Navigation – Plan du site

Laurent Mucchielli, Pieter Spierenburg, Histoire de l'homicide en Europe. De la fin du Moyen-Age à nos jours

Harold Lopparelli
Histoire de l'homicide en Europe
Laurent Mucchielli, Pieter Spierenburg (dir.), Histoire de l'homicide en Europe. De la fin du Moyen-Age à nos jours, La Découverte, coll. « recherches », 2009, 334 p., EAN : 9782707157140.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 http://www.crimprev.eu.

1Ce volume collectif réunit des communications issues d'un séminaire européen tenu en 2007 dans le cadre du programme CrimPrev1 à l'université Érasme de Rotterdam. Son titre ambitieux fait assez sentir la dimension périlleuse de l'entreprise : la nécessité de rendre commensurables autour d'un objet commun les travaux d'historiens et de sociologues, mais aussi de politistes et de criminologues ; le choix d'engager des analyses sur la longue durée mais comportant une réelle dimension empirique ; le parti pris de proposer des textes permettant de penser l'homicide dans le cadre des modèles macrosociologiques classiques, mais aussi aptes à nourrir la réflexion face aux discours médiatiques et politiques sur les évolutions récentes du taux d'homicide, et aux usages actuels des thèmes de l'« insécurité » et de la « défense des victimes » ; enfin tenir la perspective comparatiste malgré le cadre réduit de l'ouvrage. D'où le caractère parfois stimulant de ce recueil, mais aussi ses déficits : l'hétérogénéité des contributions, leur rapport plus ou moins convaincant à l'empirie ou à la synthèse (ainsi que leur proximité parfois trop grande au format de la communication orale initiale) font sentir la difficulté qu'il existe à construire une réflexion collective encadrée par des exigences communes, malgré la liste de questions (p. 9) soumises à tous les contributeurs, qu'on rappelle ici : Quelles sont les sources utilisables pour mesurer l'évolution des homicides ? Que nous apprennent-elles des différentes formes des homicides ? Que disent-elles des évolutions de ce phénomène ? Quels facteurs semblent directement corrélés à ces évolutions ? Qui sont les acteurs de ces phénomènes et quelles sont leurs relations ? Quelles sont les scènes et les motivations des homicides ? Quels conflits sociaux révèlent certains de ces homicides ? Quelles interprétations générales pouvons-nous proposer en fin de compte pour interpréter les évolutions de long terme de ce phénomène ?

  • 2 Par exemple, en vrac, au sein des cours de justices locales ou supérieures, dans le cadre de l'exer (...)
  • 3 Pour un exemple d'interrogation méthodologique et épistémologique sur l'« anachronisme des séries l (...)
  • 4 François Buton et Nicolas Mariot (dir.), Pratiques et méthodes de la socio-histoire, Paris, PUF, 20 (...)
  • 5 Voire même d'écarter certains types d'homicide : la question est implicite dans le traitement parti (...)

