Navigation – Plan du site

Daniel Cefaï, Cédric Terzi, L’expérience des problèmes publics. Perspectives pragmatistes

Lilian Mathieu
L'expérience des problèmes publics
Daniel Cefaï, Cédric Terzi (dir.), L'expérience des problèmes publics. Perspectives pragmatistes, Paris, EHESS, coll. « Raisons pratiques », 2012, 380 p., ISBN : 978-2-7132-2338-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cf. Howard Becker, Outsiders, Paris, Métailié, 1985 [1963] ; Malcolm Spector, John Kitsuse, Constr (...)
  • 2  Voir notamment Daniel Cefaï, « La construction des problèmes publics », Réseaux, n° 75, 1996, ains (...)
  • 3  Voir le travail classique de Joseph Gusfield sur le mouvement américain pour la tempérance : Symbo (...)

1C’est à « interroger la vulgate constructiviste » (p. 12) de l’étude des problèmes sociaux que vise cette nouvelle livraison de la collection « Raisons pratiques ». Ce domaine de recherche s’est en effet constitué, dans la continuité de la sociologie de la déviance de la tradition de Chicago, autour de l’idée centrale que les problèmes sociaux (comme ceux de la drogue, de la délinquance juvénile, de l’insécurité routière, etc.) n’émergent pas mécaniquement des transformations ou des dysfonctionnements de la société. Ils sont le produit d’un travail de construction mené par des entrepreneurs de morale et susceptible de retenir l’attention d’autorités publiques en mesure d’y apporter une réponse1. Cette perspective d’origine américaine — que l’un des coordinateurs du volume, Daniel Cefaï, a contribué à diffuser en France2 — a permis la production d’un ensemble impressionnant de recherches, attelées à la « déconstruction » sociologique de problèmes sociaux et, souvent, à dévoiler les enjeux de domination qui trament la construction de tel comportement comme déviant ou problématique3.

  • 4  John Dewey, Le public et ses problèmes, Paris, Folio, 2010 [1927].
  • 5  Voir Ian Hacking, Entre science et réalité : la construction sociale de quoi ?, Paris, La Découver (...)

2La perspective générale que trace L’Expérience des problèmes publics. entend prendre ses distances avec la démarche constructiviste via la sollicitation des ressources du pragmatisme américain, et tout spécialement de John Dewey et de son concept de public4. Le principal reproche ici adressé au constructivisme n’est pas nouveau : en arguant que c’est la désignation et le traitement de situations données comme problématiques qui les fait advenir comme telles, le constructivisme confère aux problèmes sociaux un caractère arbitraire et artificiel qui occulte le fait qu’ils constituent bien une réalité concrète dans l’expérience des premiers concernés5. C’est précisément au niveau de cette expérience qu’entendent se placer les différentes contributions rassemblées dans le volume, puisque, avancent Daniel Cefaï et Cédric Terzi, « les situations problématiques sont indissociables des champs d’expérience (…) dans lesquels elles sont identifiées, caractérisées, définies, interrogées, jugées, transformées, régulées ou supprimées » (p. 16). Autrement dit, « une situation problématique émerge quand les choses ne vont plus de soi et que l’équilibre harmonieux entre la vie collective, le milieu écologique dans lequel elle s’inscrit, et les univers d’artefacts et de significations qui articulent des formes de vie est rompu » (ibid.). Le pragmatisme offre des outils appréciables pour suivre ce processus de problématisation, du ressenti individuel plus ou moins confus d’une situation anormale (qui relève du trouble) à sa publicisation (via la constitution d’un public, d’un collectif concerné par cette situation) en passant par le travail d’enquête destiné à en identifier les causes et les solutions. La démarche permet à ce titre d’intégrer des éléments que le constructivisme tend à négliger, comme les conditions d’une réception positive des procédés rhétoriques et narratifs de dramatisation des situations problématiques, ou encore les modalités de passage (qui n’a rien d’automatique) de l’épreuve individuelle du trouble à l’expérience publique du problème, pouvant déboucher sur sa politisation.

  • 6  Voir les réserves adressées à l’histoire naturelle des révolutions par Michel Dobry, Sociologie de (...)

3L’intérêt du volume ne se restreint pas à l’élaboration de cette approche renouvelée de problèmes désormais qualifiés de « publics » plutôt que de « sociaux ». Il rend également accessibles trois textes importants dans ce domaine de recherche mais qui n’avaient jusqu’à présent jamais été traduits en français. Le premier, daté de 1977 et signé de Robert M. Emerson et Sheldon L. Messinger, aborde les modalités suivant lesquelles un trouble individuellement éprouvé est susceptible de déboucher sur l’identification et la publicisation d’un problème, et développe pour cela une perspective d’« histoire naturelle » qui vise à en identifier les étapes et les protagonistes (plaignant, victime, remédiateur, fauteur de trouble). Le deuxième, publié la première fois en 1973 et signé de ces deux auteurs phares du constructivisme que sont Malcolm Spector et John I. Kitsuse, développe cette même notion d’histoire naturelle. Celle-ci désigne le fait que les problèmes sociaux se développent fréquemment en quatre phases distinctes : affirmation de l’existence d’une situation nuisible ou dommageable ; reconnaissance de la légitimité de cette plainte par une institution officielle qui entreprend d’y apporter une réponse ; réémergence de la plainte devant le caractère insatisfaisant de cette réponse institutionnelle ; tentative de mise en place d’institutions alternatives ou parallèles destinées à parer aux insuffisances institutionnelles. Le troisième chapitre émane lui aussi d’un auteur central de la sociologie des problèmes publics, Joseph Gusfield. Il aborde dans ce texte relativement ancien (sa première version date de 1989) les enjeux et les effets de la désignation d’une situation comme un « problème social », qui induit une enquête en responsabilité — celle de la « personne à problème » elle-même ou celle des arrangements institutionnels auxquels elle se trouve soumise — ainsi que la quête d’un « traitement », mais aussi des formes de résistance lorsqu’un groupe (on pense aux homosexuels hier, aux prostituées aujourd’hui) s’oppose à sa désignation comme déviant. La traduction de ces trois textes aurait sans doute mérité une présentation plus substantielle de la part des coordinateurs du volume, tant ils attestent d’une fécondité heuristique du constructivisme que les critiques exprimées dans l’introduction visent pourtant à réfuter. On regrettera également que ne soit pas davantage discutée la notion d’histoire naturelle qui tend à poser comme immuables des processus de problématisation dans la réalité beaucoup plus aléatoires et malléables6.

