Navigation – Plan du site

Marc Girot, Amnesty International. Enquête sur une ONG génétiquement modifiée

Mohamed Kouyate
Amnesty International
Marc Girot, Amnesty International. Enquête sur une ONG génétiquement modifiée, Paris, Editions du Cygne, coll. « Essai », 2011, 244 p., ISBN : 9782849242469.
Haut de page

Texte intégral

1Si jusqu’ici on ne connaissait qu’Amnesty International, la vieille, la discrète, la grande; désormais, il faudra conjuguer aussi avec Amnesty International, la nouvelle, la médiatique, la provocatrice. Voilà donc ce que révèle cet essai de Marc Girot : Amnesty International. Enquête sur une ONG génétiquement modifiée. Dans cet ouvrage qui est facile à lire, on découvre deux associations différentes répondant au même nom, revendiquant la même cause mais ayant des méthodes complètement opposées. Comment est-ce possible ? Tel est le questionnement essentiel de cet ouvrage au travers duquel l’auteur souhaite démontrer l’ubiquité d’AI et partant, dénoncer son actuel positionnement dans la défense des droits de l’homme ; positionnement selon lequel, être du côté des victimes, s’engager à leur côté, épouser leurs causes, mener leurs combats, c’est être impartial. À ce positionnement, l'auteur souhaite substituer également une conséquence logique : la perte d’identité des anciens bénévoles qui ne se reconnaissent plus dans la nouvelle AI. La structure qu’ils aimaient jadis est partie. « On ne sait plus trop ce qu’est devenue Amnesty… » (p.9). Cet ouvrage relate aussi le parcours associatif de Marc Girot dans la structure en laquelle il avait foi et pour laquelle il était prêt à beaucoup de compromis pour défendre une cause. Les droits humains. Ce n’est donc pas fortuit qu’il ait utilisé la première personne du singulier tout au long de la narration car il s’agit bien là des histoires qu’il a vécues. C’est bien donc en acteur qu’il a assisté à la métamorphose d’AI.

2La richesse de cet ouvrage réside également dans la façon dont son auteur présente distinctement ces deux Amnesty comme si l’une venait pour succéder à l’autre: la nouvelle vient remplacer l’ancienne qui est restée « l’organisation de défense des droits de l’homme la plus connue, la plus puissante,…la plus respectée »; et pour cause, l’ancienne a atteint son apogée. Ses méthodes ne sont plus en phase avec les nouvelles réalités. Elle n’est plus la seule organisation de défense des droits de l’homme. Elle doit désormais faire face à la concurrence. De ce fait elle est obligée de rentrer dans une nouvelle dynamique à laquelle elle n’était pas préparée ; d’où la naissance de la nouvelle qui surfe sur tout ce qui est en rapport avec le droit, quitte à se contredire par endroit. Pourvu que l’opération soit médiatisée. Dès lors, il n’est pas rare que des conflits internes et externes éclatent constamment en son sein. Et partant, ses donateurs et sympathisants lui tournent le dos, déçus. Amnesty a changé.

  • 1  Marty, M., O., Sainsaulieu, R., et Tixier, P., E., La démocratie en organisation, Paris, Librairie (...)

3Cet ouvrage souligne aussi la problématique de la bureaucratisation et de la hiérarchisation dans le secteur associatif. Une association ne saurait être trop bureaucratique au risque de se retrouver dans la même situation que décrient presque toutes les ONG: lenteur des procédures, lourdeur bureaucratique, réactions rétroactives, division excessive du travail,… AI, malheureusement se trouve dans cette situation. Elle s’est ONU-sée. « Aujourd’hui, il faut défendre Amnesty avec les droits de l’homme » (p.13). Au fil de la lecture, on se rend compte qu’Amnesty a complètement dérivé. Elle est aujourd’hui traversée par une course effrénée pour le pouvoir. Comme beaucoup d’associations, AI est encline à des conflits entre bénévoles et salariés et entre salariés, eux-mêmes. Ces conflits sont exacerbés par la trop grande professionnalisation et hiérarchisation de la structure a contrario avec le principe originel associatif-même. On voit bien qu’elle a du mal à obéir au modèle autogestionnaire1.

