Navigation – Plan du site

Lamence Madzou, J'étais un chef de gang. Suivi de Voyage dans le monde des bandes

Julien Beaugé
J'étais un chef de gang
Lamence Madzou, J'étais un chef de gang. Suivi de Voyage dans le monde des bandes, La Découverte, 2008, 245 p., EAN : 9782707156112.
Haut de page

Texte intégral

1Ce livre est né de la proposition faite par une sociologue à Lamence Madzou (35 ans) de témoigner de son expérience, entre 1987 et 1992, de membre puis chef d'une célèbre bande de la région parisienne, les « Fights ». Durant cette période, plusieurs bandes de jeunes constituées essentiellement de Noirs défrayèrent la chronique en région parisienne, notamment au cours de ce que l'on a appelé la « guerre des gangs » (1989-1991) - même s'il faut préférer le terme de bande à celui de gang qui renvoie à une autre réalité. Marie-Hélène Bacqué a orienté, par ses questions - au cours de douze entretiens au total - le travail biographique, qui donne lieu à un « Récit autobiographique » (p.11-166), dont les auteurs ont tenu à conserver le style oral. La seconde partie du livre, « Voyage dans le monde des bandes » (p.167-236), écrite par Marie-Hélène Bacqué, repose notamment sur un travail d'entretiens avec d'autres acteurs de cette période et de ce milieu. Elle y replace l'expérience de Lamence Madzou dans une histoire plus large, et s'arrête sur les problèmes qu'elle pose à la connaissance des jeunesses populaires déviantes.

2Le point de vue biographique choisi vise à restituer une « expérience individuelle et collective » (p8), à « apporter un regard de l'intérieur dans un débat social et politique surmédiatisé » (p175), à « questionner (...) la délinquance du point de vue du délinquant » (p177). L'auteur rappelle en effet à juste titre qu'il n'est pas suffisant d'étudier la construction du problème social des bandes, mais qu'il faut rendre compte aussi de l'expérience qu'elles ont constituée. L'autobiographie décrit ainsi essentiellement les activités de la bande des « Fights » (1987-1992), notamment ses activités illégales (vols) et ses relations (belliqueuses) avec les autres bandes de la région parisienne (comme les « Requins Juniors » et les « Black Dragons ») ; puis la trajectoire de Lamence Madzou dans le monde du « bizness » (trafic de drogue, cambriolages, escroqueries, passages en prison) ; enfin, ses tentatives de reconversion (de se "ranger"), à travers le milieu associatif ou familial, avant et surtout après son expulsion du territoire français (vers le Congo, entre 1997 et 2000).

  • 1 A la différence, par exemple, du rappeur Abd-Al-Malik (ex-membre du groupe NAP) qui prend, dans son (...)

3Si la lecture du récit autobiographique ne laisse pas indifférent tant la violence y est présente, Marie-Hélène Bacqué témoigne également du fait que le travail d'entretien et d'écriture lui a posé le redoutable problème de devoir gérer ses affects (incompréhension, frayeur, écoeurement, p173-174), de ne « pas juger mais raconter » (p171). Le lecteur est confronté à la même tension : le récit des pratiques est nécessaire pour bien savoir de quoi il s'agit, mais il est difficile de ne pas prendre un point de vue moral sur les violences commises, d'autant que l'auteur n'en rend pas compte en s'en repentant mais, souvent, en les rationalisant dans les catégories du monde des bandes : « j'ai fait ce que j'avais à faire » est un propos qui revient souvent (p216). Cela donne toutefois un intérêt accru au témoignage : bien que "rangé" (ce qui atténue quelque peu l'idée du témoignage de l'intérieur), son auteur n'occupe pas encore une position sociale tout à fait stable et n'a pas intégré un nouveau et cohérent système de représentations de ces pratiques ; il n'a pas troqué son ethos délinquant contre une éthique anti-délinquante, « républicaine » ou religieuse1. S'il accepte de témoigner aussi franchement des violences qu'il a commises et d'être ainsi mal perçu, c'est que sa réputation est déjà faite et que « dire son passé, c'est à la fois le faire reconnaître et faire valoir qu'il en est sorti » (p177). Cela dit, le « travail d'objectivation » de Lamence (35 ans) et des autres « gang members » (comme certains se désignent) interrogés doit faire l'objet d'une lecture critique. Vieillis et rangés, ils ont eu à mener, déjà et sans doute depuis longtemps, pour eux-mêmes (en prison ou dans leur nouvelle vie "normale"), pour leurs proches (leur partenaire matrimonial par exemple) et pour des professionnels du retour sur l'histoire et l'expérience délinquantes (éducateurs, juges, journalistes), un travail de rationalisation des violences qu'ils ont commises durant leur jeunesse. Ceci explique peut-être dans les récits, le recours plus fort que dans l'action à des motifs légitimes, comme celui de la révolte juvénile contre un ordre injuste, alors que le simple plaisir de traîner, de s'amuser et de se "défoncer" sans penser à demain, ou de jouer au plus "dingue", n'étaient alors sans doute pas mineurs. Lamence Madzou réinterprète ainsi la « guerre des gangs » comme le moyen d'une « générationrejetée » (par exemple, p93) de faire « résonn[er] (...) les revendications de nos parents » (p43) - sur le mode : "tout cela n'a pas été vain".