2On signalera cependant que le souci de mettre au centre de l'étude les difficultés méthodologiques rencontrées dans l'établissement des taux d'homicide est tenu dans tout le volume. La difficulté qu'il y a à comparer des comptabilités de la violence homicide produites par des dispositifs d'enregistrement parfois très différents2 ainsi que les écueils liés à l'engagement d'un travail statistique sur des séries longues sont discutés de façon récurrente, mais malheureusement sans être formalisées et synthétisés dans une contribution spécifique3. Ces « traditionnels débats sur les séries longues [...] renvoient à la question des limites historiques de validité de certaines catégories administratives, politiques et statistiques, dont le statut reste incertain : comment ces catégories indigènes d'une nature particulière, puisqu'elles sont inscrites dans des institutions durables qui réduisent les incertitudes et les malentendus, peuvent-elles avoir une durée de validité historique suffisante pour autoriser la construction de séries historiques ? »4 De là il est possible de préciser d'emblée ce que n'est pas cette démarche : s'il s'agit de discuter la possibilité d'une correction des données disponibles comme d'expliciter leur domaine de pertinence dans une argumentation quantitative - c'est-à-dire d'organiser des données chiffrées valables et de les utiliser, il n'est pas question de développer une réflexion de type constructionniste en analysant la genèse (comme pourraient le dire des socio-historiens) des catégories subsumées ici sous le nom d'homicide (dont sont exclus ceux perpétrés dans le contexte des guerres et des massacres). Pour faire sentir la difficulté qu'introduit cet évitement (qui n'aurait pu être comblé qu'en pratiquant une histoire et une sociologie différentes) dans la réflexion comparatiste, on peut en simplifiant écrire que cet « homicide » qu'il s'agit d'étudier en commençant par le quantifier n'est pas beaucoup mieux saisi comme catégorie une fois la lecture achevée : apparemment binaire (il y a mort d'homme - ou de femme), il ne prend cependant son sens que dans des pratiques instituées (médicales, policières, judiciaires, légales, politiques, communautaires, professionnelles, familiales, médiatiques, et, ici, académiques) qui sont ici évoquées d'abord comme difficultés dans la construction des séries et dans l'analyse quantitative et souvent incluses, ensuite, dans une téléologie explicative de l'imposition graduelle et différentielle de l'équation qui fait de homicide un acte de moins en moins compréhensible et pardonnable, et donc de plus en plus punissable. L'ambiguïté que recouvre ce parti-pris thématique (partir de l'objet « homicide » et en questionner seulement les enregistrements, et les évolutions qu'ils révèlent) explique en partie la diversité des objets secondaires qu'étudient en sus les différents auteurs : différentes formes de « violence interpersonnelle » non-mortelle, physique (c'est-à-dire faite aux corps) voire non-physique (insultes). Dans ce comptage qui en plus des « homicides » s'attache parfois aux « actes criminels » (et aux « causes criminelles » connues des tribunaux) ou encore aux « délits corporels », est engagée une conception de la violence comme invariant conceptuel et comme catégorie anthropologique dont semblent dépendantes la plupart des contributions, alors même qu'elles s'attachent à une analyse des significations multiples et parfois contradictoires de l'homicide ainsi qu'à ses traitements sociaux, par lesquels il acquiert une existence sur les différentes échelles de la légitimité (de la marginalisation à la possibilité d'un homicide justifiable, voire juste) et de la légalité. Cela explique sans doute le peu d'importance donné à la définition de l'objet dans la majorité des études (« les homicides », « la violence », la « violence létale », « les crimes violents », « la criminalité », les « crimes »...) : il demeure fuyant et en tout cas construit assez peu rigoureusement, jusqu'à la mobilisation à plusieurs reprises de qualifications vraiment problématiques, avec lesquelles ont interféré probablement l'étape de la traduction : le pire exemple étant l'utilisation du syntagme « délit criminel » employé plusieurs fois page 201 qui, en plus d'être une contradiction qui prive la catégorie de toute signification (s'il s'agit d'employer ces deux termes suivant l'usage qu'en fait le droit pénal français contemporain, ce qu'on suppose en l'absence de précisions), révèle le peu d'intérêt accordé dans le volume à cette question pourtant centrale lorsqu'il s'agit de dénombrer des actes qui peuvent être rattachés à des catégories pratiques de la violence physique sous ses différentes formes (dont celle de l'homicide) comme à des qualifications juridiques. Historiciser les usages des qualifications de l'homicide comme volontaire, intentionnel, prémédité, accidentel (la liste n'est pas exhaustive !) permettraient sans doute de penser la production contradictoire des catégories et leur pouvoir d'imposition sur les carrières déviantes non pas seulement comme un obstacle au dénombrement ou, lorsqu'elles se superposent, la manifestation de la retenue accompagnant le processus de civilisation, mais bien comme un lieu où se joue aussi l'évolution de la prévalence de la violence homicide (cela serait l'objet d'un autre livre). Cela aurait permis de d'écarter ou de justifier de façon systématique l'étude, à côté de l'homicide, d'autres formes de « violence »5 qui peuvent lui être associées dans les dispositifs d'enregistrement considérés (et dans les catégories communes actuelles dont sont tributaires les chercheurs) mais peut-être pas dans celles en cours dans les pratiques et les normes sociales du lieu et du temps choisi comme terrain d'analyse.

  • 6 Calculé pour 100 000 personnes.