4Pour qu’une association existe, il faut avant tout, des bénévoles. À ceux-ci, s’ajoutent un capital de confiance réciproque entre bénévoles et responsable et une conviction difficile à garder chez les bénévoles. Autant ce capital et cette conviction demeureront, la structure évoluera et se développera. Le travail donc de la direction associative est de garder cette flamme en ses bénévoles. Difficile exercice car le doute étant l’eau qui éteint cette flamme. Cet essai décrit donc comment ce capital et cette conviction se sont effrités chez Marc Girot et ses collègues bénévoles qui ne se reconnaissaient plus dans l’Amnesty International où ils militaient dans les années soixante-dix. La belle et rebelle AI. « Je ne sais plus ce qu’est Amnesty International. Et je ne suis pas le seul » (p.19). Ils trouvent que AI se contredit aujourd’hui en prenant certaines positions comme le soutien à un ancien islamiste. Apparemment AI se cherche. Cette perte d’identité des bénévoles en leur structure se ressent sur son dysfonctionnement. Dès lors un télescopage total se dessine entre les différents bureaux. Le Secrétariat International qui est censé être le pivot de l’association est quelque fois pris au dépourvu par certaines décisions locales ou nationales. Des affaires de gros sous sont en jeu. L’impartialité et la crédibilité d’AI sont désormais mises à rude épreuve. Amnesty n’est plus ce qu’elle était. Elle s‘est muée. Le « name and shame » n’est plus d’actualité. Il faut désormais faire des opérations au coup de poing médiatique.

5Outre la perte d’identité qu’éprouvent les bénévoles d’AI, cet ouvrage fait par ailleurs écho de la dure concurrence que subit la première association de défense des droits humains. Elle n’est plus la seule association désormais dans ce domaine. Elle doit se battre de tout son être pour maintenir sa place à défaut de la conforter. Mais avec la défection de son effectif que décrit l’auteur, elle doit trouver une autre méthode d’attraction et de rétention de ses bénévoles et salariés. De ce fait, ses militants et sympathisants sont quelques fois glanés au grand dam de la sensibilité et de la culpabilité comme le montre ce passage : « Tu vois la peine de mort aux Etats-Unis, c’est cruel, c’est inhumain. En plus, c’est injuste, y’a plus de noirs qui sont condamnés. Tu vois, Amnesty se bat contre la peine de mort partout, pour un monde plus civilisé. Tu connais les enfants-soldats ? À Amnesty, on est contre les enfants-soldats. On a besoin de toi »(p.81). Dans la même foulée, AI se diversifie beaucoup, trop-même aux yeux de certains de ses anciens. Elle veut tout embrasser pour ne laisser que peu de place à la concurrence. Ce positionnement lui vaut des critiques de certains anciens : « Auparavant, nous allions là où les autres n’allaient pas. Nous parlions des prisonniers politiques, de la peine de mort. Maintenant, nous sommes calqués sur le programme de l’ONU. On s’occupe des femmes, des droits économiques et sociaux, de la misère. C’est trop large » (p.89). L’organisation ressemble désormais à une entreprise marchande dans son fonctionnement. Son côté social se serait envolé. Il faut désormais tout paramétrer pour une meilleure rentabilité en ayant « plus de militants, plus de sympathisants, plus de donateurs, plus d’argent, plus de communication, plus d’efficacité, plus de productivité, plus d’objectifs, plus de résultats : la maison s’est transformée en entreprise, avec un discours managérial, et une âpre volonté de retour sur investissement, égale à l’ambition des plans stratégiques intégrés » (p.91) qu’elle a instaurés. AI s’est complètement métamorphosée.

6Bref, Marc Girot fait le constat d’une Association qui est en pleine crise structuro-fonctionnelle. C’est un ouvrage à recommander à tous ceux qui veulent travailler dans l’humanitaire, principalement dans les droits de l’homme.

Haut de page

Notes

1  Marty, M., O., Sainsaulieu, R., et Tixier, P., E., La démocratie en organisation, Paris, Librairie des méridiens, 1983

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mohamed Kouyate, « Marc Girot, Amnesty International. Enquête sur une ONG génétiquement modifiée », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 19 mars 2012, consulté le 15 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7879

Haut de page

Rédacteur

Mohamed Kouyate

Doctorant en Sociologie à l’école doctorale de Normandie, Rouen

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page