Navigation – Plan du site

Béatrice Mabilon-Bonfils, François Durpaire, Indignons-nous pour notre école ! 

Anthony Pouilly
Indignons-nous pour notre école !
Béatrice Mabilon-Bonfils, François Durpaire (dir.), Indignons-nous pour notre école !, Caraïbéditions, 2012, 64 p., ISBN : 9782917623428.
Haut de page

Texte intégral

1Le mécontentement, la colère, la frustration, liés aux défaillances du système éducatif français actuel est partagé par bon nombre de ses acteurs. Cette frustration concerne avant tout, dans le débat actuel et les mouvements de protestation, la question des moyens - insuffisants - alloués au budget l’Éducation nationale. Pour Béatrice Mabilon-Bonfils et François Durpaire, les auteurs de cet ouvrage court et efficace, l’insatisfaction ne suffit pas : il faut s’indigner. Et pas seulement sur la question des moyens : pédagogie à inventer, confiance, motivation, culture… : voilà les maîtres mots qui guident leur projet, riche de pistes concrètes et non pas uniquement de réflexions théoriques sur les causes des défaillances.

2Si le constat d’échec est largement partagé, les moyens de remédier à la crise de l’École ne sont pas unanimes. Aux voies qui ont le vent en poupe ces dernières années – exclusion, tolérance zéro, surveillance maximale -, nos auteurs préfèrent les chemins de l’autonomie, de la responsabilité, du décloisonnement. La formation des enseignants est, par exemple, à repenser dans sa totalité. Deux ans de formation en alternance, c’est ce que proposent Béatrice Mabilon-Bonfils et François Durpaire. La théorie devra occuper moins de place, au profit de questions pratiques telles que : comment appréhender l’hétérogénéité ? Que faire face aux inégalités sociales ? Gérer des classes « cocotte minute », pour reprendre la réflexion de Philippe Meyrieu, n’est pas inné, et pourtant complètement délaissé dans la formation des enseignants telle qu’elle existe actuellement. L’observation d’autres pratiques s’avère toujours plus efficace, au contact d’autres enseignants, mais aussi en s’appuyant sur la dimension civique, les enjeux culturels de sa ou de ses disciplines. À cet égard, la polyvalence des enseignants (en particulier la bidisciplinarité, prônée par les auteurs) permet de changer le rapport aux élèves. Comme à l’école primaire, l’enseignant n’est plus seulement de passage devant les élèves, mais, en étant plus souvent en face d’eux (et avec eux), il se construit des rapports fondés sur la (primordiale) connaissance de l’autre, donc sur la confiance.

3Ce même type de rapports doit s’accompagner, selon les auteurs, d’un renouveau du système d’évaluation des professeurs. Ils proposent notamment une évaluation, au lycée, par les élèves eux-mêmes, des avis argumentés et dans le cadre de questions précises. Pour mieux « piloter le système », deux voies paraissent particulièrement ambitieuses dans cet ouvrage, et permettent de baser le système éducatif sur la coopération, l’expression des diversités, les « chemins de traverse ». Tout d’abord, la fin de la division trop précoce en séries et de son corollaire : l’irrémédiable sélection des élèves dans des voies « nobles » ou « de garage ». Le lycée unique prôné par Béatrice Mabilon-Bonfils et François Durpaire repose sur une conception novatrice de cours semestriels organisés en unités progressives souples pour respecter les rythmes de chacun, qui s’accompagnent de disciplines optionnelles (culturelles, techniques, professionnelles…) en accord avec un choix d’orientation de l’élève. Les auteurs proposent par ailleurs de s’appuyer sur une pédagogie du projet ; il ne s’agit pas de se cantonner à des projets dans le cadre d’une séquence d’apprentissage, mais dans une optique bien plus large, englobant les élèves, leurs professeurs, l’établissement scolaire dans son ensemble, et en y associant des artistes ou encore des chercheurs.

4Avec cette dynamique, ce cadre fédérateur fondé sur un « vivre ensemble » qui donne envie d’avancer aux élèves, il s’agit alors d’enseigner, au quotidien. La conception des auteurs se retrouve bien dans cette formule de Montaigne : « enseigner, ce n’est pas remplir un vase, c’est allumer un feu ». Les orientations actuelles (dont le fameux « retour aux fondamentaux ») ne vont pas dans ce sens. L’enseignement de l’Histoire, par exemple, doit s’enrichir, dans son discours, de références nouvelles, celles d’une France « ouverte à la pluralité du monde qui l’a enrichi ». C’est ce qui permettra un enseignement passionné, la transmission essentielle du désir (et du plaisir) d’apprendre, par le biais d’une autorité non plus basée sur la contrainte mais sur la transmission fructueuse de compétences et de connaissances. Les auteurs proposent d’autres solutions concrètes, qui vont dans le même sens : la fin des redoublements, au profit de parcours plus souples sans stigmatisations possibles ; « l’orientation » comme matière obligatoire au collège et au lycée ; l’ouverture de l’école à la culture numérique, pour réduire la dichotomie entre des adolescents qui baignent dans Internet au quotidien et la pauvreté de l’Education Nationale dans ce domaine.

5En somme, ces propositions doivent permettre d’ouvrir l’école. Si les enseignants sont fiers de ce qu’ils font, des progrès qu’ils constatent, de l’ambiance agréable, propice au travail, ils auront moins de réticences à s’ouvrir, et plus concrètement, à ouvrir les portes de leur Ecole, non seulement aux parents d’élèves, mais aussi à des partenaires extérieurs, des artistes aussi divers que des écrivains, sculpteurs ou des comédiens, ou encore à des chercheurs qui font vivre chaque discipline, car « le savoir est vivant ». Apprendre peut être un plaisir, partagé entre toutes les parties prenantes de l’institution scolaire. L’école peut et doit, Béatrice Mabilon-Bonfils et François Durpaire en sont convaincus, jouer son rôle d’intégration, de « dé-ghettoïsation », rassemblant des acteurs autour de projets communs, une école « matrice d’une société plus juste », plus heureuse, plus valeureuse. Ce « pacte présidentiel éducatif » pourrait avoir sa place sur la table de chevet des candidats à la prochaine élection présidentielle en France. De belles intentions, les auteurs en conviennent, foisonnent dans le domaine de la réforme de l’école. Mais il est temps de s’indigner, de changer clairement de mode de pensée, de façon d’appréhender l’Ecole. De grands chantiers sont en perspective, qui se heurteront sans doute à l’immobilisme ambiant dans le monde de l’Éducation nationale, mais les enjeux sont tels pour notre société que le jeu en vaut certainement la chandelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anthony Pouilly, « Béatrice Mabilon-Bonfils, François Durpaire, Indignons-nous pour notre école !  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 12 mars 2012, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7812

Haut de page

Rédacteur

Anthony Pouilly

Professeur des écoles dans le département du Territoire de Belfort

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page