Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2009John Demos, Une captive heureuse ...

John Demos, Une captive heureuse chez les Iroquois. Histoire d'une famille de Nouvelle-Angleterre au début du XVIIIe siècle

Alice Denoyel
Une captive heureuse chez les Iroquois
John Demos, Une captive heureuse chez les Iroquois. Histoire d'une famille de Nouvelle-Angleterre au début du XVIIIe siècle, Laval, Presses de l'université Laval, 2009, EAN : 9782763788371.
Haut de page

Texte intégral

1Le syndrome de Stockholm, remarquable réaction psychologique découverte par Franck Ochberg en 1978, s'illustre déjà dans les récits les plus anciens comme l'Enlèvement des Sabines par les tous jeunes Romains de Tite-Live. Ce syndrome se manifeste par le développement d'une empathie, voire d'une sympathie de captifs envers leurs ravisseurs, et s'est encore distinguée lors d'événements tout récents et loin du mythe : l'affaire Patty Hearst en 1974 aux Etats-Unis, la séquestration de Natascha Kampusch en 1998 en Autriche ou encore la grossesse de Clara Rojas, otage des FARC colombiens de 2002 à 2008 aux côtés d'Ingrid Betancourt.

2À cette succession de noms médiatisés, à laquelle il faut aussi ajouter ceux d'inconnu(e)s régulièrement maltraité(e)s par leurs proches et qui développent pour eux une tendresse étonnante, l'historien américain John Demos apporte celui d'Eunice Williams, personnage central de son ouvrage d'histoire narrative Une captive heureuse chez les Iroquois. Histoire d'une famille de Nouvelle-Angleterre au début du XVIIIe siècle.

3Née en septembre 1696 dans le village fortifié de Deerfield, Massachussetts, Eunice est la fille du célèbre révérend puritain John Williams, et reçoit une éducation classique : elle apprend à lire, à prier, à réciter les versets de la Bible, s'occupe de ses frères et sœurs plus jeunes, fait de petits travaux domestiques aux côtés de sa mère et de sa sœur aînée. Son chemin semble droit, prévisible, celui d'une « dame puritaine ».

4Pendant l'hiver 1703 pourtant, le destin de la petite fille bascule. Le 29 février, à 4 heures du matin, le village est attaqué par des troupes composées de Français et d'Indiens, dans un contexte de guerre territoriale entre les habitants de Nouvelle-France et les Anglais de Nouvelle-Angleterre : le prix à payer pour une installation dans le Nouveau-Monde. Si son père et le reste de sa famille sont libérés par la suite, Eunice elle, reste tout au long de sa vie chez les Indiens iroquois mohawk du village de Kahnawake.

5Petite histoire inscrite dans la grande histoire, femme exemple au sein d'un mouvement massif de syncrétisme et d'acculturation, Eunice Williams a été renommée A'ongote (« ils l'ont prise et ils l'ont placée en tant que membre de leur tribu ») puis Gannenstenhawi (« elle apporte le blé d'Inde ») ; rebaptisée Marguerite par sa nouvelle confession catholique ; et enfin mariée à un Indien du nom d'Arosen de qui elle eut au minimum deux filles. Tout dans la description de l'existence d'Eunice, retracée grâce à un certain nombre de témoignages - notamment celui du prêtre de Kahnawake Joseph François Lafitau - illustre l'ambigüité culturelle. Elle n'a jamais été ni tout à fait anglaise puritaine, ni tout à fait française-indienne-catholique. Elle est le symbole du contact entre deux mondes, un contact permis par la captivité. Elle est aussi une preuve de succès de l'acculturation et du développement du syndrome de Stockholm : jamais plus après son rapt elle ne voudra revenir dans sa famille et sa patrie d'origine. Jamais plus elle ne parlera l'anglais, ni ne se reconnaîtra dans la religion protestante, ni n'adoptera de nouveau les mœurs européennes. Son catholicisme lui-même, assimilé chez les Iroquois convertis, n'est que le fruit de syncrétisme, une « version sauvage » du christianisme. Elle est enfin la concrétisation des peurs les plus profondément ancrées des Puritains venus en Amérique pour transmettre aux Indiens leurs mœurs civilisées : la peur que le processus s'inverse, et que ce soient les colons qui soient décivilisés par ce Nouveau-Monde.

6Cet ouvrage original, d'histoire narrative, adopte un ton remarquablement plaisant et accessible, parfois proche du roman, sans jamais négliger la fiabilité de la recherche historique et la diversité des sources. Enrichissant parfois le récit d'interprétations psychologiques plus personnelles lorsque les témoignages directs viennent à manquer, John Demos n'en rend l'ouvrage que plus agréable et captivant. Pourtant, d'un point de vue méthodologique, cette étude présente certaines limites : d'abord l'utilisation de la vie d'Eunice comme un « prétexte » à une description générale du mode de vie des Indiens, sans véritable transition (par exemple, lorsque John Demos mentionne le nouveau nom indien d'Eunice, qui signifie « elle apporte le blé d'Inde », il s'empresse de décrire dans le menu détail les activités diverses des femmes indiennes aux champs p.188) ; ensuite l'amalgame entre travail historique et « fiction » qui parfois se détourne un peu de son objectif premier : mettre la captive au centre de la scène. Souvent dans le livre sommes-nous confrontés à une explication très « traditionnelle » de textes historiques d'un point de vue universitaire. Peut-être aurions-nous préférés une intégration plus nettement romancée. Le récit, notamment les descriptions paysagères et psychologiques, et l'étude formelle de sermons qui ne mentionnent pas clairement Eunice mais un contexte plus - trop - général, sont encore, quelquefois, trop distinctement juxtaposés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Denoyel, « John Demos, Une captive heureuse chez les Iroquois. Histoire d'une famille de Nouvelle-Angleterre au début du XVIIIe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 13 août 2009, consulté le 02 octobre 2023. URL : http://journals.openedition.org/lectures/783 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.783

Haut de page

Rédacteur

Alice Denoyel

Étudiante en histoire à l'université Jean Moulin Lyon-III.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search