence d’une très soudaine crise de l’éducation. En se penchant sur l’évolution récente des programmes de l’enseignement primaire, en déconstruisant les discours politiques sur l’école, les auteurs montrent les limites d’une telle analyse, et dénoncent l’usage politique qui est fait de cette logique du « c’était mieux avant » (p. 23), usage consistant notamment à « justifier une politique d’austérité budgétaire qui est venue heurter frontalement le système éducatif » (p. 35).

3La seconde partie de l’ouvrage s’intéresse à cette « école sans boussole » dont les repères ont été pour partie bousculés par la valse des réformes, et surtout par leur rythme effréné. Sont notamment analysés certains paradoxes qui caractérisent l’école maternelle, hésitant entre objectifs « d’épanouissement » et centration obsessionnelle, et trop précoce, sur la transmission de savoirs : « la tentation est grande, en période de doutes et d’incertitudes sur les objectifs assignés à l’école maternelle, de privilégier des pratiques qui rassurent les parents – et l’enseignant – en remplissant les cahiers de documents, de photocopies, d’exercices divers (…) » (p. 46). Cette seconde partie dénonce par ailleurs une situation dans laquelle « la communication se substitue au débat » (p. 55), les rythmes de la vie politique imposant l’accélération de réformes tenant moins compte des questions posées par l’école que de l’agenda électoral : l’école est glosée dans des débats manquant de subtilité (p. 59), « souvent mal posés » (p. 60), favorisant les « polémiques stériles » (p. 65).

4Si ces deux premières parties dressent donc un constat relativement général sur les deux thématiques qui structurent l’ouvrage (« l’état » de l’école primaire et la teneur des discours à son propos), les auteurs privilégient, dans une troisième partie qui propose de « s’accorder sur le constat » (p.69) des thèmes plus précis : plutôt que de nous proposer un laborieux catalogue de ce qu’il faudrait changer dans le cadre des réformes à venir de l’école, ils prennent le temps de s’arrêter sur un nombre réduit de thématiques : la question de la prise en charge des élèves en situation de handicap (p. 71), celles de la carte scolaire (p. 84) et de la relation qu’entretiennent école et familles (p.94). Sur cette dernière question notamment, les auteurs s’appuient sur un ensemble d’expériences personnelles et sur les résultats de la recherche pour montrer les limites de certains discours récurrents sur l’indifférence des parents ou la démission des familles populaires.

5Finalement la quatrième partie de l’ouvrage, « Changement mode d’emploi » (p. 105), tente de dégager des pistes pour la transformation de l’école. Dans la suite de la précédente partie, les auteurs essaient de penser la manière d’associer les enseignants à ces transformations, sans tomber dans la caricature d’une « concertation » qui n’aurait d’autre ambition que démagogique. Si le lecteur reste sur sa faim lorsqu’est évoquée (il est vrai avec quelque imprécision) la question de la formation initiale (p. 120), les pistes proposées en termes de formation continue sont pour certaines particulièrement intéressantes ; par ailleurs, les réflexions des auteurs sur les modalités de l’organisation de l’école, la prise en compte des réalités territoriales, les formes du travail en équipe, les modes d’organisation des établissements et les conditions du partenariat (par exemple entre enseignants et autres professionnels investis dans l’école), la question du rôle des personnels de direction, posent de façon particulièrement pertinente des objets de débat qui, s’ils ont été posés par d’autres avant eux, méritaient largement d’être ainsi mis en scène, et surtout illustrés.

6Certaines des priorités dégagées par les auteurs semblent avoir une ambition relativement mesurée, et le lecteur ne sera peut-être pas convaincu de leur originalité : « priorité au langage en maternelle » (p. 146), « la lecture et l’écrit » comme « grande affaire du primaire » (p. 147), ou encore l’idée que « l’apprentissage des mathématiques est également une priorité » (p. 149). De la même manière, on pourrait reprocher à l’ouvrage de ne pas faire davantage état des résultats de la recherche (bien qu’il signale certains travaux et revendique avec insistance la nécessité d’articuler recherche, formation, et pratiques d’enseignement), et l’on relève parfois certaines approximations (notamment sur la réforme de la formation des enseignants qui, pour catastrophique qu’elle soit, n’a heureusement pas tout à fait disparu).

7Mais cet ouvrage a bien des mérites qu’il faut souligner ici. Le premier d’entre eux est de proposer, dans une période particulièrement propice au débat, une lecture ni polémique, ni idéologique, de l’état de l’école. Le second, rendu possible par le premier, est de proposer au lecteur, citoyen soucieux de l’école, parent ou professionnel de l’éducation, une synthèse sérieuse, organisant de façon pertinente un ensemble d’objets pouvant alimenter la réflexion de chacun et le débat sur la question scolaire, objets dont certains (les relations avec les parents des milieux populaires notamment) sont posés avec une grande acuité. Finalement, cet ouvrage propose un discours plutôt optimiste, et avant tout (et c’est probablement ce que cache son titre au premier abord surprenant) un regard bienveillant sur l’école, les élèves, les enseignants et les familles… une bienveillance qui manque peut-être par les temps qui courent, et qui cependant reste une condition nécessaire du débat démocratique.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Sébastien Pesce, « Nicole Geneix, Philippe Frémeaux, Et si on aimait enfin l'école ? », Lectures [En línea], Reseñas, 2012, Publicado el 05 marzo 2012, consultado el 18 septiembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7755

Inicio de página

Redactor

Sébastien Pesce

Maître de Conférences en Sciences de l’Education, Université de Cergy-Pontoise/IUFM, Laboratoire EMA (Ecole, Mutations, Apprentissages) – EA 4507

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página