3La première partie est consacrée à trois études calées entre le XIIIe et le XIXe siècle. Dans son papier « Homicides et violence dans l'Espagne de l'Ancien Régime » (p. 13-52), Tomás A. Mantecón propose un tableau de la violence interpersonnelle dans la Castille moderne, à partir de l'évolution du taux d'homicide6 replacée dans la tendance générale du déclin du poids relatif des homicides en Europe de l'ouest (une courbe dont l'inflexion a lieu au XVIe siècle). Ces données sont ensuite mises en relation, de façon malheureusement trop rapide, avec quelques « raisons des changements séculaires de la violence ».

4Dans son article « L'homicide et la loi en République des Pays-Bas du Nord : un pays pacifique ? » (p. 53-83), Pieter Spierenburg propose de rendre raison d'une prétendue spécificité nationale, formalisée depuis les années 1990 dans les registres académique et surtout politico-médiatique : le « modèle polder », qui renvoie à une supposée tradition de résolution pacifique des conflits liée à la lutte contre la montée des eaux nécessitant coopération de tous les habitants, sous peine d'un anéantissement des territoires habités gagnés sur la mer. La croyance en une exception néerlandaise est appliquée d'abord à la violence collective et politique, mais aussi étendue au domaine de la violence interpersonnelle et quotidienne jusqu'à devenir un caractère national. La contribution de P. Spierenburg, si elle n'étudie malheureusement pas la genèse de cette modélisation ni ses usages (nationalistes ?), en propose la critique au regard des données empiriques disponibles. L'élite patricienne est seul groupe particulièrement pacifique relativement au reste de l'Europe : elle a en effet adopté les manières françaises sauf en ce qui concerne l'acte « honteux » du duel formel, pratiqué par toute l'aristocratie européenne (en Italie depuis le XVIe siècle, en Espagne, en France et en Angleterre depuis le milieu du XVIe siècle, depuis le début du XVIIe siècle en Allemagne). Ainsi, si l'altérité de la société néerlandaise sur le plan de la violence interpersonnelle n'est pas avérée comme caractéristique générale, elle concerne cependant ses élites qui, en plus de refuser le duel, contrôlent - comme ailleurs en Europe - la violence des classes inférieures.

5Dans sa contribution synthétique sur « L'homicide en France (XVIe -XIXe siècles) » (p. 83-106), François Ploux propose un survol très clair des études françaises sur les violences interpersonnelles et l'homicide, qu'il est impossible de vouloir résumer ici. On s'y rapportera pour une présentation des problématisations historiennes de ces phénomènes : elle permet la mise en perspective des argumentaires des autres contributions, et montre les différents angles d'approches effectivement suivis, ici replacés dans le tempo spécifique des modes et des moments de l'historiographie française.

6La deuxième partie est consacrée à la période allant de la fin du XIXe siècle à nos jours. La contribution d'Efi Avdela, « Crimes violents et homicides dans la société grecque (XIXe -XXe siècles) : l'état de la recherche » (p. 109-129) a le mérite de rendre disponible un domaine de recherche rarement accessible en anglais ou en français. L'auteur étudie la violence interpersonnelle associée au système de l'honneur, et pallie pour cela la rareté des sources institutionnelles en utilisant la presse, dans laquelle sont rapportées les affaires d'homicides « pour atteinte à l'honneur ». Celles-ci se retrouvent au cœur d'un débat intense, puis disparaissent comme objet médiatique dans les années 1960. C'est le moment où l'on assiste dans la société grecque à une délégitimation du contenu traditionnel de l'honneur, c'est-à-dire de son association avec violence : cette transformation complexe aboutit à dissocier violence et honneur (d'abord parmi les élites, et dans les médias), et donc à diffuser plus ou moins efficacement un nouveau traitement de la violence, et de nouvelles modalités de l'action violente.

  • 7 Au contraire des abondantes Homicide studies anglo-saxonnes.