  • 2 Voir cet épisode de la guerre des gangs : « La consigne était la suivante : "Vous allez prendre un (...)

4Marie-Hélène Bacqué démontre cependant de manière tout à fait convaincante que l'expérience des bandes de la fin des années 1980 ne peut s'expliquer simplement en les rapportant à la « pauvreté » (p190), à une « rage anomique » (p228) ou à la « ségrégation spatiale » (p204-205). Il faut, pour en rendre compte, mobiliser des éléments complexes. Tout d'abord, les adolescents connaissaient des processus de désaffiliation familiale et scolaire. Leur regroupement en certains lieux publics, informel mais de plus en plus récurrent à mesure que ces processus se développent, apparaît alors comme une expérience-refuge. Comme l'écrit très justement Marie-Hélène Bacqué, « avant d'être désignée comme telle, la bande est ainsi d'abord un style de vie qui répond à des parcours de fragilisation familiale et scolaire en proposant une « bulle » précaire et momentanée où se vit avant tout le présent » (p192). Dans ce cadre, un ethos "guerrier" structure une partie des relations entre ses membres, et entre ses membres et ceux qui n'en sont pas. La violence occupe ainsi une place importante au sein du monde des bandes : « Dans une logique où seuls comptent les défis, la force et l'instant vécu, elle s'accompagne d'une inconscience des risques encourus qui peut donner un sentiment illusoire de puissance et d'impunité. Elle s'exerce aussi au sein de la bande pour construire une réputation et s'imposer. » (p210). Expression exagérée et déviante de la virilité populaire, cet ethos prend d'autant plus d'importance que les conflits se multiplient entre les bandes - au point que les « Fights » tentent de s'organiser pour s'imposer face à leurs concurrents (par des alliances, par des entraînements à la bagarre, par le recours à des armes plus dangereuses et à des effectifs plus nombreux...) et qu'une « haine à l'état pur » (p78) est vouée à ceux-ci. Il s'agit, dans ces combats, de « se faire respecter » (p75 par exemple) par l'adversaire et, aussi, de conserver le monopole d'une certaine identité et d'un certain style de vie de « gang member »2. Les enquêtés déplorent ainsi souvent que des "faux" aient participé à leur histoire ou endossé leur identité : plus besoin d'être radicalement violent, solidaire ("jusqu'à la mort") ou contestataire, pour frimer, rapper, se dire membre d'une bande, s'habiller ou parler comme leurs membres, quand il s'agit surtout de s'encanailler - et de ne pas assumer quand les choses se gâtent et qu'il faut montrer qu'"on est un homme". Lamence Madzou évoque ainsi le fait que « beaucoup de Black Dragons étaient entrés dans les gangs avec la fausse impression que c'était une partie de rigolade ; certains pour les meufs, d'autres pour la réputation et d'autres encore avec l'idéologie du chasseur de skinheads » (p78).

