Navigation – Plan du site

« Les sciences sociales au miroir du développement », Cahiers d'études africaines, n°202-203, 2011

Frédéric Parent
Les sciences sociales au miroir du développement
« Les sciences sociales au miroir du développement », Cahiers d'études africaines, n°202-203, 2011, 446 p., Paris, EHESS, ISBN : 9782713222986.
Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro double des Cahiers d'Études africaines ne pouvait pas mieux tomber dans le contexte actuel d'une perception de crise sociale généralisée : crise économique, crise politique, crise environnementale, crise de l'éducation, etc. Le développement n'y échappe pas! Les codirecteurs de la revue estiment en effet que le développement est « à la croisée des chemins », qu'on se situe actuellement dans un mouvement de « réévaluation non seulement du développement mais surtout des études et des analyses de ce dernier » (p.301). L'intérêt majeur de ce numéro est précisément de montrer que le développement doit renouveler à la fois ses pratiques et ses recherches dans une « conception plus pragmatique et plus ordinaire » (p.304), car de nombreuses expériences de développement n'ont pas donné les résultats attendus. L'analyse doit donc porter, selon les directeurs du numéro, « sur les pratiques et les représentations de ces pratiques » tant chez les « développés » que les « développeurs ».

2L'imposant numéro contient quinze articles écrits par des chercheurs de quatre disciplines (économie, géographie, anthropologie et sociologie) et il est divisé en cinq sections. La première s'interroge sur les réflexions disciplinaires. D'une part, Jean Copans dresse un bilan des études sur le développement en sociologie et en anthropologie, Philippe Hugon, d'autre part, analyse la rencontre difficile entre l'économie et l'anthropologie pour dégager ce que pourrait être une anthropologie économique. Dans la section « Thèmes, domaines ou champs », Claude Freud souligne qu'il faut « revenir à des sources endogènes d'accumulation » (p.353), notamment en réévaluant le prix des matières premières, puisque l'aide extérieur diminue avec la crise économique mondiale. Les géographes Catherine Baron et Élisabeth Perroux questionnent l'opposition entre le privé et le public dans une économie néolibérale. Dans un texte percutant, Tarik Dahou discute de la notion de « communauté », dont l'usage par les « développeurs » masque leur ignorance des sociétés qu'ils tentent de transformer en simplifiant le « réel à partir de catégories exogènes » (p.396). L'anthropologue Akhil Gupta montre, pour sa part, que l'usage de la notion de « pauvreté globale », qui a remplacé celle de « pauvreté nationale », masque également les conditions concrètes d'existence des personnes en situation de pauvreté. Dans le dernier texte de cette section, Giorgio Blundo propose de combler ce vide dans les études sur le développement, grâce à des études ethnographiques qui porteraient sur l'action développementale en train de se faire, entre le « système de l'aide et [les] structures étatiques des pays aidés » (p.427).

3La troisième section « Interrogations en anthropologie et en sociologie », Gauthier Pirotte constate un renouvellement en sociologie du développement, notamment en socio-anthropologie avec Jean-Pierre Olivier de Sardan, tout en soulignant que ces études étudient très peu les partenaires de l'aide. Il estime que si l'étude du développement est à la croisée des chemins, c'est qu'elle doit analyser les « dynamiques du dedans » et les « dynamiques du dehors ». Philippe Lavigne Delville montre quant à lui les obstacles permettant le développement d'une anthropologie symétrique pour laquelle l'usage d'une « démarche compréhensive » pour les « développeurs » et les « développés » tenant compte des pratiques et des représentations de ces deux groupes serait impérative.

4La quatrième section « Expertises, consultance, formation et recherches fondamentales » contient des textes de Jean-Pierre Olivier de Sardan, Francine Saillant et Boubacar Niane. Ceux-ci montrent; à travers leur terrain respectif, la difficile reconnaissance du statut de chercheur de l'anthropologue et du sociologue qui tend de plus en plus à être confondu avec le statut d' « expert », plus près d'une logique capitaliste et médiatique. Ces constatations rejoignent celles de Claude Arditi qui, à travers une étude de cas sur le développement de la riziculture irriguée au Cameroun, réfléchit sur la difficulté du sociologue et de l'anthropologue à faire reconnaître leur savoir spécifique face aux différents « experts » du développement.

5La dernière section « Restitutions », débute par un texte de Jacky Bouju qui identifie justement les limites de la logique capitaliste appliquée au développement et l'émergence d'un « nouveau paradigme » dans lequel les chercheurs considèrent désormais que les « acteurs en situations  » « détiennent un véritable savoir » (p.577). Laurent Vidal conclut enfin ce numéro en proposant l'idée que ce savoir se construit dans des interactions et que sa restitution est un « exercice de réflexivité » qui fournit des « enseignements pour l'anthropologie ».

  • 1 Voir Frédéric Parent (2009) Dieu, le capitalisme et le développement local. Conflits sociaux et en (...)

6En somme, le numéro apparaît incontournable à toutes les personnes intéressées au « développement » dans toutes les sociétés qu'elles soient africaines ou non. Un des intérêts majeurs du numéro est qu'il nous informe autant sur le colonisateur que sur le colonisé. Si les sciences sociales du développement semblent véritablement « à la croisée des chemins », nous pourrions sans doute dire la même chose des sciences sociales en général qui auraient tout intérêt à reprendre le constat général des collaborateurs de ce numéro : la nécessité et la pertinence de redéployer la méthode ethnographique, même dans une monde soi-disant globalisé afin de réduire « l'opacité du réel » actuel (p.568). Il manque cependant au numéro une réflexion en profondeur sur la construction sociale des catégories spatiales (locale, régionale, nationale et internationale) qui montrerait notamment de nouvelles formes de rapports de domination1. Le développement est un lieu de confrontation de diverses logiques sociales pour la définition légitime du développement. Celles-ci ont été toutefois davantage évoquées qu'étudiées empiriquement dans ce numéro. À suivre peut-être dans un prochain numéro...

Haut de page

Notes

1 Voir Frédéric Parent (2009) Dieu, le capitalisme et le développement local. Conflits sociaux et enracinement territorial. Étude monographique d'un village québécois, Thèse de doctorat, Montréal, Université de Montréal. (https://papyrus.bib.umontreal.ca/jspui/bitstream/1866/4239/8/Parent_Frederic_2009_these.pdf)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Parent, « « Les sciences sociales au miroir du développement », Cahiers d'études africaines, n°202-203, 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 05 mars 2012, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7757

Haut de page

Rédacteur

Frédéric Parent

Professeur de sociologie, département de sciences humaines, Cégep de Lévis-Lauzon.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page