7L'absence relative de l'objet « homicide volontaire » dans la recherche française7 au cours des dernières décennies est paradoxale si l'on rappelle sa place comme « problème de société » construit dans les champs politique et médiatique, et aussi qu'il fut, au XIXe et au début du XXe siècle, un objet privilégié pour la psychiatrie, la médecine légale, ainsi que pour les sciences sociales naissantes. Dans son article « Les homicides dans la France contemporaine (1970-2007) : évolution, géographie et protagonistes » (p. 131-162), le sociologue Laurent Mucchielli fournit un regard d'ensemble du phénomène homicidaire dans la société française contemporaine, à partir d'une exploitation des données médicales (INSERM), policières et judiciaires disponibles, dont l'auteur précise les qualités et les insuffisances respectives, ainsi que les usages les plus adaptés. La tendance d'évolution générale (géographiquement hétérogène) est à peu près la même pour les trois sources, qui révèlent une hausse du taux d'homicide entre 1970 et 1984, suivie d'une baisse de 1985 à 2006. L. Mucchielli engage ensuite une analyse des caractéristiques sociales des auteurs et des victimes : il insiste sur la surreprésentation des milieux sociaux les plus défavorisés (saisis par le biais de la profession des parents, la précarité professionnelle, des revenus, des trajectoires scolaires) : 90% des sujets actifs appartiennent aux milieux populaires et aux basses tranches de revenus, et les homicides se concentrent relativement dans les territoires les plus défavorisés. Il est alors possible de revenir sur la hausse des années 1970-1984, qui coïncide avec le retour, dans les thématiques politiques dominantes, de la question de la violence, débat qui a resurgi au début des années 1990 : là où certains auteurs parlent de « retournement du processus de pacification des mœurs » et dévoient de façon médiatiquement payante de la formulation éliassienne (en faisant de cette question une question culturelle plutôt que socio-économique), L. Mucchielli rappelle au contraire qu'à la fois la période contemporaine a été une des moins meurtrières depuis début du XIXe siècle et que la tendance des années 1970-1984 est inédite depuis la Première Guerre mondiale (en temps de paix), d'autant plus que le taux d'homicide a repris sa baisse. Peut-être faut-il y voir des conséquences tardives de guerre d'Algérie, ou celles d'une brusque et très forte augmentation du chômage ? Il est dommage que cet aspect, essentiel pour déconstruire un certain discours politico-médiatique, ne reçoive pas de réponse ici : il faudrait pour cela avoir des données locales et une typographie fine des homicides, établie sociologiquement et non selon les catégories judiciaires ou policières. L'auteur finit en réaffirmant le lien macrosociologique entre le taux d'homicide et les problèmes d'intégration sociale de certaines zones urbaines (à commencer par le déficit de ressources économiques, et la précarité individuelle) où vivent ces meurtriers « qui n'ont pas grand-chose à perdre dans la vie sociale ». Ainsi « la persistance du phénomène homicidaire apparaît-elle in fine comme une conséquence du maintien de forts processus d'exclusion du jeu social dans la société française contemporaine » (p. 159).

8« Honneur, terrorisme et criminalité : soixante ans d'homicides en Italie (1945-2005) » (p. 163-195). À partir des données de l'ISTAT (Istituto nazionale di statistica) qui dénombrent les « délits dénoncés à l'autorité judiciaire » desquelles sont extraits les « homicides criminels », Raffaella Sette engage une étude des formes les plus spécifiques de l'homicide dans la péninsule : les homicides (et infanticides) pour cause d'honneur, le terrorisme politique et ses victimes choisies pendant les « années de plomb » et l'intimidation et les règlements de compte sur fond de défense du lien associatif et de l'honneur que pratiquent les organisations criminelles de type mafieux. Cette contribution exprime un point de vue ressortissant de la criminologie : en identifiant des « sous-cultures de la violence », une telle étude est censée permettre de « mettre en évidence certaines situations ou connexions particulières : cela peut donc pousser à tirer la sonnette d'alarme sur ce qui se passe à l'égard des changements en cours dans certaines régions et pas uniquement dans l'univers du crime, mais dans le contexte socioculturel en général » (p. 188-189).

9Dans son « Étude comparative de l'évolution des crimes en Allemagne, en Angleterre / Pays de Galles et en Suède (1950-2000) » (197-227), Christoph Birkel propose une étude comparée de la violence interpersonnelle qui commence par poser la question de comparabilité des données produites dans des contextes nationaux différents. Le choix des catégories retenues n'est pas très clair ni convainquant (et servi par un vocabulaire pas toujours explicite ni précis). L'auteur arrive à la conclusion, assez générale dans l'ouvrage, qu'il n'est pas possible de comparer des volumes, mais seulement des évolutions. La rapide « tentative d'interprétation » qui suit cet effort d'établissement des données semble peu pertinente car elle se place à un niveau de généralité (les théories du changement social) tel qu'elle pourrait exister indépendamment du travail empirique qui lui est associé.

