Navigation – Plan du site

Carole Waldvogel, Imposer "l'environnement". Le travail révélateur des associations alsaciennes (1965-2005)

Matthieu Hély
Imposer "l'environnement"
Carole Waldvogel, Imposer "l'environnement". Le travail révélateur des associations alsaciennes (1965-2005), Presses universitaires de Strasbourg, coll. « Etudes alsaciennes-rhénanes », 2011, 256 p., ISBN : 9782868204684.
Haut de page

Texte intégral

1La protection de l’environnement constitue l’un des domaines où l’action associative s’est le plus développée ces dernières années. L’examen des lois de finances votées par le parlement depuis 2009 fait apparaître que les subventions publiques imputées au titre du Ministère de l’Écologie, développement durable, transports et logement sont en augmentation constante sur la période 2007-2010. L’ouvrage de Carole Waldvogel arrive ainsi à point nommé pour dresser une analyse sociologique rigoureuse de cette fraction mal connue du monde associatif. En outre, la particularité de l’enquête réalisée par Carole Waldvogel est d’être située sur le territoire du Bas-Rhin et de prendre pour objet des associations relevant d’un statut particulier institué par la loi de 1905. L’enquête repose sur une enquête par questionnaire menée en 2000-2001 auprès d’un échantillon constitué de 810 associations répertoriées dans le département du Bas-Rhin. 114 questionnaires remplis sur lesquels 63 associations sont conformes à la définition de l’auteure. En effet, la définition adoptée retient les associations non politiques intervenant dans le domaine de la protection de l’environnement (groupements de « plaidoyer » et parapublics inclus). L’auteure a complété cette enquête par questionnaires par une série de 25 entretiens semi-directifs afin d’incarner les trajectoires des militants associatifs en les liant, et c’est tout l’intérêt de la perspective analytique retenue, aux positions occupées par les organisations associatives dans l’espace des associations s’occupant d’environnement (AOE).

2Dans un premier temps, l’auteure s’attache en effet à retracer la sociogenèse historique de la « cause environnementale ». Elle note d’emblée que cet objet s’inscrit dans une étroite collaboration avec l’Etat : « la place des associations d’environnement comme interlocuteurs est reconnue dès le premier décret d’organisation des services du ministère chargé de l’environnement1 et confirmée depuis lors » (p. 15). Dans le second chapitre, l’auteure brosse une typologie fondée empiriquement qui différencie les « associations à capital réduit », qui ne disposent pas de la reconnaissance suffisante pour prendre des positions publiques fortes, les « associations de défense de l’environnement », qui résultent du mouvement de la défense du cadre de vie des années 1960-1970 et se muent en mouvement NIMBY2 (d’où des financements publics faibles, voire inexistants), des « associations qui allient environnement et économie » (i.e des « entreprises associatives »3), fondée sur la participation des pouvoirs publics et le salariat (éducation à l’environnement/restauration des espaces naturels) et enfin des associations plus anciennes, plus dotés et reconnues (agréments). Les chapitres III et IV s’intéressent à la formation des « habitus environnementaux » que l’auteure différencie entre un rapport « naturaliste » et un rapport « gestionnaire » à l’environnement. Dans le chapitre V, l’auteure, en reprenant les enquêtes menées sur la participation associative, met en évidence la forte sélectivité sociale de l’adhésion à la cause environnementale dans le monde associatif. L’auteure met ainsi en lumière un paradoxe de taille : plus de 90 % des associations comportent moins de 10 % d’agriculteurs parmi les membres du bureau. Elle propose ensuite une typologie stimulante distinguant les associations de défense de l’environnement, au recrutement social sélectif parmi les membres masculins les plus dotés, des associations militantes, fondées sur l’acquisition d’un habitus conforme à la cause, et des associations prestataires, massivement investies par des individus appartenant aux catégories intermédiaires qui trouvent dans cet engagement une forme de professionnalisation puisque sur 11 associations « alliant environnement économie », 9 disposent de salariés (p. 169). Enfin, une dernière catégorie d’associations, qui recrute ses responsables parmi les salariés du secteur privé, confirme l’importance de la professionnalisation du secteur : « la professionnalisation des plus grandes structures de gestion de la nature est donc devenue, depuis le milieu des années 1980, et surtout à partir des années 1990 dans le Bas Rhin, un débouché pour des personnes généralement d’origine populaire ayant fait des études techniques relativement courtes (CAP, BTS) : consolidant capital militant d’espèce “pratique” des gestionnaires de la nature » (p. 176). Chaque pôle de cette typologie est accompagné de récits biographiques de membres qui viennent incarner la constitution de cet espace associatif. Enfin, l’ouvrage se termine sur l’étude des formes et des pratiques de mobilisation des AOE selon les contextes historiques et les types de groupements. D’abord conçue comme une action de pédagogie fondée sur la démocratisation de la connaissance scientifique, la cause environnementale va se décliner selon différents registres de mobilisation et recourir de manière croissante à la politisation consécutivement à l’arrivée de nouvelles catégories de militants. L’occupation de la forêt de Marckolsheim en septembre 1974 par des militants de l’Association Fédérative Régionale pour la Protection de la Nature (AFRPN) et du Groupement d'Information et de Sauvegarde de l'Environnement de Marckolsheim (GISEM) constitue un temps fort. À partir des années 1980 s’amorce une phase d’institutionnalisation qui se traduit par l’affirmation des antagonismes entre les différentes organisations dont la nature de la contribution à la mise en œuvre des politiques publiques constitue l’une des dimensions principales. Cette nouvelle configuration de l’action associative environnementale est également propice aux regroupements et à la constitution de réseaux afin d’imposer ses priorités dans l’opinion publique et d’influer sur l’agenda des politiques publiques.