5On retrouve ici un autre élément important de l'expérience des bandes de la fin des années 1980, qui porte la revendication d'une identité noire dans une société où les Noirs étaient invisibles socialement ou affectés d'une image exotique dévalorisante. Les premières bandes de Noirs des années 1980, légendaires pour la génération ici étudiée, auraient ainsi été spécialisées dans la chasse aux skinheads à une époque où ceux-ci tenaient certains lieux publics de Paris et s'attaquaient aux Noirs. Mais, même pour les bandes ici concernées, la « dimension raciale des bandes » (p176) paraît évidente, non seulement du fait de leur composition, mais comme « recherche de reconnaissance » (p176) de l'existence d'une identité noire en France - même si cette recherche s'opère en marge des tentatives de mobilisation des "jeunes issus de l'immigration" (Marche pour l'égalité des droits et contre le racisme, SOS-Racisme...). En intégrant cette dimension, l'auteur a le mérite de questionner et de s'arrêter sur des pans de l'histoire sociale et culturelle des jeunesses populaires des cités peu étudiés en général par une sociologie des classes populaires trop tentée de rabattre leurs expériences récentes sur des problématiques traditionnelles, « ouvriéristes » si l'on veut, et assez insensible à la culture propre des jeunesses des cités. Or, les catégories dans lesquelles pensaient et pensent les enquêtés sont manifestement, en partie, différentes de celles des jeunesses populaires des "Trente glorieuses", et doivent donc être étudiées encore davantage, notamment leur genèse. En l'occurrence, les manières dont ont été appropriées par les enquêtés les « chasses aux skinheads », l'héritage de figures plus célèbre comme celles de Malcolm X et des Black Panthers, ou le Mouvement hip hop, mériteraient peut-être que l'on s'y arrête encore un peu. Tout n'est en effet pas très clair dans le récit autobiographique de Lamence Madzou, pour ne pas dire trop allusif. C'est qu'il est fort possible que les discours "positifs" sur le « respect », la contestation sociale, l' « unité » et l' « identité noire », aient eu un véritable écho plus tard dans la vie des enquêtés qu'à l'époque des bandes, qui s'entredéchiraient à l'opposé des valeurs alors prônées par la Zulu Nation. Ils étaient certainement davantage touchés par des slogans comme celui du « pouvoir noir », manifesté par la puissance guerrière, la reconnaissance dans les cités ou les boîtes de nuit, la manière de s'habiller, etc. Lamence Madzou semble l'exprimer sans détour : « Exit les Achipé Achopé [H.I.P H.O.P] et leurs mitos de rappeurs, les contorsionnistes de danseurs, nous méprisions cela. Nos modèles étaient devenus les gangs américains » (p43).

  • 3 François Ruffin, Quartier Nord, Paris, Fayard, 2006.

6On peut, dès lors, suggérer que la reconversion professionnelle (difficile) des enquêtés s'est accompagnée d'une nécessité de réinscrire davantage leur passé dans une histoire collective plus légitime, celle des contestataires d'un ordre social injuste et raciste, celle des porte-parole d'une cause des cités ou des Noirs, et, par suite, des rappeurs "authentiques" et "vrais" (versus les "suiveurs", les "vendus", les "wack", les « rappeurs de salon »). Cela leur permet de réinvestir et de réaffirmer, dans le cadre d'un style de vie plus conforme, leurs dispositions au conflit vis-à-vis de l'ordre (versus la soumission) et leur conscience d'un destin et d'un combat communs aux membres des bandes, aux jeunes Noirs, aux habitants des cités(versus la trahison). Dans leurs tentatives de reconversion, leur « capital guerrier » et leur réputation ont en effet encore une certaine valeur, qu'il s'agisse de travailler dans le sport ou pour des sociétés de sécurité, d'investir le monde de la musique, de faire le "grand frère" dans le monde associatif et politique ou de témoigner : un "dur" qui se transformerait en "baltringue" perdrait tout crédit auprès du jeune et turbulent public qu'il est censé tenir ou représenter. Comme l'avait déjà bien montré François Ruffin3, ces intermédiaires entre le monde des institutions et le monde de la rue, entre le monde des adultes et le monde des jeunes, monnayent parfois la paix sociale en échange d'emplois municipaux (souvent précaires et peu reconnus) ou de subventions à la maison des jeunes du quartier, et tentent péniblement de s'en sortir, davantage qu'ils ne contribuent à la construction d'une véritable action collective dans les quartiers populaires.

Haut de page

Notes

1 A la différence, par exemple, du rappeur Abd-Al-Malik (ex-membre du groupe NAP) qui prend, dans son autobiographie et dans ses albums, un point de vue explicitement moralisateur sur son passé délinquant.

2 Voir cet épisode de la guerre des gangs : « La consigne était la suivante : "Vous allez prendre un groupe d'une quinzaine de mecs, chacun va prendre une ligne de métro et tout ce qui est noir, arabe, qui s'habille comme nous, qui a notre mode style, qui nous ressemble, pas de distinction, pas de discussion, vous l'allumez." » (p89).

3 François Ruffin, Quartier Nord, Paris, Fayard, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Beaugé, « Lamence Madzou, J'étais un chef de gang. Suivi de Voyage dans le monde des bandes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2009, mis en ligne le 15 septembre 2009, consulté le 24 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/788

Haut de page

Rédacteur

Julien Beaugé

ATER au CURAPP (Centre Universitaire de Recherches sur l'Action Publique et le Politique, Epistémologie et Sciences Sociales - CNRS UMR 6054)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page