10La troisième partie réunit trois essais sur la longue durée. James Sharpe, dans sa contribution sur l'« Histoire de la violence en Angleterre (XIIIe - XXe siècles) » (231-248), engage de manière problématique la discussion sur le degré de violence rencontré dans un état historique donné d'une société : selon lui, « comme tous les crimes violents en général, l'homicide nous offre une indication d'accès facile (...) de l'état global du respect des lois dans la société en question, et du niveau de “civilisation” de cette société » (p. 231). On retiendra ici la périodisation proposée, qui montre, entre autres, l'évolution de la qualification de la violence homicidaire entre murder (homicide avec préméditation) et manslaughter (homicide résultant d'une bagarre imprévue).

11Dag Lindström présente dans son étude « Les homicides en Scandinavie, analyse à long terme » (249-272) un survol général de la question pour la Suède, la Finlande, la Norvège et le Danemark actuels. L'évolution des taux d'homicide s'inscrit dans le modèle d'évolution générale européenne, à l'exception de la Finlande, qui subit une augmentation considérable à partir du milieu du XVIIIe siècle, et demeure à un niveau bien plus élevé que autres pays scandinaves pendant le XIXe siècle. Après avoir passé en revue des différents cadres institutionnels de la connaissance des cas criminels (justices puis administrations), l'auteur discute les tendances sur le long terme, ainsi que des différences régionales (lorsqu'elles sont connues). De là, encore une fois, la généralité des « interprétations et des explications des changements à long terme » proposées : accroissement du contrôle social et disciplinarisation, ou « désaccords culturels ou sociaux liés aux prémices du développement du capitalisme » (qui expliqueraient les taux finlandais plus élevés), augmentation des inégalités sociales, conflits liés à l'influence et à la propriété, etc.

12La dernière contribution du volume, de Xavier Rousseaux, Bernard Dauven et Aude Musin, plus développée, est intitulée : « Civilisation des mœurs et/ou disciplinarisation sociale ? Les sociétés urbaines face à la violence en Europe (1300-1800) » (273-321). L'essentiel de l'argumentation est consacré à une étude régionale (plus qu'à l'ambitieuse synthèse annoncée par le titre) de la violence dans les villes du Brabant, choix favorisé par la richesse et la continuité des sources disponibles. La démarche suivie ici consiste à partir d'une recherche quantitative menée sur une petite ville-test, puis à aborder la comparaison des données dans un bassin précis, en enfin à élargir à un ensemble de recherches sur les villes européennes. La mesure de la place de la violence létale (pourcentage d'homicide parmi les crimes enregistrés) montre une « visibilité croissante de l'homicide dans les pratiques judiciaires urbaines » : « ce phénomène est parallèle à l'intervention d'un acteur nouveau, visible à l'échelle régionale : l'État moderne », à travers la pratique du pardon princier pour homicide (p. 289) : l'homicide poursuivi (car incriminé) localement est pardonné au niveau régional. L'étude à plusieurs échelles permet ici de mettre en évidence la concurrence entre pouvoirs locaux et central pour régulation de la violence mortelle. Les transformations de la violence aux XVe-XVIe siècles passent ainsi par trois changements : transformation des formes du conflit violent, accroissement du recours à la violence physique dans le traitement judiciaire des infractions par les justices urbaines et implication croissante des souverains dans gestion de l'homicide. Le traitement de l'homicide devient ainsi une des prérogatives que s'approprient ces derniers : tandis que de plus en plus d'homicides sont évoqués au niveau central, le système de la régulation du système urbain se transforme. Pour donner un sens à cette évolution du rapport à l'homicide, les auteurs rappellent les deux théories classiques présentes tout au long du recueil : le processus de civilisation des mœurs et la disciplinarisation sociale (sozialdisciplinierung), que rapprochent le rôle initiateur des élites. Dans les deux cas, il faut introduire des distinctions pour rendre raison du fait que l'intégration entre villes et campagnes ne prend pas la même forme partout en Europe : les auteurs insistent sur l'importance, selon eux sous-évaluée, des cultures urbaines (c'est à dire, aussi, des facteurs locaux) dans la genèse de l'« homme moderne ». Il faut réintroduire dans ce processus la sociabilité urbaine souvent oubliée au profit du rôle des États, invoqué de façon parfois très désincarnée.

