Navigation – Plan du site

Dominique Goux, Eric Maurin, Les nouvelles classes moyennes

Jacques Ghiloni
Les nouvelles classes moyennes
Dominique Goux, Eric Maurin, Les nouvelles classes moyennes, Seuil, coll. « La république des idées », 2012, 118 p., ISBN : 978-2-02-107147-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir le compte rendu d’Igor Martinache, « Louis Chauvel, Les classes moyennes à la dérive », URL : (...)

1Le livre de Dominique Goux et Éric Maurin peut apparaître comme une réponse à celui de Louis Chauvel, Les classes moyennes à la dérive, paru en 2006 chez le même éditeur et dans la même collection1. Les auteurs s’opposent ainsi aux présentations déclinistes des classes moyennes, et plus particulièrement au déclassement générationnel et à la paupérisation soulignés par Louis Chauvel et par d’autres sociologues.

  • 2  Éric Maurin, La peur du déclassement. Une sociologie des récessions, Seuil, coll. « La république (...)

2Cet ouvrage prolonge le travail précédent d’Éric Maurin, La peur du déclassement. Une sociologie des récessions2, où sont concernés par la peur du déclassement des individus qui ne le subiront peut-être pas.

  • 3  Ce que montre également Régis Bigot dans une étude du Credoc de 2009, Les classes moyennes sous pr (...)

3Dans un premier temps, les auteurs s’attachent à montrer que les classes moyennes sont un groupe social en expansion, évidemment dès les années 1950, mais aussi depuis les années 1980. Leur importance plus grande s’explique aussi bien relativement par le déclin de la classe ouvrière et des agriculteurs que par la croissance de ses effectifs3. Ils notent que le nombre de personnes proches du revenu médian s’accroît, ainsi que le sentiment d’appartenir à la classe moyenne. Ils soulignent qu’il n’y a pas de paupérisation si l’on compare les revenus des salariés des classes moyennes à ceux des cadres et professions intellectuelles supérieures. Par ailleurs, si la peur du déclassement existe bien, les auteurs montrent que les classes moyennes ne sont pas un groupe de déclassés, ces derniers étant minoritaires (13,5 %) contre 46 % de promus ouvriers et employés. En fait, les classes moyennes recrutent de plus en plus au sein de leurs propres rangs. Enfin, Dominique Goux et Éric Maurin indiquent que les classes moyennes sont toujours des classes enviées par les ouvriers et employés en raison d’une stabilité plus grande des emplois, des salaires plus élevés et par les possibilités de promotion interne.

4Dans un second temps, les auteurs étudient la place des classes moyennes dans la compétition scolaire et leur crainte aiguë du déclassement et de l’échec scolaire. Ils soulignent une nouvelle fois que la compétition scolaire était plus forte pour les classes moyennes dans les années 1960 qu’aujourd’hui en raison de la démocratisation scolaire et de l’accès au collège des enfants des classes populaires et des agriculteurs à cette époque.  En fait, les enfants des classes moyennes n’ont été favorisés par l’évolution du système scolaire qu’à partir des années 1970 grâce à la fréquentation du lycée d’enseignement général et à l’accès aux études supérieures. Dominique Goux et Éric Maurin contestent le déclassement scolaire des enfants des classes moyennes et affirment au contraire qu’ils ont eu tendance à rattraper leur retard sur les enfants de cadres. Toutefois, les difficultés pour accéder aux grandes écoles (polytechnique, HEC, ENA, Sciences Po…), et donc à l’élite, restent fortes et sont à la source d’une frustration pouvant entre autres expliquer ce sentiment de déclassement.

5Les auteurs montrent ensuite que, si le rôle de l’école est important pour le classement social, l’ascendance sociale pèse lourdement sur les carrières sociales, même après la sortie du système scolaire. En effet, à niveau équivalent de diplôme, la position sociale sera différente selon l’origine sociale. Dominique Goux et Éric Maurin rapportent qu’il y a eu un recul du déclassement intergénérationnel des classes moyennes, même s’il est relativement fort, pour les générations nées dans les années 1960 par rapport à celles nées dans les années 1950. Par ailleurs, il n’y a jamais eu de fortes chances de promotion sociale pour les enfants des classes moyennes, et elles se seraient même un peu améliorées. Les auteurs en concluent qu’il n’y a pas de panne de l’ascenseur social.

6Enfin, les auteurs s’attaquent au soi-disant déclassement résidentiel des classes moyennes, évincées des centres-villes en raison de la hausse du coût de l’immobilier et contraintes à une mixité sociale qu’elles rejettent. Une nouvelle fois ils montrent la capacité des classes moyennes à lutter contre le déclassement. Il existe bien une relégation urbaine des pauvres et un séparatisme résidentiel des plus riches, toutefois Dominique Goux et Éric Maurin indiquent que les classes moyennes mettent également à distance les classes moyennes inférieures et les plus pauvres. De plus, il n’y a pas de mouvement révélant une relégation des classes moyennes vers des voisinages déshérités ; bien plus, la mobilité résidentielle dévoile plutôt une promotion résidentielle pour les classes moyennes, même si elle se traduit par des sacrifices financiers parfois très importants.

7Dominique Goux et Éric Maurin ont donc démontré que le déclassement est une fiction : il n’y a ni déclassement salarial, résidentiel, scolaire ou sur le marché du travail. Toutefois, leur étude souffre, comme d’autres, de la difficulté à définir les classes moyennes. D’ailleurs, les auteurs eux-mêmes sont amenés à changer leur définition au cours du livre, de façon à la faire coïncider avec certaines statistiques. Leur 1er chapitre est consacré justement à la définition des classes moyennes. Elle se limite parfois trop à la définition de l’INSEE des professions intermédiaires (qui ne représentent finalement que le quart de la population active). Or, même à l’intérieur de ces professions intermédiaires la différence de statut entre le privé et le public peut être discriminante. Les frontières sont donc délimitées par des critères (diplômes, revenus, patrimoine, profession, salariat…), dont certains sont utilisés par l’INSEE,  ce qui les rapproche plutôt de la définition des catégories socioprofessionnelles. Par ailleurs, les auteurs soulignent plus loin dans le livre que dans l’étude diachronique le choix des générations de départ et d’arrivée est déterminant. C’est bien sûr un argument que l’on peut leur retourner.

8Malgré ces réserves, le livre est un apport appréciable au débat sur ce thème. Il est d’un accès aisé, intéressant pour des étudiants et les lycéens, notamment ceux de la série ES.

Haut de page

Notes

1  Voir le compte rendu d’Igor Martinache, « Louis Chauvel, Les classes moyennes à la dérive », URL : http://lectures.revues.org/432.

2  Éric Maurin, La peur du déclassement. Une sociologie des récessions, Seuil, coll. « La république des idées », 2009. URL : http://lectures.revues.org/823 .

3  Ce que montre également Régis Bigot dans une étude du Credoc de 2009, Les classes moyennes sous pression : les classes moyennes en France augmentent légèrement depuis les années 80, alors qu’elles diminuent dans d’autres pays comme Les États-Unis, l’Allemagne ou la Grande-Bretagne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Ghiloni, « Dominique Goux, Eric Maurin, Les nouvelles classes moyennes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 17 mars 2012, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7875

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page