Navigation – Plan du site

Fabienne Brugère et Guillaume Le Blanc (dir.), Dictionnaire politique à l'usage des gouvernés

Patrice Moundounga Mouity
Dictionnaire politique à l'usage des gouvernés
Fabienne Brugère, Guillaume Le Blanc (dir.), Dictionnaire politique à l'usage des gouvernés, Bayard, 2012, ISBN : 978-2-227-48269-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il faut nuancer l’affirmation sur l’originalité de ce dictionnaire même s’il actualise certains con (...)
  • 2 P. Bacot, Dictionnaire du vote. Élections et délibérations, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1 (...)

1Un dictionnaire est désormais consacré aux gouvernés. Bien que l’idée soit pour le moins relativement originale1, on retrouve des initiatives précédentes2 d’inspiration similaire, même s’il n’est toutefois pas fréquent qu’un objet politique bien qu’identifié, aussi important soit-il, suscite un dictionnaire de la part des seuls philosophes, d’autant plus que l’objet lui-même est comme il se doit politique, juridique ou sociologique également et donc un rapport social à l’opinion dont la caractéristique est de se méconnaître comme tel. La taille de l’ouvrage semble justifier l’entreprise avec ses plus de 500 pages. Les gouvernés méritaient bien un travail collectif à la mesure d’un objet vital de la démocratie : le peuple souverain incarne la légitimité démocratique. De fait, il n’est évidemment pas possible de dissocier cette contribution intellectuelle à un acte liturgique, celui d’un apport à l’éducation populaire en termes de culture politique et d’une œuvre monumentale dédiée à la démocratie de proximité.

2Malgré son caractère élitiste, les auteurs de cet ouvrage, nous livrent des textes d’une facture remarquable, écrits dans une belle langue, fluide, littéraire, maniant avec délectation leur objet. Ce dictionnaire est à la fois subjectif et encyclopédique, l’éditeur Bayard s’en plaindra d’autant moins qu’il s’adresse manifestement à tout public citoyen. Peut-être plus que n’importe quel autre dictionnaire, celui-ci se prête à une lecture pénétrante, ce qui est plus qu’appréciable ne fût-ce que sur le plan heuristique. On ne peut donc pas faire l’économie d’une analyse critique d’un ouvrage qui n’a pas de plan, mais un assemblage d’entrées nécessaires, ouvertes, d’auteurs choisis ; il peut se comprendre comme une entreprise de mobilisation savante obéissant aux contraintes objectives de l’état des réseaux, ainsi qu’aux objectifs délibérés ou inavoués de ses directeurs. Ce qui est un peu regrettable pour un dictionnaire mais la condition d’universitaire en France devient tout à fait machiavélique et oblige à une telle personnalisation de la science. Les sujets traités me semblent bons, mais je ne saurais dire si les auteurs ont fait le tour de la question. Le comité de lecture de l’éditeur a dû faire cet exercice mieux que moi. Dans tous les cas, le sujet qu’ils traitent est fort intéressant et j’ai parcouru le dictionnaire qui me semble riche et pertinent. Mais, comme il est d’usage, il est très rare que je me livre à cet exercice délicat qu'est la critique, a fortiori lorsque ma légitimité n’est pas vraiment assurée dans le secteur concerné. Ici, seule ma compétence de politologue, donc pas de philosophe, pourrait être avancée.

  • 3 P. Perrineau et D. Reynié (dirs.), Dictionnaire du vote, Paris, PUF, 2001, 998 p.