13Après cette présentation des différentes contributions, on s'autorise trois remarques générales.

  • 8 Norbert Elias, ses commentateurs et ses critiques étant de loin les références les plus mobilisées  (...)
  • 9 Problème qui n'est pas toujours présent à l'esprit des contributeurs, voir par exemple p. 284 : « A (...)

14Tout d'abord on voudrait insister sur le hiatus, patent dans une grande partie des contributions, qui existe entre le travail spécifique (souvent considérable si l'on prend en compte la masse des travaux monographiques utilisés) de construction des séries empiriques, qui permettent de suivre sur plusieurs décennies voire sur plusieurs siècles l'évolution du taux d'homicides et la généralité (et la répétition) des modèles utilisés pour « expliquer » ces évolutions8. De là le caractère parfois un peu vain de l'effort de description accompli lorsque les données ne sont ni le point de départ d'une explication fine (peut-on dire rendre raison des « accidents » de la courbe du taux d'homicide ?) ni celui d'une discussion précise des modèles utilisés (historiquement établis à partir d'autres types d'arguments, et d'autres formules de recherche), qui sont ici un point-fixe de l'analyse. On sent bien ici les limites d'une certaine utilisation du travail empirique conjointement avec la modélisation d'un processus historique dont on ne peut attendre de réfutation empirique simple9.

  • 10 Voir par exemple p. 258-259.

15On peut ensuite s'arrêter sur la conception de la violence qui ressort de la lecture de cet ouvrage : on voudrait montrer les sous-entendus discutables qui affleurent dans plusieurs des contributions. L'utilisation du taux d'homicide comme révélateur de la violence (ou de la violence physique) dans une société plusieurs fois envisagée comme une hypothèse qu'il s'agit de vérifier empiriquement. Cette possibilité d'utiliser l'homicide comme « indicateur fiable de la violence interpersonnelle »10, voire de la « criminalité » (c'est aussi l'acte violent le plus facilement dénombrable) révèle une tendance qui consiste à considérer la violence comme une quantité intrinsèque (chez un individu, au sein d'une catégorie sociale ou d'un territoire, voire de la société toute entière) qui s'actualiserait dans une gamme d'actes violents qu'il serait possible de hiérarchiser en plusieurs « niveaux de violence ». Cette approche est discutable car elle repose sur une typologie des actes violents (verbaux, physiques, etc.) qui masque les catégories normatives en usage dans la société étudiée et surtout leur rapport à celles, vécues, du tolérable et de l'intolérable. De plus, elle masque l'intérêt d'une étude pragmatique des actes violents en substituant une hiérarchie de la violence à l'étude des contextes, des dispositions et des systèmes de valeurs permettant de comprendre les raisons de la perpétration des gestes violents (et son éventuelle ritualisation) qui engagent des sens variés de la déviance et de la transgression. Le risque est grand alors d'unifier sous la même catégorie de violence un ensemble de phénomènes dont la correspondance anthropologique n'est pas évidente. Comme l'écrit François Ploux (p. 96 et plus généralement dans le paragraphe « l'homicide comme pulsion agressive », p. 92-96), « rapporter la violence à l'agressivité, à une agressivité tapie en l'homme, voire inscrite dans son patrimoine biologique, équivaudrait en quelque sorte à faire de la sexualité une affaire d'hormones ». La violence est un « fait de culture » dont la définition des frontières est un enjeu du luttes. L'auteur rappelle qu'il n'existe pas d'« équivalence » entre les actes de viol, le meurtre, la rapine, l'incendie criminel... D'où le soupçon d'ethnocentrisme ou d'anachronisme qu'on peut avoir à la lecture des certaines contributions qui n'explicitent pas le glissement qui s'opère entre un comptage des faits de violence tels que les saisissent (et les définissent) les institutions et une volonté d'explication de l'évolution des taux de violence interpersonnelle dans une société donnée sans en étudier vraiment - souvent faute de sources permettant une approche quantitative - les catégories pratiques.

  • 11 Par exemple dans La criminalité en France : rapport de l'Observatoire national de la délinquance, t (...)