3L’effort de systématisation réalisé par l’auteure permet ainsi de se défaire de deux prénotions : l’extrême diversité du monde associatif empêcherait d’en faire un objet d’études ; le domaine de l’environnement serait composé d’organisations partageant la même cause « donc » les mêmes formes d’action.

4Or, en structurant un espace dont la rhétorique constitutive est justement de ne pas l’être, Carole Waldvogel déconstruit ces idées fausses et fait apparaître les enjeux et les stratégies qui structurent le champ. En dépit d’une grande cohérence et d’une démonstration fort convaincante et remarquablement étayée par les matériaux d’enquête, l’ouvrage présente cependant quelques limites. De l’aveu même de l’auteure, « la théorie de la pratique de Pierre Bourdieu n’est pas à elle seule suffisante à l’analyse de la dynamique associative » (p. 30). Compte tenu des nombreux cadres analytiques disponibles pour appréhender l’engagement associatif, on peut regretter l’absence de discussion critique pour justifier la pertinence de la grille théorique retenue (parfois mise en œuvre avec un certain systématisme). Le modèle des économies de la grandeur et la sociologie pragmatique, les travaux de science politique sur les formes du militantisme et de la participation citoyenne ou encore les recherches menées autour de « l’économie sociale et solidaire » ont proposé des concepts et des approches qui auraient certainement pu faire l’objet d’une discussion en introduction. En outre, la dynamique de professionnalisation qui traverse les AOE est peu interrogée et mise en perspective avec les transformations de l’Etat social et le recours croissant au monde associatif dans la délégation des politiques publiques. Le financement public du monde associatif n’est ainsi pas considéré comme une variable pertinente pour structurer l’espace des AOE. Or, il est aussi le révélateur de l’institutionnalisation du champ et de la reconnaissance de sa contribution à l’action publique. Les formes (subventions, marchés publics, etc.) et le volume de ces relations financières avec les collectivités sont aussi un indicateur du phénomène d’ « imposition de l‘environnement » pour reprendre le titre du livre.

  • 4  LASCOUMES PIERRE, L'éco-pouvoir : Environnements et politiques, Paris, La découverte, 1994.
  • 5  FLAHAUT ERIKA, La composition sociale des associations du secteur environnement, Paris ADEME, 2002

5Ces quelques remarques n’enlèvent en rien les nombreuses qualités de cette recherche qui vient combler un manque en complément des travaux de Pierre Lascoumes4 et d’Erika Flahaut5.

Haut de page

Notes

1  Voir art. 6 du décret n° 71-245 du 2 avril 1971. URL : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000698278

2  Not in my backyard.

3  Sur ce terme, voir mon livre Les métamorphoses du monde associatif,URL : http://lectures.revues.org/829

4  LASCOUMES PIERRE, L'éco-pouvoir : Environnements et politiques, Paris, La découverte, 1994.

5  FLAHAUT ERIKA, La composition sociale des associations du secteur environnement, Paris ADEME, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Hély, « Carole Waldvogel, Imposer "l'environnement". Le travail révélateur des associations alsaciennes (1965-2005) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 07 mars 2012, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7775

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page