4La suite du volume entend démontrer la validité de la démarche proposée dans l’introduction de D. Cefaï et C. Terzi via son application à une grande diversité de terrains, du problème des algues vertes sur les plages bretonnes (Louis Quéré) au renoncement à la lutte armée par la RAF allemande (Dominique Linhardt), en passant par la réhabilitation écologique d’un bayou de la Nouvelle Orléans (Stéphane Tonnelat), une mobilisation consécutive à une catastrophe naturelle en Suisse (Alain Bovet, Cédric Terzi) ou une enquête officielle sur les disparus politiques menée au Chili après la dictature (Paola Diaz). L’émergence et le traitement d’un trouble sont notamment abordés dans le chapitre que Sabine Chalvon-Demersay consacre aux difficultés rencontrées par des scénaristes de télévision lorsqu’ils ont adapté Le Bossu de Paul Féval : les transformations des conceptions de la parenté les ont amenés à transformer la fin d’un récit qui aurait aujourd’hui pu apparaître comme relevant de l’inceste. Joan Stavo-Debauge retrouve, à l’issue d’une discussion critique de Dewey appuyée sur le cas de victimes d’accidents, l’un des constats les plus anciens de la sociologie des mobilisations, à savoir que l’expérience d’un trouble ne débouche pas nécessairement sur la publicisation de griefs mais plus fréquemment encore sur la résignation fataliste. La fréquentation de l’herméneutique philosophique (celle de Paul Ricœur, spécialement) en faveur de laquelle plaident les coordinateurs du volume apparaît en revanche plus décevante lorsqu’elle débouche sur une simple analyse interne de discours dont le gain en intelligibilité apparaît restreint. C’est à nos yeux la limite de l’étude, menée par Michel Barthélémy, de la controverse qui a opposé un universitaire aux journalistes du Monde à propos de leur traitement biaisé du mouvement contre la mise en œuvre de la LRU.

5D’autres réserves peuvent être adressées à ce volume, qui tempèrent quelque peu le caractère stimulant du renouvellement de perspective annoncé dans l’introduction. L’hétérogénéité des terrains étudiés ne suffit pas à convaincre de sa fécondité, notamment du fait que tous ne portent pas sur de véritables problèmes sociaux. Il s’agit certes, comme dans les textes de S. Chalvon-Demersay et de J. Stavo-Debauge, de souligner que les processus de problématisation et de publicisation d’un trouble ne sont en rien mécaniques. La plus-value analytique d’une démarche inspirée du pragmatisme aurait cependant été mieux démontrée si elle avait été déployée sur un ou plusieurs terrains plus « classiques » en regard des approches constructivistes. L’hétérogénéité marque également le registre d’écriture et l’ancrage empirique des différentes contributions : si certaines sont riches en données empiriques mais avant tout descriptives, d’autres ne sollicitent qu’un matériau réduit et surtout destiné à illustrer une élaboration théorique dont la pertinence analytique reste ainsi soumise à interrogation. Il serait certainement dommage qu’une approche qui valorise autant le concept d’enquête néglige l’enquête sociologique au profit d’une analyse de discours ou d’un raffinement philosophique un peu vains. Il appartient encore aux sociologues des problèmes sociaux de s’approprier les pistes d’analyse ouvertes dans ce volume pour en mesurer la validité heuristique.

Haut de page

Notes

1  Cf. Howard Becker, Outsiders, Paris, Métailié, 1985 [1963] ; Malcolm Spector, John Kitsuse, Constructing Social Problems, Transaction Publishers, 2009 [1977]. Voir également les nouveaux développements apportés à ce domaine de recherche par Claude Gilbert et Emmanuel Henry, « La définition des problèmes publics : entre publicité et discrétion », Revue française de sociologie, 53 (1), 2012.

2  Voir notamment Daniel Cefaï, « La construction des problèmes publics », Réseaux, n° 75, 1996, ainsi que sa traduction, accompagnée d’une importante postface, de Joseph Gusfield, La culture des problèmes publics. L’alcool au volant : la production d’un ordre symbolique, Paris, Economica, 2009.

3  Voir le travail classique de Joseph Gusfield sur le mouvement américain pour la tempérance : Symbolic Crusade. Status Politics and the American Temperance Movement, University of Illinois Press, 1963.

4  John Dewey, Le public et ses problèmes, Paris, Folio, 2010 [1927].

5  Voir Ian Hacking, Entre science et réalité : la construction sociale de quoi ?, Paris, La Découverte, 2001.

6  Voir les réserves adressées à l’histoire naturelle des révolutions par Michel Dobry, Sociologie des crises politique, Paris, Presses de Sciences Po, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lilian Mathieu, « Daniel Cefaï, Cédric Terzi, L’expérience des problèmes publics. Perspectives pragmatistes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 06 mars 2012, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7771

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page