16Pour finir, on peut regretter l'absence d'une vraie explicitation des enjeux de la diversité des regards disciplinaires sur l'objet « homicide » dans ce volume collectif. Si les « historiens du crime » et ses sociologues s'attachent à l'évolution des « significations culturelles de la violence, les situations déclenchant le conflit et l'agression, les caractéristiques propres aux agresseurs et aux victimes et le tamis des réactions légales et judiciaires » tandis que les « criminologues » étudient « les éléments de la violence, par exemple les configurations agresseur-victime, les catégories d'âge, ou les armes utilisées dans l'agression » (p. 275), on peut qualifier de mixte l'approche ici engagée. Dans la double perspective d'une critique des usages faits du matériau intellectuel issu des études criminologiques (qui sert à la conduite des politiques publiques11) et d'un apport savant pour l'histoire et la sociologie, on aurait souhaité ici que soit poussée plus avant l'étude des formes de la violence interpersonnelle comme autant d'objets construits par et d'abord pour les sciences sociales, ce qui permettrait d'avancer conjointement sur le terrain de la sociologie historique, mais peut-être également sur celui de la remise en cause des interprétations dominantes faites des catégories et des données de la statistique publique, qui sont le support d'une philosophie sociale jouant un rôle central dans la formulation politique et médiatique de la « question sécuritaire ».

Haut de page

Notes

1 http://www.crimprev.eu.

2 Par exemple, en vrac, au sein des cours de justices locales ou supérieures, dans le cadre de l'exercice du pouvoir municipal ou des activités de police, en rapport avec les différentes formes prises par l'institutionnalisation de la pratique médicale, voire pour les périodes les plus anciennes en se raccrochant aux sources narratives. À ces dispositifs s'ajoutent, à l'âge statistique, les administrations locales et centrales productrices d'évaluations et de séries voulues utilisables pour le travail des sciences de gouvernement, et, in fine, pour l'action politique.

3 Pour un exemple d'interrogation méthodologique et épistémologique sur l'« anachronisme des séries longues », voir le dossier « Histoire et statistique » de la revue Genèses (1992, 9/9, p. 90-119) autour des débats ayant suivi la publication du livre d'Olivier Marchand et Claude Thélot, Deux siècles de travail en France. Population active et structure sociale, durée et productivité du travail, Paris, INSEE, 1991. Disponible en ligne ; http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/issue/genes_1155-3219_1992_num_9_1.

4 François Buton et Nicolas Mariot (dir.), Pratiques et méthodes de la socio-histoire, Paris, PUF, 2009, p. 14.

5 Voire même d'écarter certains types d'homicide : la question est implicite dans le traitement particulier et ambigu réservé dans plusieurs des contributions à l'infanticide, dont le caractère d'homicide exceptionnel (aisément pardonné ou au contraire profondément transgressif) est un thème fréquent de la littérature historienne et anthropologique, et de la philosophie.

6 Calculé pour 100 000 personnes.

7 Au contraire des abondantes Homicide studies anglo-saxonnes.

8 Norbert Elias, ses commentateurs et ses critiques étant de loin les références les plus mobilisées : l'aspect comparatiste de l'analyse réside aussi dans l'utilisation des différentes lectures, nationales, des modèles-phares de la sociologie historique.

9 Problème qui n'est pas toujours présent à l'esprit des contributeurs, voir par exemple p. 284 : « Au niveau local, ce graphique [fig. 6 p. 286 : l'homicide dans 4 villes brabançonnes, données brutes (1380-1790)] peut à première vue contredire la chronologie européenne et régionale d'un déclin régulier de l'homicide et invalider la théorie du “procès de civilisation” ».

10 Voir par exemple p. 258-259.

11 Par exemple dans La criminalité en France : rapport de l'Observatoire national de la délinquance, tome 2008, sous la direction d'Alain Bauer, Paris, 2008, CNRS éditions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Harold Lopparelli, « Laurent Mucchielli, Pieter Spierenburg, Histoire de l'homicide en Europe. De la fin du Moyen-Age à nos jours », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2009, mis en ligne le 14 septembre 2009, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/789

Haut de page

Rédacteur

Harold Lopparelli

Doctorant en histoire (université Paris Diderot) et membre de l'équipe d'accueil ICT (Identités, Cultures, Territoires)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page