Navigation – Plan du site

Christophe Jaffrelot et Aminah Mohammad-Arif, Politique et religions en Asie du Sud. Le sécularisme dans tous ses états ?

Cécile Campergue
Politique et religions en Asie du sud
Christophe Jaffrelot, Aminah Mohammad-Arif (dir.), Politique et religions en Asie du sud. Le sécularisme dans tous ses états ?, EHESS, coll. « Purusartha », 2012, EAN : 9782713223235, URL : http://editions.ehess.fr/ouvrages/ouvrage/politique-et-religions-en-asie-du-sud/.
Haut de page

Texte intégral

1Voici un ouvrage collectif dirigé par Christophe Jaffrelot et Aminah Mohammad-Arif visant à explorer les rapports entre religion(s) et politique en Asie du Sud. La pauvreté des publications sur la question a emmené différents chercheurs dont le projet initial concernait la confessionnalisation des institutions en Asie du Sud à s’intéresser au processus de sécularisation dans une partie du monde où celui-ci n’a pas eu le même poids ni la même ampleur qu’en Occident. L’Inde a véritablement réinventé le sécularisme (constitution laïque modelée par les hindous et les musulmans où le principe de neutralité n’existe pas) qui décline d’ailleurs ces dernières années. Les contributions, très riches (en anglais et en français) visent à explorer les rapports parfois complexes et évolutifs entre deux champs qui ne sont pas toujours séparés, le religieux et le politique, et leurs instrumentalisations respectives. Elles visent aussi à déconstruire le lien entre politique et religion car le lien de causalité est loin d’être systématique. Si la tendance générale en Asie du Sud est l’identification de l’État à une religion majoritaire, cette zone abrite les religions mondiales (bouddhisme, hindouisme, islam, christianisme) et permet donc de tester ces religions par rapport à la culture et à la diversité des régimes politiques en place, démocratiques ou autoritaires (11-12), en Inde, à Sri Lanka, au Népal, au Bangladesh, au Pakistan et en Afghanistan.

2Prenons quelques exemples : Michel Boivin souligne les rapports ambivalents entre l’islam, l’état et les oulémas au Pakistan (62), république islamique représentée par 96 % de musulmans. Mais, il existe des décalages entre musulmans, notamment entre chiites, sunnites et jihadistes. Les partis politiques religieux rendent compte de ces différends mais quelle place reste-t-il pour des partis sécularistes dans ce paysage politique ? Pour séduire les électeurs, ils sont contraints de recourir à des discours emprunts de religiosité. La sharia et son instauration divisent les communautés, les minorités religieuses subissent des discriminations et la loi sur le blasphème en faveur des musulmans a été renforcée. Au Bangladesh, nation fondée en 1971 sur la base de principes sécularistes, l’islam a été religion d’état avant que l’on ne rétablisse le sécularisme (92). Gérard Toffin nous expose les tensions entre le politique et la religion au Népal (117). Le Népal était jusqu’en 2008 une monarchie hindoue. En 1990, le roi Birendra avait été contraint de restaurer les libertés et le multipartisme suite à des pressions de mouvements anti-hindous qui souhaitaient instaurer le sécularisme et qui combattaient avec force l’hindouisme perçu comme une religion de dominants. Les insurrections maoïstes de 1996-2006 se sont partiellement nourries de ces mouvements identitaires pour renverser la royauté. Son abolition et la mise en place d’un état démocratique et séculier n’ont pas pour autant évincer l’hindouisme de la sphère politique. G. Toffin prend l’exemple de la Kumari, ces petites filles newars qui incarnent pendant une partie de leur jeunesse la déesse Durga (124). L’institution demeure et une nouvelle Kumari a été intronisée en 2008 malgré les attaques des mouvements féministes qui soulignent l’aspect rétrograde et offensant de cette tradition hindoue tandis que les avocates newars qui défendent l’institution la considèrent comme un rite culturel reflétant l’identité d’un peuple.

3Le processus de sécularisation se lit par ailleurs dans les transformations des droits de la femme mais les mesures laïques se heurtent à des réalités sociologiques : la population reste attachée à l’hindouisme et au système des castes. G. Toffin insiste : la culture népalaise ne peut être dissociée de sa dimension religieuse hindoue ou bouddhiste et l’athéisme n’est pas une valeur reconnue. Ainsi, séparer la politique du sacré semble voué à l’échec. Éric Meyer nous amène à Sri Lanka (137) où les nationalistes bouddhistes singhalais ont remporté une victoire militaire en 2009 sur le mouvement des Tigres Tamouls. Les Tamouls se battaient pour une langue, un territoire, une culture et non pour une religion alors que les nationalistes singhalais ont combattu au nom du bouddhisme. L’auteur note une « bouddhicisation » de la vie politique et des institutions, un bouddhisme nationaliste et fondamentaliste. Les partis au pouvoir ne défendent pas en aucun cas le sécularisme. Une autre contribution traite des musulmans Tamouls à Sri Lanka, deuxième minorité tamoulophone du pays dont on parle bien peu car elle n’a pas participé au conflit qui oppose bouddhistes singhalais aux Tamouls (largement hindous) (241).

4Si en France le bouddhisme est majoritairement perçu comme une spiritualité, une sagesse ou une simple philosophie adogmatique et apolitique, les contributions concernant le Sri Lanka et le mouvement Ambedkariste font voler en éclats cette image d’Épinal. Nicolas Jaoul présente le bouddhisme militant Ambedkariste et ses répercussions sur les Dalits (« Intouchables ») en Uttar Pradesh (291). Proche d’une morale civique, il s’agit d’un bouddhisme d’émancipation qui doit permettre la lutte contre le système des castes. La conversion en masse de Dalits au bouddhisme (dont de nombreux fonctionnaires) témoigne de la manière dont les organisations bouddhistes créent un lien politique infracommunautaire autour d’un leadership et révèle l’autorité des militants sur leur entourage (317). Quant à C. Jaffrelot, il interroge la place de la religion sur l’appareil judiciaire du Gujarat en revenant sur les victimes des violences de 2002. Suite à un événement dramatique dans lequel des hindous ont été brûlés vifs dans des wagons du Subarmati express, des violences antimusulmans ont explosé et 26 villes ont été soumises au couvre-feu (189) avec des centaines de morts en quelques jours. Dix ans après, le bilan et les actions de la justice sont maigres et l’auteur note l’emprise du nationalisme hindou sur l’appareil d’État du Gujarat. Dans une contribution centrée sur l’Afghanistan (363), Gilles Dorronsoro analyse les dynamiques entre champs religieux et politique qui oscillent entre concurrence et coopération. Il prend l’exemple du jihad qui vient redéfinir les relations entre champs.

5Le sous-titre de l’ouvrage et son jeu de mots, le sécularisme dans tous ses États (états) rend bien compte de la multiplicité des regards et des analyses que nous offrent sociologues, politologues, anthropologues et historiens sur la crise du sécularisme et ses raisons mais aussi sur le statut des minorités religieuses et sur les violences et leurs morphologies dans plusieurs pays d’Asie du Sud.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Campergue, « Christophe Jaffrelot et Aminah Mohammad-Arif, Politique et religions en Asie du Sud. Le sécularisme dans tous ses états ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 14 mars 2012, consulté le 21 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7843

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page