Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2012Martine Gross, Choisir la paterni...

Martine Gross, Choisir la paternité gay

Maya Paltineau
Choisir la paternité gay
Martine Gross, Choisir la paternité gay, Toulouse, Erès, 2012, 290 p., ISBN : 978-2-7492-1535-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ce livre s’intègre dans les récentes études sur la parentalité homosexuelle, qui portent surtout s (...)

1Martine Gross, spécialiste de la parentalité homosexuelle, consacre son dernier ouvrage à la question encore peu abordée des pères homosexuels. Choisir la paternité gay présente les résultats de son enquête auprès de couples et de célibataires gays ayant décidé de devenir pères. L’auteure pose la question des représentations de la paternité gay, et des différentes pratiques pour y accéder1.

2Après une introduction croisant différentes approches sociologiques de la parentalité homosexuelle, l’auteure souligne l’importance du parcours de vie chez ses enquêtés. Si pour les hommes, affirmer son homosexualité signifie a priori renoncer à la paternité, la mise en couple facilite souvent l’acceptance sociale et une paternité potentielle. M. Gross présente ensuite trois façons de devenir père : la coparentalité, l’adoption, et la gestation pour autrui (GPA).

3La coparentalité est la pratique la plus utilisée par les pères gays. L’enfant a un père et une mère qui se partagent sa garde ; cette pratique ne contourne pas la loi et elle est calquée sur la parentalité hétérosexuelle. Néanmoins, la coparentalité devient moins populaire, du fait des conflits qu’elle peut générer. M. Gross évoque « le potentiel explosif de la coparentalité » (p. 100), qui implique plusieurs acteurs dont la place est parfois difficile à définir. De plus, l’auteure observe que les enfants procréés en coparentalité sont le plus souvent issus de projets parentaux individuels, ce qui génère souvent des réajustements importants entre le parental et le conjugal.

4Les chapitres suivants présentent les parcours d’hommes ayant eu recours à l’adoption. En France, ces hommes sont confrontés à une triple discrimination : celle d’être célibataire, celle d’être un homme, et celle d’être gay. Les gays doivent affronter le paradoxe de la révélation de leur homosexualité à l’administration : ils veulent prouver qu’ils peuvent être de bons pères, quelle que soit leur orientation sexuelle. Face à la lourdeur des procédures administratives, l’adoption reste une pratique peu utilisée par les gays. Les hommes qui choisissent cette alternative sont désireux d’être pères à plein temps, et formulent le plus souvent un projet de couple. C’est pour eux la solution la moins transgressive, et elle est porteuse d'une reconnaissance sociale très forte : le père homosexuel gagne le droit de s’occuper d’un enfant, ce qui représente l’expression et l’exercice d’une pleine citoyenneté.

5Les chapitres suivants sont consacrés à la GPA, qui est une pratique à laquelle les pères gays ont de plus en plus recours, même si elle reste interdite en France. Ainsi, les couples interrogés par l’auteure l’ont pratiquée à l’étranger, généralement aux Etats-Unis. Là encore se rencontrent plusieurs acteurs de la parentalité : le ou les pères d’intention, la mère porteuse, la donneuse d’ovocytes. En France la GPA a encore du mal à trouver sa place : elle est accusée d’utiliser le corps des femmes, qu’elle exploiterait comme un produit à valeur marchande.

6Dans sa conclusion, M. Gross analyse la façon dont la parentalité homosexuelle est traitée par le droit français. Elle pointe les failles d’un système juridique qui ne reconnaît que la filiation naturelle ou ce qui peut passer pour telle. L’auteure dénonce l’« incohérence d’un système de parenté basé sur une mimétique de la procréation qui ne tient pas compte de la diversité des configurations familiales » (p. 122). Selon elle, « exclure [les homosexuels] de la possibilité de transmettre, d’engager leur responsabilité envers des enfants et la société, c’est encore les traiter de sous-citoyens ». (p. 263)

7Par cet ouvrage passionnant, qui nous fait entrer dans la sphère privée des pères homosexuels, M. Gross pose la question des normes de genre et de parenté. L’auteure fait la distinction entre différentes formes de paternité : la paternité légale, biologique, relationnelle, et intentionnelle. Elle démontre à nouveaux frais que la place du père change : les hommes souhaitent de plus en plus une paternité à plein temps, en tant que premier parent, avec une pleine responsabilité. « La paternité gay illustre l’avènement de cette paternité relationnelle » (p. 237), car elle veut fonder la filiation sur la responsabilité et sur l’engagement parental.

8L’autre question soulevée par la paternité gay est l’absence de mère. L’auteure dénonce la matrifocalité de notre société, et la difficulté de s’extraire de notre système exclusif de représentation de la maternité. « Imaginer un homme seul ou un couple d’hommes élevant un enfant, (…) c’est finalement se poser deux questions : peut-on s’instituer père sans mère, alors que c’est elle qui tant dans le droit que dans la tradition doit le désigner ? Les compétences paternelles sont-elles suffisantes pour élever un enfant ? » (p. 262)

9Choisir la paternité gay est un outil précieux pour les sociologues et pour les passionnés des questions de genre, mais il est aussi très accessible au grand public, fournissant de précieux conseils à tous ceux qui s’engagent dans la parentalité homosexuelle. Les longs extraits d’entretiens, les histoires de vie et les témoignages très personnels donnent une dimension humaine à la question très politisée des droits des homosexuels, et c’est sûrement ce qui fait toute son originalité.

Haut de page

Notes

1  Ce livre s’intègre dans les récentes études sur la parentalité homosexuelle, qui portent surtout sur la maternité lesbienne. Voir notamment Les mères lesbiennes, de V. Descoutures.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maya Paltineau, « Martine Gross, Choisir la paternité gay », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 11 mars 2012, consulté le 16 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7793 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.7793

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search