3Avant d’être un produit infiniment dense, un dictionnaire est donc une entreprise de mobilisation qui réunit plusieurs auteurs, d’horizons divers, appartenant à plusieurs disciplines. Les vérités scientifiques n’étant pas que disciplinaires, un dictionnaire est comme une invitation à l’indiscipline. Dans cette perspective, il est plutôt pluridisciplinaire au moins par obligation. Publié sous la direction de deux professeurs de philosophie de l’académie franco bordelaise, il ne rassemble que des membres de cette discipline. Ce qui peut prêter le flan à une présomption de sectarisme disciplinaire et réticulaire. Et d’ailleurs, c’est dans ce cadre que les politologues du Cevipof et du Ceri à Science Po Paris, en publiant le dictionnaire du vote3 sous l’égide de deux professeurs de science politique, ont dû réunir d’abord des membres de cette discipline mais aussi des historiens, des juristes, des philosophes politiques et à un moindre degré des sociologues, ethnologues ou géographes. L’invitation à des spécialistes de plusieurs disciplines permet de traiter l’objet dans ses différentes dimensions techniques, temporelles et spatiales. À côté de cet objet canonique de la philosophie et de la science politique que sont les gouvernés, la pluridisciplinarité aurait eu l’avantage et le mérite d’une volonté d’ouverture aux autres disciplines qui vont de la science politique en passant par la sociologie, le droit à d’autres sciences humaines et sociales.

4Loin d’évaluer chaque contribution, elles sont de valeur inégale comme dans tout dictionnaire. En outre, un dictionnaire enregistre plus un état des connaissances qu’il n’en produit de nouvelles.

5Le mérite des auteurs est d’avoir tenu compte des dernières avancées de la recherche sur un objet qui n’est plus la terre réservée de l’orthodoxie académique du droit et de la science politique. Malgré cette absence d’ouverture, cet ouvrage est impressionnant de par sa cohérence d’ensemble. Comme cela ne surprendra pas, étant donné les maîtres d’œuvre, l’introduction explicative de l’objet vient des deux professeurs de Bordeaux. Les entrées relatives à ce qui est désigné par « gouvernés » et qui, dans l’ordre alphabétique, sont consacrées à des notions nécessaires d’usage courant mais dont le sens profond est souvent ignoré par méconnaissance par le grand monde social. Outre ces deux universitaires bordelais, le dictionnaire accueille 4 autres enseignants/chercheurs venant couvrir ainsi la critique sur la diversité des contributions sans y arriver pleinement comme l’indique le recours à des universitaires philosophes. C’est dire que ce dictionnaire a une coloration institutionnelle. Pourtant, du fait de la multiplicité d’auteurs d’universités divers, ce n’est pas le dictionnaire d’une institution. Des sous-ensembles extérieurs sont aisément réparables à l’exemple de l’éditeur Bayard. Ce qui peut être aisément compréhensible parce que l’entreprise de mobilisation autour d’un dictionnaire met en œuvre des réseaux relationnels selon deux modes qu’André Siegfried différenciait au début du XXsiècle : soit on recourt directement aux amis ou aux spécialistes connus par la réputation, soit indirectement, aux auteurs par l’intermédiaire de réseaux qui se chargent de distribuer en leur sein les contributions.

6Toute œuvre humaine comporte des omissions et ce dictionnaire n’échappe pas à cette remarque : les notions de sondage, que dire encore de l’absence d’entrée sur l’élection, gouvernement, gouvernance, légitimité, légitimation, compétence ou incompétence, souveraineté populaire, etc.

7Nonobstant ces réserves mineures, significativement, je sais gré aux auteurs de ce dictionnaire issus d’une même génération d’avoir bien voulu mettre beaucoup de bonne volonté pour remplir cette mission totalement bienvenue qui permet au peuple de reconquérir un nom juste et vrai. Ce dictionnaire à travers des notions classiques actualisées permet aux gouvernés de sortir de l’oubli.

Haut de page

Notes

1 Il faut nuancer l’affirmation sur l’originalité de ce dictionnaire même s’il actualise certains concepts, il reste cependant clair que des travaux élaborés ailleurs dans les domaines politiques ont été adressés implicitement aussi aux gouvernés. Voir L. Blondiaux, La Fabrique de l’opinion. Une histoire sociale des sondages, Paris, Seuil, 1998, 610 p.

2 P. Bacot, Dictionnaire du vote. Élections et délibérations, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1994, 192 p.

3 P. Perrineau et D. Reynié (dirs.), Dictionnaire du vote, Paris, PUF, 2001, 998 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrice Moundounga Mouity, « Fabienne Brugère et Guillaume Le Blanc (dir.), Dictionnaire politique à l'usage des gouvernés », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 13 mars 2012, consulté le 20 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7834

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page